Sergueï Eisenstein

 

Sergueï, Mikhaïlovitch Eisenstein (1898-1948). Il est né à Riga (Aujourd’hui en Lettonie). Son père est ingénieur civil à Riga et lui le sera à Petrograd avant de s’engager dans l’armée rouge en 1915, où il servira comme ingénieur. En 1920, il va à Moscou pour travailler dans le théâtre, comme décorateur, puis, comme directeur. Il débute au cinéma comme réalisateur en 1923 dans un court-métrage. Dans ses premiers films, il travaille avec des acteurs non professionnels. Son premier Film est : La grève en 1925, puis, il tourne : Le cuirassé Potemkine en 1925, ce film est un chef d’œuvre où Eisenstein montre son génie du montage, la scène des escaliers est mondialement connue et admirée, il apparaît d’ailleurs dans ce film. Suivra : La ligne générale, Que viva Mexico, film qu’il ne pourra terminer car son producteur le lâche et il doit retourner en URSS sur ordre de Staline qui se méfie de lui, il en assure quand même un montage rapide et son producteur s’approprie le film et le fait monter aux USA, il sortira sous le titre : Tonnerre sur le Mexique, il tourne ensuite : Le pré de Béjine (Sera interdit et détruit en 1937).  Après avoir été écarté de plusieurs projets, il tourne : Alexandre Newski en 1938, ce qui lui vaudra un retour en grâce auprès de Staline et il est nommé directeur du plus grand studio d’URSS. Il tourne ensuite, sur demande de Staline: Ivan le terrible en 1945 qui sera très bien accueilli par les autorités  et lui vaudra le prix Staline en 1945. La deuxième partie de ce film va provoquer la colère de Staline qui le fera interdire (La fin du film est tournée en couleurs), cette deuxième partie ne sera autorisée en URSS qu’en 1958. Il avait commencé la troisième partie du film qui sera en partie détruite, le reste sera montré en 1988 sous forme d’un court-métrage (4 minutes, visible sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=1KQhjPt5XUM).

Il a écrit les scénarios de plusieurs de ses films.

Il a beaucoup voyagé, en Europe, aux USA où il est invité à tourner, mais cela ne se fera pas, il est aussi allé au Mexique.

Dés 1932, il est nommé Doyen de l’Institut d’Etat du cinéma.

Il reste de son œuvre de très nombreux écrits, d’innombrables dessins, esquisses de costumes.
En 1939, il met en scène : La Walkyrie au Bolchoï.

Un génie du cinéma Russe et mondial.

Potemkine