Georges Méliés

Georges Méliés 2

Marie Georges Jean Méliès (1861-1938). Il est né à Paris. Son père est un fabricant de chaussures de luxe, Après avoir obtenu son bac en 1880, il travaille dans l’usine de son père comme mécanicien, il effectue son service militaire puis, lors d’un séjour en Grande Bretagne il  s’intéresse à la prestidigitation, il donnera des spectacles au musée Grévin avant de racheter le théâtre Robert Houdin grâce aux subsides de son père (ce théâtre sera fermé au début de la guerre en 1914 et cela précipitera sa ruine). Il est aussi caricaturiste dans : »La griffe ». Il découvre avec émerveillement le cinématographe Lumière (Il verra la première projection privée la veille du 28 décembre 1895 où a eu lieu la première projection publique) et fera des projections dans son théâtre dés 1896. Il a voulu acheter une caméra Lumière, mais cela lui a été refusé, il en acheté une d’occasion a un réalisateur anglais avant de construire la sienne avec l’aide de deux ingénieurs. Il est considéré comme le père des trucages (on dirait maintenant « effets spéciaux »), même le grand Griffith reconnaît sa paternité cinématographique, Charlie Chaplin également et même Martin Scorsese. Il a tourné 528 films (dont il a détruit une grande partie, heureusement, les copies piratées ou confisquées lors de ses procès on pu être retrouvées), a été acteur dans 93 d’entre eux, il en a produit 88 et a écrit 48 scénarios. Il tourne son premier court-métrage en 1896 : Le cauchemar. Son œuvre la plus connue et la plus remarquable sera : Le voyage dans la Lune (Bien avant Hergé !) en 1902, on lui doit aussi : L’affaire Dreyfus en 1899, Les aventures du Baron de Münchhausen en 1911. Son dernier film sera : Le voyage de la famille Bourrichon en 1913. Il est impossible de nommer tous ces films !

Il a fondé le premier studio de cinéma à Montreuil. Il a été le premier à écrire des story-boards, il a même été le premier à coloriser ses films à la main image par image (Une copie colorisée du voyage dans la Lune, en mauvais état, a été retrouvée en 1993 à Barcelone et restaurée avec d’infinie précaution, les images abîmées, ont été reprise du film N&B et recolorisées). Il a aussi été le premier à anticiper la mondialisation du cinématographe en créant une antenne aux USA.

 Il a du se battre contre les contrefacteurs et les financiers des grandes compagnies, ce qui le conduit à cesser de tourner en 1913 et à vendre ses studios à Pathé (C’est à cette occasion qu’il détruira tous ses films), il continuera pendant un temps ses spectacles de magie puis on le retrouve marchand de bonbons prés de la gare Montparnasse en 1925, il terminera sa vie à la maison de retraite de la Mutuelle du cinéma avec sa femme, cette partie de sa vie donnera lieu à une adaptation au cinéma par Martin Scorsese dans son film : Hugo Cabret.

Il obtiendra la Légion  d'honneur remise par Louis Lumiére

Il repose au cimetière du Père Lachaise à Paris.

C’était un véritable génie du cinéma!