AsterixLargo WinchTintin

On peut voir le lien BD/Ciné des façons suivantes :

                       -Les BD devenant des films.

                       -Les films devenant des BD.

                       -Les dessins animés.

                       -Les films « clin d'oeil » à la BD

                       -Les gens de la BD qui font du cinéma

                       -Les gens de cinéma qui font de la BD.

                       

 

 

 

                        LES BANDES DESSINEES DEVENANT DES FILMS.

 

 

 

 

            C'est le cas le plus fréquent. On peut citer TINTIN  de Hergé roit à 2 films avec acteurs : « Le mystère de la toison d'or » de Jean Jacques Vierne (1961) avec JP Talbot (Tintin), G.Wilson (Haddock), puis « Les oranges bleues » de Philippe Condroyer (1964) avec  JP Talbot (Tintin) et Jean Bouise (Haddock).Très beau succès à l'époque. On attend depuis longtemps le film de Spielberg sur Tintin.

            Il y a eu aussi ASTERIX de Uderzo et Goscinny  avec aussi deux films : Astérix  et Obélix contre César  (1999) de Claude Zidi avec Depardieu (Obélix) et Clavier (Astérix), puis : Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre  de Alain Chabat (2002) avec les mêmes suivi de Astérix et Obélix aux Jeux Olympiques avec Clovis Cornillac dans le rôle d’Astérix.

            Tanguy et Laverdure de Charlier  et Uderzo puis Jijé entre autres, ont fait l'objet d'une série TV en 1967 et plus récemment d'un film « Les chevaliers du ciel » en 2005 de Gérard Pirés avec Benoît Magimel et Clovis Cornillac. Signalons que  Jijé qui dessinait cette série à l'époque (Après Uderzo) a modifié la tête des héros pour leurs donner celle des acteurs de la série : D. Santi (Tanguy) et C. Marin (Laverdure), dans le film de Pirés, les noms ont été changés, pourquoi ? La série a été très populaire, mais le film a été un échec commercial.

            Largo Winch  De Francq et Van  Hamme a eu droit à une série TV d'une vingtaine d'épisodes (25 exactement)  en 2001 avec Paolo Seganti (Largo) et Diego Wallraff (Ovronaz), puis deux films avec Tomer Sisley dans le rôle titre. Le second a moins bien marché que le premier.

            Blueberry  de Charlier et Giraud a donné lieu à un long métrage de Jan Kounen avec Vincent Cassel (Blueberry) en 2004. Ce film a été un échec commercial, les spectateurs n'y ont pas retrouvé l'esprit de la série.

            Michel Vaillant de Jean Graton a eu, lui aussi, une série TV en 1967 avec Henri Grandsire et un film de Louis Pascal Couvelaire avec Sagamore Stévenin en 2006. Là aussi échec en salles.

            Iznogoud de Tabary et Goscinny a été porté à l'écran de Patrick Braoudé avec Michaël Youn (Iznogoud) et Jacques Villeret, en 2004. Gros succès en salle, mais piètre film.

            Gaston Lagaffe de Franquin   a eu son film mis en scène par Paul Boujenah en 1980 sous le titre « Fais gaffe à la gaffe » avec Roger Mirmont (G.) et Marie-Anne Chazel (Pénélope !!!), Cela a fait un « bide » colossal.

            Lucky Luke  de Morris et Goscinny y est passé en 1991 avec Terence Hill comme acteur (LL) et metteur en scène. Echec total également.

Dick Tracy  de Chester Gould a été mis en scène par Warren Beatty en 1971 avec Warren Beatty, Al Pacino, Dustin Hoffman, le film est baroque, mais très attachant.

Flash Gordon d'Alex Raymond et D. Moore est un film de Mike Hodges de 1980 avec Sam J. Jones, Max Von Sydow et Ornella Mutti, c'est très « Kitch », avec une débauche de couleurs.

Barbarella de Forest a été mis en images par Roger Vadim  en1968, avec Jane Fonda dans le rôle. Ce film n'a pas laissé un souvenir impérissable

Modesty Blaise de James Holdaway et Peter O'Donnell a été incarnée à l'écran par Monica Vitti en 1965 dans un film de Joseph Losey, elle avait pour partenaires Dirk Bogard et Terence Stamp. Le tout n'est pas très bon.

Sin City de Frank Miller, cette série très noire vient d'être portée au cinéma en 2006 par F. Miller/Q. Tarantino/R. Rodriguez avec Bruce Willis, Mickey Rourke et Benicio Del Toro. Cette superproduction a eu un certain succès dans les salles

Les sentiers de la Perdition est un film de Sam Mendés de 2002 avec Tom Hanks, Paul Newman, Jud Law et Daniel Craig (Le nouveau James Bond), ce film est tiré d'une BD de R.P. Rayner et M.A. Collins. Ce film est une belle réussite cinématographique.

Les Daltons de Morris et Goscinny, a été filmé par Philippe Haim avec pour vedette Eric et Ramzi, c'est un beau « nanard » qui a eu un petit succès en salles.

Signé Furax a été une très célèbre émission de radio dans les années 60 elle a été déclinée en BD dans France-soir par Henri Blanc d'après Pierre Dac et Francis Blanche et cette série a donné lieu à un film de Marc Simenon en 1980 avec Bernard Haller, JP Darras, Dany Saval, Michel Galabru. C'est un bon petit film.

Les Pieds nickelés, ont eu droit à plusieurs transpositions au cinéma  En 1947  un film  de Marcel Aboulker avec R. Dhéry, Colette Brosset, Rellys, Maurice Baquet. Une suite en 1949 « Le trésor des pieds nickelés ». En 1969 un film de Jean Claude Chambon avec Rochefort, Denner, Galabru et Micheline Presle.

Ric Hochet de Tibet  et« avec la participation » de A.P. Duchâteau  a été décliné en héros de cinéma dans un petit film de 30 minutes tourné en  1968 « Signé Caméléon » avec Daniel Vigo(Ric), Jacques Lippe(Bourdon),  Mireille Baert(Nadine), Tibet et Duchateau en agents de police.

L'an 01 est tiré d'une BD de Gébé qui a paru dans Pilote, il a été mis en scène par Jacques Doillon en 1972, avec pour interprètes Romain Bouteille,Cabu, Cavanna, Higelin.

 

 On peut y ajouter : L’élève Ducobu, Le petit Nicolas, Le chat du rabbin, Persépolis