15 octobre 2017

FRITZ LANG

 

Fritz Lang

 

Friedrich Christian Anton Lang (1890-1976). Il est né à Vienne. Son père architecte. Très tôt il est doué pour la peinture et le dessin, il intègre une école d’architecture, mais il abandonne pour une école de dessin. Il décide ensuite de voyager avant de se retrouver à Paris où s’éveillera son intérêt pour le cinéma (muet à l’époque), mais il doit fuir car la guerre éclate. Il sera incorporé dans l’armée, sera blessé et au cours de sa convalescence il se met à écrire des scénarios, il retourne ensuite au front et sera à nouveau blessé. Il tourne son premier film en 1919 : Le métis, suivront plus de 40 réalisations dont : Madame Butterfly, Le docteur Mabuse, Metropolis, un chef d’œuvre universellement reconnu, Les espions, M le maudit (Son premier film parlant) qui est un autre chef d’œuvre absolu, Le testament du docteur Mabuse en 1933, il quitte alors l’Allemagne après que Goebbels lui ait proposé de devenir le chef du département cinéma de son ministère (Studios UFA), il vient en France et tourne : Lilium. Il se réfugie ensuite aux USA et tourne : Furie, J’ai le droit de vivre, Le retour de Frank James, Les bourreaux meurent aussi, La femme au portrait, Espions sur la Tamise, L’ange des maudits, Les contrebandiers de Moonfleet, La cinquième victime, L’invraisemblable vérité en 1959 sera son dernier film américain, il revient ensuite en Allemagne et tourne : Le tigre du Bengale, Le tombeau hindou, Le diabolique docteur Mabuse est son dernier film en 1960, American International Pictures fera un mélange du tombeau hindou et du tigre du Bengale qui sortira sous le titre : Journey to the lost city.

Il a aussi été acteur de quatre films, trois en Allemagne et aussi dans : Le mépris de Godard où il est......Fritz Lang (Thanks to Phil).

Il a été président du jury à Cannes en 1964.

Metropolis

 

Il avait l’habitude de porter un monocle.

Il était très dur avec ses comédiens et certains ont refusé de tourner avec lui.

On lui doit prés de 40 scénarios.

Comme le président Chirac, il aimait l’art Primitif  (Premier) qu’il collectionnait.

A la fin de sa vie, il était presque aveugle.

Il est un des directeurs de génie du cinéma mondial.

Posté par CINELOVER à 07:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 octobre 2017

SERGUEÏ EISENSTEIN

Sergueï Eisenstein

 

Sergueï, Mikhaïlovitch Eisenstein (1898-1948). Il est né à Riga (Aujourd’hui en Lettonie). Son père est ingénieur civil à Riga et lui le sera à Petrograd avant de s’engager dans l’armée rouge en 1915, où il servira comme ingénieur. En 1920, il va à Moscou pour travailler dans le théâtre, comme décorateur, puis, comme directeur. Il débute au cinéma comme réalisateur en 1923 dans un court-métrage. Dans ses premiers films, il travaille avec des acteurs non professionnels. Son premier Film est : La grève en 1925, puis, il tourne : Le cuirassé Potemkine en 1925, ce film est un chef d’œuvre où Eisenstein montre son génie du montage, la scène des escaliers est mondialement connue et admirée, il apparaît d’ailleurs dans ce film. Suivra : La ligne générale, Que viva Mexico, film qu’il ne pourra terminer car son producteur le lâche et il doit retourner en URSS sur ordre de Staline qui se méfie de lui, il en assure quand même un montage rapide et son producteur s’approprie le film et le fait monter aux USA, il sortira sous le titre : Tonnerre sur le Mexique, il tourne ensuite : Le pré de Béjine (Sera interdit et détruit en 1937).  Après avoir été écarté de plusieurs projets, il tourne : Alexandre Newski en 1938, ce qui lui vaudra un retour en grâce auprès de Staline et il est nommé directeur du plus grand studio d’URSS. Il tourne ensuite, sur demande de Staline: Ivan le terrible en 1945 qui sera très bien accueilli par les autorités  et lui vaudra le prix Staline en 1945. La deuxième partie de ce film va provoquer la colère de Staline qui le fera interdire (La fin du film est tournée en couleurs), cette deuxième partie ne sera autorisée en URSS qu’en 1958. Il avait commencé la troisième partie du film qui sera en partie détruite, le reste sera montré en 1988 sous forme d’un court-métrage (4 minutes, visible sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=1KQhjPt5XUM).

Il a écrit les scénarios de plusieurs de ses films.

Il a beaucoup voyagé, en Europe, aux USA où il est invité à tourner, mais cela ne se fera pas, il est aussi allé au Mexique.

Dés 1932, il est nommé Doyen de l’Institut d’Etat du cinéma.

Il reste de son œuvre de très nombreux écrits, d’innombrables dessins, esquisses de costumes.
En 1939, il met en scène : La Walkyrie au Bolchoï.

Un génie du cinéma Russe et mondial.

Potemkine

 

Posté par CINELOVER à 07:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 octobre 2017

ORSON WELLES

 

Orson Welles

 

George Orson Welles (1915-1985). Il est né dans le wisconsin. Son père, un industriel un peu « déjanté » est aussi alcoolique, sa mère est une remarquable pianiste concertiste. C’est un enfant que l’on qualifierait de « Surdoué » de nos jours, tout le passionne, le théâtre, la WELLES peinture, la musique et même l’illusionnisme qu’il pratiquera toute sa vie, il réalise, très jeune des mises en scène de théâtre. Sa mère décède quand il a 9 ans et son père quand il en a 15, il sera confié à un médecin de Chicago. Il fait de bonnes études, voyage et se produit dans plusieurs radios, mais le trafic routier de New York, fait qu’il est très souvent en retard, il décide donc de se faire transporter en ambulance toutes sirènes hurlantes et ne sera plus jamais en retard ! Il reste célèbre pour avoir fichu la frousse à l’Amérique entière en interprétant, avec un réalisme stupéfiant, la guerre des mondes de H.G. Welles à la radio. Il parlait un français impeccable. C’était un TRES gros mangeur, ce qui le fit devenir obèse dés ses 40 ans (Un jour il a avalé 18 hot dogs !). Il était féru de corrida qu’il pratiquait en amateur. Il était écrivain, acteur, cinéaste. Il a joué dans plus de 120 films au cinéma ou à la TV dans des courts et longs métrages. Il a scénarisé prés de 60 réalisations et comme metteur en scène, il tourne son premier film : Too much Johnson en 1938, puis ce sera ce chef d’œuvre absolu qu’est : Citizen Kane, où il tient le rôle principal, suivront : La splendeur des Amberson, Le criminel, La dame de Shangaï, Macbeth, Cagliosto, Othello, Dossier secret, La soif du mal, Le procès, Falstaff, Don Quixote, The dreamers. On retiendra aussi sa formidable prestation comme acteur dans : « Le troisième homme ».

Il est considéré comme un des plus grand réalisateur de tous les temps. Conscient de son génie, il avait peu de considération pour ses collégues. 

Il n'aimait pas son physique et en particulier son nez qu'il trouvait trop petit et il avait l'habitude de jouer avec un faux-nez!

Posté par CINELOVER à 07:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :