23 avril 2019

HENRI DIAMANT-BERGER

Henri Diamant-Berger

Henri Simon Diamantberger(1895-1972). Il est né à Paris. Il a obtenu une licence en droit dés ses 19 ans. Il s’engage alors pour la guerre, blessé, il sera démobilisé, il entre alors dans le milieu du cinéma en retournant des films dont les négatifs ne sont plus exploitables. Il va aux USA à la demande de Clemenceau pour valoriser le cinéma d’actualités français. Il y retournera souvent par la suite. Il sera un formidable innovateur du cinéma en inventant le métier de scripte, en créant les studios de Boulogne-Billancourt, en tournant le premier film en technicolor et en réalisant les premiers travellings et les tournages en extérieur. Il a aussi fondé une revue de cinéma : Le film avec Louis Delluc comme rédacteur en chef de 1916 à 1919. Il fera partie de la France Libre pendant la 2° guerre mondiale et sera à l'origine du renouveau du cinéma après la fin de la guerre. Il a réalisé 51 films à partir de 1913 jusqu’en 1959, il a scénarisé et produit une trentaine de films. On lui doit en particulier : Les 3 mousquetaires en 1923 (version muette) et en 1932 (en version parlante), 20 ans après et Milady en 1924, Arsène Lupin, Arsène Lupin contre Arsène Lupin, Mon curé chez les riches, Le chasseur de chez Maxim’s, La madone des sleepings, Messieurs les ronds-de-cuir sera son dernier film en 1959, il se consacre ensuite uniquement à la production.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 décembre 2018

SIDNEY J. FURIE

Sidney J

(1933). Il est canadien, né à Toronto, ses parents sont des immigrés polonais. Il a fait des études de technologie. Il tourne son premier film au Canada en1957 : A dangerous age et 60 ans après, il réalise toujours  de nouveaux films, il en a 56 a son actif pour le moment. On lui doit en particulier : Ipcress danger immédiat avec Michael Caine, un très solide, L’homme de la Sierra un western avec Marlon Brando, L’ultime randonnée avec Robert Redford, un film sur le milieu des courses automobiles, Lady sings the blues avec Diana Ross, la vie de Billie Hollyday, Superman 4 avec Christopher Reeves et Gene Hackman, L’aigle de fer 1 & 2 des films de guerre, Dependables en 2014, l’histoire de militaires retraités qui reprennent du service pour sauver leurs petits enfants prisonniers de rebelles. Il est aussi scénariste. Il tourne aussi pour la TV

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 juin 2018

LEO McCAREY

Leo McCarey

 

(1898-1969). Il est né à Los Angeles. Son père est un manager de boxe d’origine irlandaise et sa mère est d’origine française. Après des études de droit, il exerce des petits métiers : compositeur de chansons, mais sans succès, boxeur, idem, actionnaire d’une mine de cuivre qui fera faillite, il revient à son métier d’avocat, mais, sans conviction, il perd ses procès. Grâce à un ami il accède au milieu du cinéma comme « script girl « ( !), il devient ensuite assistant réalisateur et cette fois il va s’épanouir dans ce métier. Il tournera pas moins de 105 films, d’abord des courts-métrages muets, le premier est : Society secrets en 1921. De 1923 à 1929, il supervisera des courts-métrages comiques (environ 300 !)pour le producteur Hal Roach, avec, en particulier, Laurel et Hardy dont c’est la meilleure période (C’est d’ailleurs lui qui organisera la rencontre entre Laurel qui est gagman et Hardy qui est acteur de complément). Il réalise son premier long-métrage en 1929 : L’étudiant. Parmi son immense filmographie, on peut citer : La soupe au canard avec les Marks Brothers (Dont il conserve un mauvais souvenir lié à leur exubérance et leurs extravagances), L’extravagant Mr Ruggles,Cette sacrée vérité avec Cary Grant et Irene Dunne un couple se sépare, mais la vie les ramène l’un vers l’autre, lui vaudra l’ »Oscar » du meilleur réalisateur en 1937,  Au crépuscule de la vie, deux vieux perdent leur maison et doivent se séparer car aucun de leurs enfants ne veut les recueillir (il considère que c’est son meilleur film), Elle et lui en 1939 avec Charles Boyer et Irene Dunne, dont il fera un remake en 1957 avec Cary Grant et Deborah Kerr, pour tester la solidité de leur coup de foudre, un homme et une femme se donnent rendez-vous dans 6 mois, à ce rendez-vous l’homme est présent mais pas la femme, La route semée d’étoiles avec Bing Crosby, l’histoire d’un jeune prêtre qui doit se faire accepter par celui auquel il doit succéder, ce film lui vaudra 2 nouveaux « Oscars » en 1945, meilleur réalisateur et meilleur film, devant le succès du film il en tournera une suite : Les cloches de sainte Marie, La brune brûlante avec Paul Newman et Joanne Woodward, Une histoire de Chine en 1962 avec William Holden est son dernier film. Il a écrit prés d’une centaine de scénarios. Il a toujours attaché une très grande importance à la musique de ses films. Un accident de voiture l’a empêché de tourner « Mon épouse favorite ».

Il a affirmé que de nombreux épisodes de sa vie avaient servi à l’élaboration des scénarios de ses films.

A la suite du tournage de son premier film, il a fait un commentaire critique sur le jeu de Cary Grant. Ils tourneront encore ensemble de nombreuses fois mais sans sympathie mutuelle.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :