27 décembre 2019

INGMAR BERGMAN

Ingmar Bergman

(1918-2007). Il est né en Suède. Son père est pasteur et il élève ses enfants avec une discipline de fer. C’est sa grand-mère qui lui fait connaître le cinéma qui deviendra sa passion. Il fait un séjour en Allemagne et il est fasciné par Hitler, cette passion cessera avec la révélation de l’existence des camps de concentration. Il débute au théâtre avant de venir au cinéma en 1946. Il sera également scénariste de ses propres réalisations et aussi pour la TV, au total, on lui doit prés de 80 scénarios. Il a tourné plus de 70 films dont beaucoup pour la TV. Il est réalisateur et scénariste, en particulier de : La nuit des forains, le septième sceau, Les fraises sauvages, Au seuil de la vie, La source, Persona, Cris et chuchotements, L’œuf du serpent, Fanny et Alexandre, Sarabande. C’est un réalisateur/scénariste mythique du cinéma mondial. Il a aussi été très présent au théâtre. Il a eu un Oscar en 1960 pour son film : La source et en 1984 pour : Fanny et Alexandre, il a eu, à Cannes, le Prix du Jury en 1957 pour le 7° sceau, le prix de la mise en scène en 1958 pour : Au seuil de la vie, Le grand prix technique en 1977 pour :Cris et chuchotements , La Palme des Palmes en 1997 et le Prix du Jury œcuménique en 1998, il a eu le César du meilleur film étranger pour : Fanny et Alexandre  ainsi qu’une kyrielle de prix de par le monde.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

18 mai 2019

MICHELANGELO ANTONIONI

Michelangelo Antonioni

(1912-2007). Il est né à Ferrare en Italie. Il est, au départ, un musicien prodige qui donne son premier concert de violon à 9 ans, il est aussi passionné  de dessin et de peinture et cela convient mieux à son tempérament créatif. Issu de la classe moyenne, il ne suivra pas les études littéraires qu’il aurait aimé et sera diplômé en économie. Il se passionne aussi pour le théâtre et le cinéma l’attire, il devient critique dans un journal dirigé par le fils de Mussolini. Pendant la guerre, il est dans les transmissions ce qui ne l’empêche pas de participer à des films comme scénariste ou assistant (dont : Les visiteurs du soir de Carné). Il réalise ensuite des courts-métrages et des documentaires, son premier long métrage sera tourné en 1949 et lui vaudra un succès d’estime en Italie. Cela dure jusqu’en 1957, il se tourne alors vers le théâtre et revient à la réalisation en 1960 avec : L’avventura qui sera un succès mondial et il obtient, pour ce film,  le prix du jury à Cannes en 1960. Suivront : La nuit (Ours d’or à Berlin en 1961), L’éclipse (Prix spécial du jury à Cannes en 1962), Le désert rouge (Lion d’or en 1964), Blow up (Palme d’or à Cannes en 1967), Zabriskie point, Chung Ko-la Chine (Un documentaire qui lui vaudra d’être l’invité de Mao), Profession-reporter, Le mystère d’Oberwald, Identification d’une femme (Prix du 35° anniversaire à Cannes en 1982), Par-delà les nuages réalisé avec Wim Wenders (Il avait été victime d’un AVC en 1985 qui l’avait privé de la parole et partiellement paralysé) et qui sera son dernier grand film. Il aura un prix d’honneur aux « Oscars » de 1995 et de très nombreux autres prix. Il a aussi été un scénariste prolifique. Il est un des tenants du néoréalisme italien et se considèrait comme un intellectuel marxiste.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 juillet 2018

JOSEF VON STERNBERG

Josef Von Sternberg

Jonas Sternberg (1894-1969). Il est né à Vienne. En 1896, son père part aux USA pour trouver du travail, il le rejoindra avec sa mère en 1901. Ils reviennent en 1904 à Vienne pour retourner aux USA en 1908, son père est un homme brutal à son égard. En 1911, il change son prénom en Josef (Le "Von" sera ensuite ajouté par un producteur).  Quand sa mère quitte leur foyer et il abandonne ses études  et doit faire des petits boulots pour survivre et il est employé dans un studio pour nettoyer et réparer des films, il deviendra monteur et sera affecté à la propagande cinématographique pendant la guerre de 14-18. Il devient ensuite assistant réalisateur. Ses premiers pas de réalisateurs, il les fera dans le cinéma muet en 1925, il tournera ainsi 9 films avant de passer au parlant en 1929 avec : L’assommeur. Une histoire de rivalité amoureuse. Il tourne ensuite un chef d’œuvre : L’ange bleu avec Marlène Dietrich (avec laquelle il file le parfait amour) histoire d’un amour fou entre un prof timide et une chanteuse de cabaret qui le méprise, On lui doit : Agent X27 avec Marlène, les aventures d’une espionne autrichienne en Russie, Une tragédie américaine, Shanghai express avec Marlène en aventurière, Blonde Vénus avec Marlène en épouse qui doit remonter sur les planches pour aider son mari malade, L’impératrice rouge avec Marlène en Catherine II de Russie, La femme et le pantin avec Marlène qui est l’enjeu d’un duel amoureux avec 2 hommes que tout sépare, ces deux films seront des échecs publics et Sternberg quitte Marlène (dont il minimisera le talent dans ses mémoires), Crime et châtiment avec Peter Lorre, Le paradis des mauvais garçon avec Robert Mitchum et Jane Russell (Au cours de ce film Mitchum exaspéré par les exigences extrêmes de Sternberg a voulu le jeter du haut d’une falaise, le film sera terminé par Nicholas Ray à cause du désaccord  entre Sternberg et son producteur), Fièvre sur Anatahan, l’histoire de soldats japonais qui ne croient pas à la défaite de leur pays et qui restent sur une île jusqu’en 1951, Les espions s’amusent en 1957 est son dernier film avec Janet Leigh et John Wayne qui succombe aux charmes d’une espionne russe. Il est le scénariste de 15 films.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 juillet 2018

LUIS BUNUEL

Luis Bunuel

 

(1900-1983). Il est né en Aragon (Et décédé à Mexico, il était citoyen mexicain depuis 1948). Il fait ses études chez les Jésuites, la dureté de cette éducation va le marquer à vie. Il aurait aimé être musicien mais il est atteint d’une forte surdité. Il sera licencié en philosophie et en lettres, pendant ses études supérieures, il rencontre Dali et Federico Garcia Lorca, il sympathise avec les dadaïstes et son œuvre sera marqué par cette empreinte surréaliste. Il vient à paris en 1925. Le franquisme lui fera quitter son pays et il tournera nombre de ses films en France ou au Mexique. Il commence comme assistant de Jean Epstein en 1926, il le sera encore dans trois autres films dont : La chute de la maison Usher en 1928. Il réalise un premier court-métrage célèbre en 1929 : Un chien andalou, un affrontement entre un homme et sa femme, un film totalement surréaliste dans sa structure, son déroulement et son scénario basé sur ses rêves incohérents, la séquence de l’œil coupé au rasoir fera scandale, le « scénario » est de Dali et Bunuel. Il tourne son premier long-métrage en 1930 : L’âge d’or avec Gaston Modot, l’amour impossible d’un homme et d’une femme sur un trame identique à celle du Chien Andalou avec une succession de scènes sans rapport les unes aux autres (Scénario de Dali et Bunuel), ce film tourné en 1930 sera interdit en France pendant 50 ans. On lui doit, en particulier : Los Olvidados qui lui vaut le prix du meilleur réalisateur à cannes en 1951, la vie de jeunes délinquants mexicains, Les aventures de Robinson Crusoë, l’adaptation du roman, Les hauts de Hurlevent, l’adaptation du roman, La vie criminelle d’Archibald de la Cruz, un homme possède un boîte magique avec laquelle il peut tuer qui il veut, La mort en ce jardin avec Charles Vanel, Simone Signoret, George Marshal, Michèle Girardon, le périple d’un groupe d’hommes et de femmes très différents dans la jungle, Nazarin, la vie d’un curé qui doit fuir pour avoir voulu défendre une prostituée, Viridiana, la vie d’une jeune  novice. L’ange exterminateur, un huis clos mystérieux dans une église, Le journal d’une femme de chambre avec Jeanne Moreau, Georges Geret et Michel Piccoli, d’après le roman éponyme, Belle de jour avec Catherine Deneuve, Michel Piccoli et Jean Sorel, la vie d’une jeune femme qui se prostitue les après-midi, La voie lactée, le pèlerinage de deux homme, un jeune et un vieux vers Compostelle avec Paul Frankeur et Laurent Terzieff, Tristana avec Catherine Deneuve d’après le roman éponyme, Le charme discret de la bourgeoisie avec Fernado Rey, Paul Frankeur, Bulle Ogier et Delphine Seyrig, une satire de la bourgeoisie, Le fantôme de la Liberté avec Brialy, Monica Vitti et Bernard Verley, un film surréaliste à sketches, Cet obscur objet du désir en 1977 avec Carole Bouquet et Fernado Rey est son dernier film, un homme ne parvient pas à séduire la femme qu’il désire.

Il est scénariste (Souvent aidé de JC Carrière) et acteur dans ses propres films. Il a été membre du jury de Cannes en 1954.

Son cinéma d’un profond pessimisme comporte de nombreuses allusions à la religion qu’il vilipende et une très sévère critique de la bourgeoisie.

En 1942, il doit quitter les USA après que Dali ait publié son livre : La vie secrète de Salvador Dali où il rejette sur Bunuel les débordements anticatholique du film l’âge d’or, mais aussi à cause de sa sympathie communiste, il se réfugie au Mexique, il ne reviendra en Europe que pour le tournage de Viridiana, ce film fera scandale à cause de la scène finale jugée blasphématoire, il sera interdit en Espagne et toute les copies seront détruites.

Ses cendres ont été dispersées sans témoins et dans un lieu tenu absolument secret.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 juin 2018

CARL THEODOR DREYER

 

 

Carl Theodor Dreyer

 

(1889-1968). Il est né à Copenhague. Il est le fruit des amours illégitime d’un fermier danois et de sa bonne. Cette femme décédera quand il a 2 ans, il est alors adopté par la famille Dreyer qui ne lui témoignera que peu d’amour, il ne saura la vérité de sa naissance que vers l’age de 17 ans. Il devient journaliste et le restera même quand il entrera dans le milieu du cinéma, par la petite porte, il sera rédacteur d’intertitres pour le cinéma muet puis scénariste, monteur et enfin réalisateur. Il scénarise de nombreux courts-métrages dés 1912. Il passe à la réalisation de longs-métrages au temps du muet en 1919 avec : Le président, il tournera peu de films car il attache une importance extrême à la préparation de ses œuvres, certaines sont pensées pendant une dizaine d’années avant d’être réalisées. Il a tourné 9 films muets dont le fabuleux : La passion de Jeanne d’Arc en 1928 avec Renée Falconnetti dans le rôle de Jeanne et Eugéne Silvain dans celui de l’évêque Cauchon (On trouve aussi au générique : Michel Simon et Antonin Artaud), ce film a été censuré, sa copie original a brûlé, une seconde copie reconstituée par Dreyer a aussi brûlé, le hasard a fait qu’en 1981, un double de l’original a été retrouvé, restauré et projeté sur le parvis de la cathédrale de Reims en 1985 et à Cannes en décembre 2010, aucun autre film sur le sujet n’atteindra un tel niveau de perfection . Quand le parlant est arrivé, il n’a tourné que 5 films : Vampyr en 1932, un homme aux prises avec une femme vampire, ce film est un échec et il reste 10 ans sans tourner avant de réaliser : Jour de colère (Dies Irae) en 1943, une histoire de sorcellerie dans l’entourage d’un pasteur, Deux êtres en 1945, un huis clos dans lequel un psychiatre est accusé d’avoir copié la thèse d’un confrère, ce film sera un nouvel échec, Ordet en 1955 un film d’un profond mysticisme, Gertrud est son dernier film en 1964, le périple  d’une femme en quête d’absolu. Il a aussi réalisé une dizaine de courts-métrages documentaires de commande. Il a été le scénariste d’une vingtaine de films  de ses confrères.

Il est considéré comme un cinéaste majeur dont l’œuvre est profondément marquée par la spiritualité.

Maria FalconettiRenée Falconetti dans le rôle de Jeanne d'Arc

 

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 mars 2018

MARCEL L'HERBIER

Marcel L'Herbier

(1888-1979). Il est né à Paris. Son père est architecte. Il fait des études de Lettres puis écrits des articles dans des revues, des romans et des poèmes. C’est au cours de la première guerre mondiale, où il s’est engagé en 1916, qu’il découvre le cinéma en servant au service cinématographique des armées. Il commence à écrire des scénarios et à publier des critiques de cinéma et débute au temps du cinéma muet, ce sera un des plus grands réalisateurs de cette époque. Le passage au parlant se fait sans mal et il continue de tourner de très grands films. Il est un des fondateurs de la Cinémathèque Française en 1936 et il fonde l’IDHEC en1943, il sera aussi un des premiers à réaliser des films pour la TV dés 1953, il a été le premier à donner des petits rôles à Jean Marais dés 1933. On lui doit une cinquantaine de films, les plus importants de la période muette sont sans doute : Eldorado, L’inhumaine, L’argent d’après Zola et dans la période du parlant : Le mystère de la chambre jaune, Adrienne Lecouvreur avec Yvonne Printemps et Pierre Fresnay, Le parfum de la dame en noir, La nuit fantastique avec Micheline Presle, Fernand Gravey, L’affaire du collier de la reine avec Viviane Romance, Les derniers jours de Pompeï avec Micheline Presle Son premier film date de 1919 : Rose-France c’est une œuvre patriotique et poétique, son dernier de 1953 : Le père de mademoiselle avec Arletty, il a ensuite travaillé uniquement pour la TV jusqu’en 1975. Il a inventé de nombreuses techniques cinématographiques : Ombres et lumière, anamorphose, flou, surimpression. C’est un cinéaste majeur.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 février 2018

INGMAR BERGMAN

Ingmar Bergman

Ernst Ingmar Bergman (1918-2007). Il est né en Suède. Son père est pasteur luthérien qui élèvera ses enfants d’une main de fer, son père deviendra le chapelain du roi de Suède. Il est en conflit avec sa mère et passera ses meilleurs moments avec sa grand-mère qui lui fera découvrir le cinéma qui deviendra très tôt une passion pour lui. Il fait des études d’histoire et de littérature et commence à écrire pour le théâtre. En 1943, il épouse une danseuse et il est parallèlement employé par une firme cinématographique suédoise comme scénariste. En 1945, il se remarie et devient directeur de théâtre. Il réalise son premier film en 1946 : Crise, il vient à Paris avec une critique avec laquelle il a une liaison et découvre notre capitale avant de rentrer en Suède où il mettra en scène, au théâtre, le Misanthrope de Molière. Il se remarie avec l’auteure du roman : Attente de femmes, dont il a tiré un film, mais il a en même temps une liaison avec la danseuse vedette de son film : Un été avec Monika. Il se remarie à nouveau avec une pianiste, mais il a de nouveau une liaison avec Liv Ullmann qu’il fera tourner dans : Persona. Il épouse enfin une pianiste en 1971, elle restera sa compagne jusqu’à son décès en 1995. Sa vie sentimentale a donc été très dense, il a eu 9 enfants. Au cinéma, il sera mondialement connu grâce à son célèbre film : Le septième sceau. Il est, au Panthéon des réalisateurs, un des plus grands cinéastes de tous les temps, il a reçu une quantité phénoménale de récompenses : Prix de la meilleure humeur poétique à Cannes en 1955 pour : Sourires d’une nuit d’été, Prix spécial du jury à Cannes en 1956 pour : Le septième sceau, Ours d’or à Berlin en 1957 et Golden globe du meilleur film étranger pour : Les fraises sauvages, Prix de la mise en scène à Cannes en 1958 pour : Au seuil de la vie, Oscar du meilleur film étranger en 1961 pour : La source, Lion d’or à Venise en 1971 pour sa carrière, Grand prix technique à Cannes en 1972 pour : Cris et chuchotements, César du meilleur film étranger en 1982 pour : Fanny et Alexandre. Palme des Palmes à Cannes en 1997, Prix du jury œcuménique à Cannes en 1998. Il a tourné prés de 40 films pour le cinéma et une trentaine pour la TV. Après Fanny et Alexandre en 1982, qui est son dernier film, il a uniquement tourné pour la TV. Il a signé plus de 70 scénarios. Il a été assistant sur un seul film en 1944. De sa filmographie on peut citer : Sourires d’une nuit d’été Les fraises sauvages, Au seuil de la vie,  La source, A travers le miroir, Les communiants, Persona, L’heure du loup, La honte, Une passion, Le lien, Cris et chuchotements, Face à face, L’œil du serpent, Sonate d’automne et Fanny et Alexandre. Ses interprètes favoris ont été : Liv Ullmann (10 films), Max von Sydow, Ingrid Thulin, Bibi Anderson (13 films), Erland Josephson (14 films) et Gunnar Björnstrand. Il a eu en parallèle une immense carrière théâtrale. Il parle parfaitement le français et considère Jean Pierre Melville et François Truffaut comme ses réalisateurs français préférés. Il avait beaucoup d’admiration pour Billy Wilder, Fellini et Kurosawa. Depuis 2015, il y a un billet de banque avec son effigie en Suède. Il n’a pas de parenté avec Ingrid Bergman, mais a été marié à une autre Ingrid Bergman qui a joué dans Sonate d’automne et Fanny et Alexandre.

En 1976, il a été inculpé pour fraude fiscale avant d’être blanchi, il quittera la Suède par dépit pour venir à Paris puis en Allemagne où il restera 9 années avant de retourner dans son pays.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 octobre 2017

GEORGES MELIES

Georges Méliés

Georges Méliés 2

Marie Georges Jean Méliès (1861-1938). Il est né à Paris. Son père est un fabricant de chaussures de luxe, Après avoir obtenu son bac en 1880, il travaille dans l’usine de son père comme mécanicien, il effectue son service militaire puis, lors d’un séjour en Grande Bretagne il  s’intéresse à la prestidigitation, il donnera des spectacles au musée Grévin avant de racheter le théâtre Robert Houdin grâce aux subsides de son père (ce théâtre sera fermé au début de la guerre en 1914 et cela précipitera sa ruine). Il est aussi caricaturiste dans : »La griffe ». Il découvre avec émerveillement le cinématographe Lumière (Il verra la première projection privée la veille du 28 décembre 1895 où a eu lieu la première projection publique) et fera des projections dans son théâtre dés 1896. Il a voulu acheter une caméra Lumière, mais cela lui a été refusé, il en acheté une d’occasion a un réalisateur anglais avant de construire la sienne avec l’aide de deux ingénieurs. Il est considéré comme le père des trucages (on dirait maintenant « effets spéciaux »), même le grand Griffith reconnaît sa paternité cinématographique, Charlie Chaplin également et même Martin Scorsese. Il a tourné 528 films (dont il a détruit une grande partie, heureusement, les copies piratées ou confisquées lors de ses procès on pu être retrouvées), a été acteur dans 93 d’entre eux, il en a produit 88 et a écrit 48 scénarios. Il tourne son premier court-métrage en 1896 : Le cauchemar. Son œuvre la plus connue et la plus remarquable sera : Le voyage dans la Lune (Bien avant Hergé !) en 1902, on lui doit aussi : L’affaire Dreyfus en 1899, Les aventures du Baron de Münchhausen en 1911. Son dernier film sera : Le voyage de la famille Bourrichon en 1913. Il est impossible de nommer tous ces films !

Il a fondé le premier studio de cinéma à Montreuil. Il a été le premier à écrire des story-boards, il a même été le premier à coloriser ses films à la main image par image (Une copie colorisée du voyage dans la Lune, en mauvais état, a été retrouvée en 1993 à Barcelone et restaurée avec d’infinie précaution, les images abîmées, ont été reprise du film N&B et recolorisées). Il a aussi été le premier à anticiper la mondialisation du cinématographe en créant une antenne aux USA.

 Il a du se battre contre les contrefacteurs et les financiers des grandes compagnies, ce qui le conduit à cesser de tourner en 1913 et à vendre ses studios à Pathé (C’est à cette occasion qu’il détruira tous ses films), il continuera pendant un temps ses spectacles de magie puis on le retrouve marchand de bonbons prés de la gare Montparnasse en 1925, il terminera sa vie à la maison de retraite de la Mutuelle du cinéma avec sa femme, cette partie de sa vie donnera lieu à une adaptation au cinéma par Martin Scorsese dans son film : Hugo Cabret.

Il obtiendra la Légion  d'honneur remise par Louis Lumiére

Il repose au cimetière du Père Lachaise à Paris.

C’était un véritable génie du cinéma!

Posté par CINELOVER à 08:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 août 2017

FRANCIS FORD COPPOLA

 

 

Francis-Ford-Coppola

 

(1939) Il est né à Détroit dans le Michigan. Son père est musicien et compositeur et sa mère est actrice. Jeune, il est victime de polio. Il a fait des études supérieures d’art dramatique, puis des études de cinéma à l’UCLA. Il débute dans le cinéma comme assistant réalisateur de Roger Corman, il est en même temps un scénariste brillant (Paris brûle-t-il ? Patton, par exemple). Avec George Lucas il crée une société de production indépendante : American Zoetrope. Son premier film date de 1959 : Nebo zovyot, on lui doit ensuite 34 réalisations dont : Le parrain en 1972 (Un chef d’œuvre absolu où Brando excelle, alors qu’il avait failli être évincé, il a été sauvé par l’idée de se mettre du papier mâché dans ses joues ce qui a modifié sa diction et son apparence et l’a rendu très crédible !), il recevra l’Oscar du meilleur scénario en 1973 pour ce film, il aura la palme d’or à Cannes en 1974 pour : conversation secrète (un thriller fascinant avec Gene Hackman), le Parrain 2 suivra et lui vaudra l’Oscar du meilleur réalisateur et du meilleur scénario, suivra Apocalypse now (qu’il remaniera un peu plus tard en une version dite « redux ») Cela lui vaudra la palme d’or à Cannes et de nombreuses autres récompenses, il tournera aussi : Cotton Club, un superbe film sur fond de jazz, Le parrain 3 en 1990, cet opus sera beaucoup moins bien accueilli que les 2 autres, il est cependant aussi bon et aussi percutant, mais en mettant en cause l’église, il a du fâcher des gens ! (La fin de ce film est terrifiante sans comparaison avec la fin du premier), il a tourné un « Dracula » puis l’Idéaliste un excellent thriller sur fond de violence conjugale avec un excellent Matt Damon en avocat débutant et « idéaliste », Twixt en 2012 est son dernier film.

Il a eu un Oscar du meilleur scénario en 1971 pour Patton.

Il a été président du jury de Cannes en 1996.

Il a fait de nombreuses apparitions dans des documentaires.

Il a crée une ligne de produit alimentaire à son nom.

C’est un réalisateur MAJEUR du cinéma mondial

Nicolas Cage est son neveu. Sa fille : Sofia est réalisatrice (De talent), après une courte carrière d’actrice.

Posté par CINELOVER à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :