Suzy Delair

            Suzanne Pierrette Delaire (1917-2020). Elle est née à Paris. Son père est sellier-carossier et sa mère est couturière, ils auraient voulu en faire une sage-femme mais elle débute comme modiste et fait de la figuration au théâtre et au cinéma, mais elle participe aussi à des revues avec Mistinguett. Elle débute au cinéma en 1930 dans : Un caprice de la Pompadour.

Elle avait bien d’autres cordes à son arc : elle était aussi un très bonne chanteuse et à ce titre jouera dans des opérettes, elle fera aussi des disques de chansonnettes. Elle avait la réputation d’avoir un caractère bien trempé.

            Elle a fait partie du groupe d’artistes ayant accepté d’aller en Allemagne pendant la guerre sur invitation du ministère de la propagande nazie.

 On peut la voir dans : Prends la route suivi en 1941 par : Le dernier des six où elle fait la joie des spectateur par sa gouille parigote. Elle tourne l’année suivante dans : L’assassin habite au 21, puis en 1947, dans Quai des orfèvres deux films de son compagnon Henri-Georges Clouzot. Elle excelle encore dans Lady Paname de Henri Jeanson en 1949. Elle tournera jusqu’en 1962 puis elle ne se produira plus qu’à trois reprises dans : Paris brûle-t-il en 1966, Les aventures de Rabbi Jacob en 1973 et dans : Oublie-moi Mandoline son dernier film en 1975.   On la voit aussi dans : La vie de bohême, Atoll K, Souvenirs perdus, Gervaise, Si Pris nous était conté, Le couturier de ces dames, Les régates de San Francisco, Rocco et ses frères, Du mouron pour les petits oiseaux. Elle a aussi tourné pour la télévision (Hortense Schneider).