02 octobre 2012

ELIE SEMOUN

Elie Semoun

 

            Elie Semhoun (1963). Il est né à Antony. Il est d’origine marocaine. Très jeune, il est passionné par les lettres et le théâtre en particulier. Il débute à la TV dans : Vivement lundi. Il formera, avec Dieudonné, un duo décapant avant que son compère ne se livre à des dérapages incontrôlés. Il tourne son premier film en 1995: Les trois frères. On le retrouve ensuite dans : Les Bidochons, Tout doit disparaître, Charité Biz’ness, Deuxième vie, Les Daltons, Iznogoud, Il était une fois dans l’Oued, Astérix et Obélix aux J.O., 15 ans et demi, Cyprien, Bancs publics, Neuilly sa mère, La chance de ma vie, L’élève Ducobu, Un village presque parfait Il n’y a pas de grands films dans la carrière de cet acteur sympathique qui semble plus à l’aise sur scène dans ses one-man-shows. Il travaille aussi beaucoup pour la TV.

Posté par CINELOVER à 07:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 août 2012

ANDRE VALARDY

André Valardy

 

            André Knoblauch (1938-2007). Il est né en Belgique. Il suit les cours de René Simon avant d’être engagé par jacques Fabbri. Il est aussi un humoriste et un homme de music-hall, il fait partie de « La classe » de Fabrice, il a une faculté de transformer son visage surprenante qui lui vaut le surnom d’ « Homme Caoutchouc » ou d’Homme Caméléon ». Au cinéma on le voit dans : Bang bang, son premier film en 1966, L’emmerdeur (Où il est pris en stop par Jacques Brel), Les aventures de Rabbi Jacob, Le téléphone rose, Peur sur la ville, La raison d’état, Je vais craquer, La chèvre, Lévy et Goliath, En toute innocence, La fidélité, Nothing sacred en 2007 est son dernier film.

ANECDOTE : Il doit son pseudonyme  à sa passion pour la BD parue dans Spirou : Jean Valhardi de Jijé au dessin (Suivi de Paape puis Follet) et Jean Doisy au scénario (Suivi de Delporte puis Charlier)

Posté par CINELOVER à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 juillet 2012

TOMER SISLEY

Tomer Sisley

 

            Tomer Gazit Sisley (1974). Il est né à Berlin et vient en France à 9 ans sans parler un mot de français. Il fait, cependant des études normales jusqu’au bac puis se lance dans le one man show. Il fera alors dans l’humour avec un certain succès tout en tentant sa chance à la TV dans des petites séries, puis il se lance dans le cinéma dans de petits rôles  (Après avoir pris des cours avec Jack Walzer qui a coaché Dustin Hoffman, Robert Duvall ou Sharon Stone): Alliance cherche doigt, son premier film en 1996, Absolument fabuleux, Dédales, Virgil, Toi et moi. Il a montré de réelles qualités dans : Truands, puis, il est retenu pour le rôle principal d’un film à gros budget et dans un registre pas du tout comique : Largo Winch 1& 2, (Films tirés de la célèbre bande dessinée de Jean Van Hamme au scénario et Philippe Francq au dessin), Nuit blanche, Angélique, Le serpent aux mille coupures.

ANECDOTE : Fin 2009, il a été mis en « Garde à vue » pour avoir joué à la guéguerre avec des amis munis de pistolets lasers factices dans un parking souterrain avec des amis, provoquant même un tir de défense, heureusement sans conséquences, des policiers se croyant agressés lors de leur intervention !

Posté par CINELOVER à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 juillet 2012

DOCTEUR TAKESHI ET MISTER KITANO

Takeshi Kitano

 

            Takeshi Kitano (1947). Il est japonais, né à Tokyo. Il est issu des quartiers pauvres de Tokyo. Il fait des études d’ingénieur et pour vivre, il est garçon d’ascenseur dans un boîte, un jour que l’un des comiques est absent, il le remplace et prend le virus du spectacle en commençant par une carrière de comique en duo, il est recruté par la télévision pour devenir animateur d’émission où il fait preuve d’un humour féroce comparable à celui de Coluche. Il tourne ensuite, dans un registre dramatique dans : Furyo où il est un sergent sadique. Il tourne son premier film : Makoto-Chan en 1980. Il devient enfin réalisateur, son premier film étant : Violent cop. Pour bien marquer sa double personnalité cinématographique, il se fait appeler : Takeshi Kitano dans les rôles dramatiques et Beat Takeshi dans les rôles comiques. En 1994, il tente de se suicider en simulant un accident de moto, d’où il sortira à demi paralysé, retrouvant sa mobilité après une grave opération à l’issue de laquelle il reste victime de tics nerveux.

Son jeu d’acteur est basé sur sa totale impassibilité qui le rend très inquiétant et imprévisible, capable de sourire ou de tuer froidement dans la même seconde comme dans Aniki mon frère. Comme réalisateur il a tourné des films très noirs considérés par tous les cinéphiles comme des joyaux du film noir tels que : Sonatine ou Hana-Bi, sa réputation d’acteur réalisateur est mondiale. On le retrouve aussi dans Johnny Mnemonic, Tokyo eyes, L’été de Kikujiro, Tabou, Battle Royale 1 & 2, Blood and bones, Iso, Kantoku banzaï, Achille et la tortue, Outrage, Analog. Il a aussi tâté de la chanson avec un succès honorable.

ANECDOTE : Un journaliste l’ayant vivement critiqué en des termes très durs dans un article, il a organisé une expédition punitive au journal et réglé son compte au délateur devant les caméras, sans que sa popularité en souffre.

           

Posté par CINELOVER à 07:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 juin 2012

PIERRE REPP

 

Pierre Repp

 

            Pierre Alphonse Léon Fréderic Bouclet (1909 – 1986). Il est né dans le Pas-de-Calais à Saint Pol sur Ternoise.  Il est surtout célèbre pour ses sketches de bafouilleur, (on se souvient avec joie de son sketche sur les crêpes : Je prends des œufs, de la farine, du lait, et du sel et je les mange. Tiens ? Déjà ? Mais non ! Je mé-lange !). Il a aussi tourné une quarantaine de films comme troisième couteau, on le reconnaît à sa silhouette mince et son visage émacié. On le voit dans : La merveilleuse tragédie de Lourdes , son premier film en 1933 puis dans : Bonjour sourire, Le colonel est de la revue, Les 400 coups (Prof d’anglais), Les jeux de l’amour, Candide, Le tracassin, Cartouche (Un marquis), Un roi sans divertissement, Un clair de lune à Maubeuge,  Fifi la plume, Peau d’âne, Je ne sais rien mais je dirais tout, Le gendarme et les extra-terrestres, Le gendarme et les gendarmettes, Le téléphone sonne toujours deux fois en 1984 sera son dernier film. Un artiste unique.

Posté par CINELOVER à 09:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

24 juin 2012

PIERRE DAC

Pierre Dac

 

            André Isaac, devenu André Pierre-Dac (1893 – 1975). Il est né à Châlons-sur-Marne. Il a formé, avec Francis Blanche, le plus formidable duo comique de tous les temps, leur sketche : Le Sahr Rabindranath Duval est toujours, après plus de quarante ans, hilarant, ils ont aussi créé l’inégalable Furax,  à l’époque de ce feuilleton, le président du conseil de l’époque (Equivalent du premier ministre actuel), quittait l’Assemblée Nationale à l’heure de la diffusion en disant : Messieurs, je vous laisse, c’est l’heure de : Signé Furax !

            La société EPM a sorti en CD (15 par histoire), trois aventures de Furax : Le boudin sacré, La lumière qui éteint, Le gruyère qui tue, un double CD : Les méfaits de Furax, et trois coffrets de  cinq CD : Bons baisers de partout : L’opération Tupeutla. Le fils de Furax est sorti en 2012, mais il est médiocre comparé aux trois autres.

            Dans un premier temps Furax est passé  sur la Radio Nationale et les victimes étaient des « Barbus », il y a eu quatre livres (introuvables) sur cette série en 1953, puis le feuilleton est revenu sur Europe N° 1 (Les méchants sont les « Babus ») et a donné lieu à sept livres en 1972(Ceux-là sont trouvables).

 Il a aussi été rédacteur en chef de « L’Os à Moelle ».

 Il a été un extraordinaire homme de radio et de cabaret

 Il a fait peu de cinéma, mais à chaque fois il déchaîne l’hilarité, ainsi dans : Allez France », qui se passe en 1964, Robert Dhéry ouvre un placard en Angleterre et on y voit Pierre Dac un micro à la main, lancer un message de la France Libre ! (Il n’y a là aucune ironie car Pierre Dac  a été le speaker de Radio Londres pendant la guerre et ses duels verbaux de l’époque avec Philippe Henriot qui était, lui, le porte-parole de la collaboration, sont célèbres et il a beaucoup contribué au maintient du moral des français pendant la dernière guerre).

            On peut le voir dans : Le bidon d’or est son premier film en 1932, on le retrouve dans : Les gaîtés de l’escadron, Hellzapoppin (Il a fait les sous-titres français), La belle américaine (Où il est le colonel), Le petit baigneur (Où il est le ministre), Snobs, La polka des menottes, Le trio infernal en 1973 est son dernier film.

Posté par CINELOVER à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 juin 2012

BERNARD LE COQ

Bernard Le Coq 

            Bernard Pierre Etienne Le Coq (1950). Il est né dans l’Indre. Il s’inscrit, à 15 ans au cours de Claude Viriot. Il apparaît au cinéma pour la première fois en 1966 dans : Les grandes vacances, sa prestation lui vaut d’être demandé par Michel Boisrond pour : La leçon particulière en 1968, suivront : La liberté en croupe, Les feux de la Chandeleur, César et Rosalie, Le gang des otages, Les granges brûlées, Comme un pot de fraises, Mariage, Opération Lady Marlène, Le toubib, Trois hommes à abattre, Pile ou face, Van Gogh, Les patriotes, Mon homme, Capitaine Conan, Restons groupés, Un ange, La taule, La demoiselle d’honneur, La fleur du mal, Caché, La boîte noire, GAL, Rose et noir, La conquête, Monsieur papa, La conquête, Le capital, C'est beau la vie quand on y pense. A la TV, il est le héros de « Une famille formidable ». Il est aussi bon dans la comédie que dans le drame, mais c’est surtout la TV qui lui offre les plus belles occasions de prouver son grand talent. Il a aussi une très belle carrière théâtrale. Il a eu un « César » en 2003.

Posté par CINELOVER à 07:09 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
10 juin 2012

BERNARD HALLER

Bernard Haller 

             (1933-2009). Il est suisse, né à Genève. Il fait des études  de vétérinaire, puis vient à Paris pour faire des sketches au cabaret de « L’écluse », son sketch sur « le bonhomme pas-de-chance » est hilarant. Il s’est spécialisé dans le « One-man-show »Il fera aussi un peu de télévision. Au cinéma, il n’aura jamais de grands rôles, mais à chaque apparitions il est excellent, on le voit dans : Sergent X, Cartouche,  Je ne sais rien mais je dirai tout (Où il est un fonctionnaire particulièrement borné), La jument vapeur, L’associé, Signé Furax, Le braconnier de Dieu, Max mon amour, Bonjour l’angoisse, La soif de l’or, Les péchés mortels, Sa majesté Minor, en 2006, est son dernier film. Quel dommage que le cinéma n’ait pas su  bien employer ce merveilleux comédien.

Posté par CINELOVER à 07:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 mai 2012

JEAN YANNE

Jean Yanne

             Jean Roger Gouyé (1933 – 2003). Il est né Aux Lilas (93).  Issu d’une famille modeste, il abandonne rapidement ses études de journalisme pour écrire des sketches de cabaret. Il fait 3 ans de service militaire et reprend à son retour son travail de chansonnier au cabaret, il y rencontre Jacques Martin et Gérard Sire (Qui sera son fidèle ami toute sa vie), on se souvient de son sketche sur :Le permis de conduire ou celui des : Routiers. Il écrit aussi des chansons pour des gens comme Philippe Clay ou Line Renaud et pour lui, car il chante aussi. Il écumera toutes les grandes radios, seul ou avec Jacques Martin avec qui il réalisera d’ailleurs dans les années 60/70 une émission en stéréo entre Europe N°1 et Radio Luxembourg (Deux stations rivales) !

            Ses prestations aux « Grosses têtes » avec Jacques Martin sont des morceaux d’anthologie de l’improvisation et sans vulgarité ce qui est hors normes pour cette émission !

            Il commence au cinéma en 1963 dans : La vie à l’envers d’Alain Jessua et il ne cessera plus de jouer jusqu’à son décès, il deviendra d’ailleurs réalisateur en tournant des films à l’humour grinçant et délirant. Le sommet de sa carrière est sans doute son interprétation du : Boucher de Claude Chabrol aux côtés de Stéphane Audran et aussi : Nous ne vieillirons pas ensemble de Maurice Pialat (Pour lequel il a eu le grand prix à Cannes). Il sera aussi un étonnant Sézenec à la télévision en 1992 et son interprétation dans : Les Thibault est remarquable.

 Il peut jouer les pires salauds comme dans : Que la bête meure, où les comiques comme dans : Laisse aller c’est une valse.

            On peut le voir dans : Jaloux comme un tigre, Etes vous fiancée à un marin grec, La ligne de démarcation, Ces messieurs de la famille, Week-end, Laisse aller c’est une valse, Le saut de l’ange, Aramguedon, Regarde les hommes tomber, Papy fait de la résistance, La raison d’état, L’imprécateur, Indochine, Pétain, Le hussard sur le toit, Beaumarchais l’insolent, Je règle mon pas sur le pas de mon père, Hygiène de l’assassin, Les acteurs, Le pacte des loups, Adolphe, Gomez et Tavarés est son dernier film en 2003.

            Il a mis en scène : Tout le monde il est beau, Moi y’en a vouloir des sous, Les chinois à Paris, Chobizenesse, Je te tiens tu me tiens par la barbichette, Deux heures moins le quart, Liberté égalité choucroute (Il est aussi acteur dans ses films).

            Anecdote : Il a eu aux USA un prix du meilleur rôle FEMININ pour : Le boucher et Stéphane Audran le prix du meilleur rôle MASCULIN car dans ce pays Jean est un prénom de femme et Stéphane un prénom d’homme ! Il vivait aux « States » depuis 1979.

           

Posté par CINELOVER à 09:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

JEAN RICHARD

Jean Richard 

            Jean François Henri Richard (1921 – 2001). Il est né dans les Deux Sèvres. Sa famille aurait aimé qu’il soit dans l’agriculture, mais sa première passion est le dessin, il a été un bon caricaturiste et se servira de ce don pour publier des dessins dans les journaux et sur scène dans les cabarets de Lyon. Il fait la guerre dans la cavalerie, après la guerre il devient organisateur de tournées et va en Allemagne distraire les troupes françaises. Il fait ensuite du cabaret avec ses fameux sketches du paysan de « Champignol », humour qui ferait hurler à la ringardise de nos jours, mais qui a été très populaire en son temps, l’INA vient d’en rééditer un dans un DVD,  et , ma foi, c’est très agréable à revoir. Au cinéma, il a peu de bons films à son actif, son premier film est : Six heures à perdre en 1946, il aura un très bon rôle dans courte-tête une comédie sur les courses de chevaux avec Louis De Funès, le dernier sera : Signé Furax de Marc Simenon en 1980.         

        Après avoir abandonné le cinéma, il fera une formidable carrière à la télévision dans le rôle de Maigret dont il tournera 92 épisodes.

            On peut le voir aussi dans : Le costaud des Batignolles, Les deux font la paire, Les gaîtés de l’escadron, La vie est belle, Nous autres à Champignol, Messieurs les ronds de cuir, Le gendarme de Champignol, La famille Fenouillard, Les tortillards, Du mourron pour les petits oiseaux, Bébert et l’omnibus, Dragées au poivre, Allez France, Sale temps pour les mouches (D’après San Antonio où il joue Bérurier), Béru et ces dames, Le Viager. Faisant référence à ses animaux et à ses films il dira : Je suis le seul à nourrir des lions avec des navets !

                        En parallèle, il gère son cirque et le cirque Pinder et il ouvre la « Mer de sable » à Ermenonville et reprend en main la « Vallée des peau rouges » à Fleurines.

            En 1973, il a eu un terrible accident de voiture, il doit la vie à un brave homme qui lui a immédiatement porté secours, il restera plusieurs semaines dans le coma, mais tout se termina bien.

            C’est grâce à lui que le cirque a été reconnu comme activité culturelle à part entière.

            Il a eu aussi une grande activité dans le domaine des courses hippiques.

Posté par CINELOVER à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :