Dino Risi

 

(1916 – 2008). Il est né à Milan. Son père est médecin (Il est le médecin officiel de la Scala de Milan) et lui-même fait des études de médecine en se spécialisant dans la psychiatrie. Il a été orphelin à  12 ans et a été recueilli par sa famille et des amis.  Il fait ses débuts au cinéma comme assistant de Mario Soldati sur le film : Le mariage de minuit, puis de Alberto De Lattuada sur Giacomo l’idéaliste. Il abandonne la médecine psychiatrique pour se consacrer à la critique cinématographique, réaliser des courts métrages documentaires et écrire quelques scénarios. Il tourne son premier long métrage en 1953 : Les chemins de l’espérance. Il réalisera au total plus de 80 films, dont un grand nombre de comédies où il excelle, surtout dans les films à sketches, il aura pour acteur fétiche : Vittorio Gassman avec qui il tournera 15 films, mais il fera aussi tourner : Nino Manfredi, UgoTognazzi, Alberto Sordi, Marcello Mastroianni, Coluche. Il a tourné de très nombreux courts-métrages dés 1946, mais aussi des téléfilms et des séries TV.

            On lui doit entre autres : L’homme aux cents visages, La marche sur Rome, Le fanfaron, Les monstres, Les poupées, Les complexés, L’homme à la Ferrari, La femme du prêtre, Rapt à l’italienne, Les nouveaux monstres, Parfum de femme, Fantôme d’amour,  Les séducteurs, Les derniers monstres, Le bon roi Dagobert, Le fou de guerre, Valse d’amour est son avant dernier film en 1990, le dernier sera : Giovani e belli en 1996.

Il a eu un « César »en 1976 pour : Parfum de femme.

En 2002, il a obtenu un « Lion d’or » à Venise pour l’ensemble de son œuvre.

 C’était un des derniers grands réalisateurs italiens de la grande époque.