08 octobre 2018

TONY GOLDWYN

 

 

Tony Goldwyn

 

(1960). Il est né à Los Angeles. Sa mère est l’actrice Jennifer Howard et son père le producteur Samuel Goldwyn Jr, il est le petit fils de Samuel Goldwyn le célèbre producteur et de sa femme, l’actrice Frances Howard et du scénariste Sidney Howard et de sa femme l’actrice Claire Eames. Il est gaucher. Il est d’abord acteur et a, à son actif, plus de 70 films ou séries. Il est aussi réalisateur pour la TV et pour le cinéma. Son premier film sera tourné en 1999 : Le choix d’une vie avec Diane Lane et Viggo Mortensen une jeune femme mariée trop tôt s’ennuie et tente d’en sortir avec un vendeur ambulant, Attraction animale en 2001 avec Ashley Judd et Hugh Jackman une relation fulgurante et brève entre une productrice et un producteur, Last kiss en 2006 avec Casey Affleck les crises de plusieurs couples, Conviction en 2010 avec Hilary Swank, un excellent film tirée d’un véritable histoire : une jeune femme dont le frère est incarcéré à tort, reprend ses études pour devenir avocate et faire rouvrir le procès de son frère, Hilary Swank y est formidable. Il est aussi réalisateur de nombreuses séries TV (Dexter, Grey’s anatomy…)

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 septembre 2018

ALEXANDRE ASTIER

Alexandre Astier

(1974). Il est né à Lyon. Ses parents sont comédiens. Il fait des études de musique et de théâtre. Ses débuts sur les planches, il les fait à Lyon. En 2001, il commence une carrière au cinéma en participant à des courts-métrages puis en devenant acteur en 2006 dans : Comme t’y es belle, il jouera ensuite dans : Astérix aux J.O. puis dans : Coluche, suivront une série de films moins connus jusqu’en 2012 où il devient réalisateur et scénariste avec : David et madame Hansen avec isabelle Adjani un drame sur l’amnésie qui ne fera qu’à peine 100.000 entrées, il revient ensuite à la réalisation en 2014 avec Astérix et le domaine des dieux, un dessin animé qui fera prés de 3 millions d’entrées, il récidive avec : Astérix et le secret de la potion magique sur un scénario original, ce film doit sortir cette année. Il est surtout connu pour la série TV : Kaamelott entre 2005 et 2009 (Où il faisait jouer ses enfants), cette série a été l’objet d’un conflit avec la société productrice, ce conflit étant résolu, une suite devrait voir le jour. Il est aussi le scénariste de la BD : Kaamelott qui a débuté en 2006 et qui dure toujours chez Casterman. Il est aussi acteur de théâtre, et a obtenu le prix du jeune théâtre décerné par l’Académie Française pour sa pièce : Que ma joie demeure qu’il interprète seul sur scène, il est ensuite récompensé par les astrophysiciens pour sa pièce : L’exoconférence et un astéroïde portera son nom. Il est aussi compositeur de musiques de films. Il a aussi beaucoup tourné à la TV comme acteur.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 juillet 2018

GUILLAUME CANET

Guillaume Canet

 

(1973). Il est  né à Boulogne-Billancourt. Ses parents sont éleveurs de chevaux. A 10 ans il se produit dans un cirque cependant il se destine à une brillante carrière de cavalier, mais il est victime d’un grave accident lors d’une course d’obstacles et doit renoncer à ses projets (Il reprendra l’équitation pour le tournage de Jappelou), il se lance alors dans sa deuxième passion la comédie, il entre au cours  Florent et débute au théâtre avant de passer à la télévision dans de nombreux téléfilms. Il fait sa première apparition au cinéma en 1997 dans Barracuda, au total il a joué dans 66 films. Il devient réalisateur en 1996 ave un court-métrage : Sans regret, il en tournera encore trois autres (Dont je t’aim) avant de réaliser son premier long-métrage en 2002 : Mon idole avec François Berléand, Diane Kruger et Lui-même, les déboires d’un jeune assistant de la TV. Puis il tourne : Ne le dis à personne en 2006 avec François Cluzet, André Dussollier, Kristin Scott Thomas et Nathalie Baye, Un crime mystérieux, ce film aura une multitude de récompenses dont :  Césars du meilleur réalisateur et du meilleur acteur (Cluzet), Prix Lumière du meilleur film, Globes de cristal du meilleur film et du meilleur acteur, Ce film sera un très gros succès public, Les petits mouchoirs avec François Cluzet, Marion Cotillard et Benoît Magimel, les états d’âmes d’amis en vacances alors que l’un d’eux est entre la vie et la mort, Blood Ties avec Clive Owen, Marion Cotillard et James Caan, le conflit de 2 frères, un flic et un truand sorti de prison ce sera un énorme échec aux USA, Rock’n roll avec Guillaume Canet et Marion Cotillard, un réalisateur se rend compte qu’il a pris « un coup de vieux », Nous finirons ensemble sortira en 2019, c’est la suite des « Petits mouchoirs » avec le même casting.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 avril 2018

JOHN SCHLESINGER

John Sclesinger

(1926-2003). Il est né à Londres. Son père est médecin. Pendant la guerre, il participe à des spectacles pour l’armée. Pendant ses études à Oxford, il fait du théâtre. Après ses études, en 1953, il devient acteur à la TV. Il sera assistant réalisateur dans deux productions pour la TV. En 1962, il réalise son premier long-métrage : Un amour pas comme les autres avec Alan Bates, suivront : Billy le menteur avec Tom Courtenay et Julie Christie, puis Darling avec Dirk Bogard, Laurence Harvey et Julie Christie, trois film qui content la vie quotidienne de gens en difficulté dans la vie. Il tourne ensuite : Loin de la foule déchaînée avec Julie Christie et Terence Stamp raconte l’histoire d’une jolie femme riche et courtisée par 3 hommes. Puis il y aura :Macadam cow-boy avec John Voight et Dustin Hoffman, ce film classé « X » à sa sortie obtiendra 3 « Oscars » dont celui de meilleur film en 1970, c’est l’histoire trouble de deux « paumés », Il réalise ensuite : Un dimanche comme les autres, une histoire de bisexualité, Le jour du fléau avec Donald Sutherland et Géraldine Page, l’histoire de trois personnages à la dérive, Marathon man avec Lawrence Olivier, Dustin Hoffman et Roy Scheider un thriller sur fond de post-nazisme, Yank avec Richard Gere et Vanessa Redgrave, une confrontation, pendant la guerre, des deux cultures anglaise et américaine, Honky Tonk Freeway, l’histoire d’une petite ville en mal de touristes, Le jeu du faucon un film d’espionnage avec Sean Penn et Thimothy Hutton, Les envoûtés avec Martin Sheen, un film d’horreur, Madame Suzatzka avec Shirley McLaine, un immigrant doué au piano doit faire des choix décisifs, L’innocent avec Anthony Hopkins, un film d’espionnage, Au-delà des lois avec Kiefer Sutherland, un film sur l’autodéfense, Un couple presque parfait en 2000 est son dernier film avec Madonna, un amour impossible entre un homosexuel et une femme (Razzie award pour Madonna pire actrice de la décennie, pire film de l’année, pire réalisateur et pire scénario).

Il est aussi acteur dans une trentaine de films. Ouvertement homosexuel, il a traité le sujet dans trois de ses films : Macadam cow-boy, Un dimanche comme les autres et Un couple presque parfait, victime d’un grave accident cardiaque, il a été débranché avec l’approbation de son compagnon.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 février 2018

JEAN YANNE

Jean Yanne

 

Roger-Jean Gouyé (1933-2003). Il est né aux Lilas. Ses parents sont des bretons qui ont migré à Paris, son père est ouvrier (Il sera prisonnier en Allemagne pendant toute la guerre) et sa mère couturière chez un grand couturier (Lanvin). Il quitte les études après son BEPC et tente d’apprendre l’ébénisterie avec son oncle mais abandonne et entre dans une école de journalisme qu’il quitte peu après pour devenir pigiste pendant un temps avant de se lancer dans le cabaret et dans l’écriture de sketches, il revient un moment au journalisme avant de se produire à la radio, d’écrire des chansons, de jouer du piano, de l’orgue et du guide-chant et de se retrouver brièvement à la TV avec Jacques Martin, il a même écrit une revue pour Joséphine Baker et fait de la BD. Il fait son service militaire en Algérie et revient à la vie civile en 1957. Il commence une carrière d’acteur en 1952 où il fera preuve d’une aisance peu commune de jusqu’en 2003. Il finira par devenir Réalisateur en 1972 avec un style absolument inimitable. Son cinéma est corrosif et plein de dérision. On lui doit : Tout le monde il est beau-tout le monde il est gentil, son premier film en 1972 avec Blier, Serrault et lui, une satire de la radio, Moi y’en a vouloir des sous en 1973 avec Blier, Nicole Calfan et lui, une satire sociale qui vise les politiques, les patrons et les syndicats, Les chinois à Paris (Prémonitoire !) en 1974 avec Nicole Calfan, Macha Méril et lui, Chobizenesse en 1975 avec Robert Hirsch, Catherine Rouvel et lui, une satire de l’argent et du sponsoring, Je te tiens-Tu me tiens par la barbichette en 1978 avec Mimi Coutelier et lui, une satire de la TV, Deux heures moins le quart avant J.C. en 1982 avec Coluche, Serrault et lui une satire des péplums qui fera plus de 4.600.000 entrées ! Liberté égalité choucroute en 1984 avec Poiret, Serrault et Ursula Andress, une parodie de la révolution qui sera son dernier film mis en scène. Il a produit 5 de ses 7 films. Il a eu le prix d’interprétation masculine à Cannes en 1972 pour : Nous ne vieillirons pas ensemble. On l’a aussi vu à la TV, en particulier dans : L’affaire Séznec en 1992.

Il est décédé au début du tournage de : Atomik circus et a été remplacé par J.P. Marielle.

Il était très anticlérical malgré (ou à cause) de ses études primaires dans une école catholique.

Il a eu pour ami de toujours Gérard Sire. Il a été un des piliers des « Grosses têtes de Bouvard avec Jacques Martin à une époque où la vulgarité n’avait pas encore atteint cette émission encore géniale (le sketch délirant sur Christian Bonnet est hilarant et sans la moindre vulgarité comme celui sur Montluçon). C’est un artiste absolument atypique, touche à tout génial, râleur, mais infiniment sympathique.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

31 janvier 2018

ROGER PIGAUT

Roger Pigaut

(1919-1989). Il est né à Vincennes. Son père est employé aux Galeries Lafayette et sa mère est couturière. Peu motivé par les études il rate son entrée à l’école normale et travaille dans les chemins de fer. Il suit les cours de Raymond Rouleau puis les cours Simon et il sort major du Conservatoire en 1939 et migre vers la zone libre où il joue au théâtre et aussi au cinéma. Il devient alors acteur et sa renommée croit au fil de ses films, on le verra dans une cinquantaine de films au cinéma et à la TV, mais il se lasse et décide de devenir réalisateur après avoir été assistant sur un film et dirige son premier film, une co-production Franco-chinoise : Le cerf-volant du bout du monde en 1958, un film sur la fraternité à travers les pérégrinations d’enfants. Il réalise ensuite : La jeune morte avec Françoise Fabian, un homme sortant de prison tente de comprendre les raisons de la mort de sa femme, Comptes à rebours un polar avec une pléiades d’acteurs comme rarement vu : Michel Bouquet, Reggiani, Signoret, Bozzuffi, Vanel , Amidou, Jeanne Moreau, Hubert Deschamps, Desailly, Trois milliards sans ascenseur un tendre film de braquage avec des « bras-cassés » sympathiques et à nouveau une superbe distribution : Michel Bouquet (en spécialiste de l’électronique !), Françoise Rosay (sa mère), Danny Carrel, Reggiani, Bozzuffi, Fresson , Le guêpier avec Claude Brasseur et Marthe Keller en 1975 sera sa dernière réalisation pour le cinéma, il tournera ensuite pour la TV jusqu’à la fin de sa vie. Bien aimé de ses collègues comédiens, ils avaient plaisir à tourner pour lui, même dans des petits rôles. Il a écrit quelques scénarios. Son cinéma est agréable et simple.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 janvier 2018

ROBERT HOSSEIN

 

Robert Hossein

 

Robert Husseinoff (1927). Il est né à Paris et son père est un compositeur d’origine Azerbaïdjanaise et sa mère est comédienne. Il suit des cours d’arts dramatiques et fréquente le cours Simon. Il est rapidement remarqué et commence sa carrière au théâtre qui sera l’amour de sa vie, il dirigera d’ailleurs le théâtre de Reims en 1970, puis le théâtre Marigny. Il débute au cinéma en 1948 (voir sa fiche acteur) et passe à la réalisation en 1955 avec : Les salauds vont en enfer avec marina Vlady, Reggiani et Henri Vidal d’après Frédéric Dard (il récidivera deux fois), il tournera une quinzaine de films au total : Pardonnez nos offenses avec Marina Vlady et Pierre Vaneck, Toi le venin avec Marina Vlady, sa sœur Odile Versois et Hossein, La nuit des espions avec Marina Vlady et Hossein, Les scélérats avec Michèle Morgan et Hossein, Le goût de la violence avec Hossein, Le jeu de la vérité avec Hossein et Meurisse, La mort d’un tueur avec marie France Pisier et Hossein, Les yeux cernés avec Michèle Morgan et Hossein, Le vampire de Düsseldorf Avec Marie France Pisier et Hossein, J’ai tué Raspoutine avec Gert Fröbe et Hossein, Une corde un colt avec Michèle Mercier et Hossein, Point de chute avec Johnny Hallyday et Hossein, Les misérables avec Lino Ventura, Jean Carmet et Michèle Bouquet, Le caviar rouge avec Candice Patou et Hossein en 1986 est son dernier film. Sa carrière d’acteur est énorme, il apparaît dans 115 réalisations où il prend souvent plaisir à jouer les aventuriers ou les salauds! Ses réalisations théâtrales sont spectaculaires, il a écrit une vingtaine de scénarios et il a aussi énormément joué au théâtre et a travaillé pour la TV.

Il a été membre du jury de Cannes en 1963.

Il y a très peu de profils comme le sien au monde !

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 janvier 2018

KEVIN COSTNER

 

 

Kevin Costner

(1955). Il est né en Californie. Son père est cadre. Il a vécu quelques années au Québec où il a appris le français. Après des études de marketing il travaille dans la publicité. Il doit son entrée dans le cinéma à Richard Burton qu’il a rencontré par hasard dans un aéroport au retour de son voyage de noces. Il a du mal à percer, cela se fera avec : Les incorruptibles, il aura ensuite une très belle carrière d’acteur (voir sa fiche:acteur).

Il devient réalisateur en 1990 avec : Danse avec les loups dans lequel il a le rôle principal avec Mary McDonnell et Graham Greene ce sera un immense succès et lui vaudra l’Oscar du meilleur réalisateur et du meilleur film en 1990, ainsi que les Golden Globes du meilleur film et du meilleur réalisateur, au total ce film lui vaudra une vingtaine de récompenses à travers le monde, la nation Sioux lui fera cadeau d’une parcelle de terrain où il a construit un golf. Il tournera ensuite Postman en 1997 un film post-apocalyptique qui sera mal reçu par le public et la critique et enfin : Open range en 2003 dont il y est la vedette avec Robert Duvall, un excellent western qui sera un beau succès.

En 2013, il aura un « César » pour l’ensemble  de sa carrière.

Il est aussi musicien dans un groupe de country rock : Kevin Costner and Modern west.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 décembre 2017

RICHARD BERRY

Richard Berry

Richard Elie Benguigui (1950). Il est né à paris. Ses parents sont des commerçants. Il est passionné par le théâtre dés sa jeunesse, il est admis au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique et en ressort avec un premier prix en 1973 et intègre la Comédie française comme pensionnaire et il y reste sept ans. En 1972, il fait une brève apparition dans : Absences répétées En 1974, il est appelé par Claude Pinoteau pour tourner dans : La gifle, puis il devra attendre 1978 pour commencer une vraie carrière d’acteur de cinéma qui dure encore (il a tourné plus de 120 films cinéma et TV confondus). En 2001 il se lance dans la réalisation avec : L’art (délicat) de la séduction où il est acteur avec Cécile De France, puis il réalise Moi César 10 ans1/2-1m39 avec Jules Sitruk et Maria  de Medeiros un film autobiographique, suivront : La boîte noire avec José Garcia et Marion Cotillard, L’immortel avec Jean Reno et Kad Merad d’après le livre de Franz Olivier Giesbert un bon polar qui raconte l’histoire vraie d’un caïd abattu de 22 balles de revolver mais qui survit et se venge (1.200.000 entrées), Nos femmes avec un trio d’acteurs brillants : Lhermitte, Auteuil et lui-même, Tout-tout de suite est sa dernière réalisation en 2016. Il a écrit tous les scénarios de ses films.

Il est totalement polyvalent : Acteur au cinéma et à la TV, réalisateur, scénariste, comédien de théâtre, il a aussi fait du doublage et enregistré un douzaine de disques.

Posté par CINELOVER à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 novembre 2017

TAKESHI KITANO

Takesi Kitano

 

(1947). Il est né au Japon prés de Tokyo. Il est aussi connu sous son pseudonyme de Beat Takeshi (pour ses prestations moins sérieuses). Il fait des études d’ingénieur pendant 4 ans, mais il est exclu pour insubordination (34 ans plus tard il en deviendra Licencié honoraire !). C’est un homme très éclectique qui a été boxeur, danseur de claquettes, humoriste, animateur télé, écrivain (Il a écrit plus de 50 livres), peintre et plasticien, créateur de jeux vidéos, chanteur. Il a été victime d’un grave accident de moto, roulant sans casque. Il a du subir une série d’opérations pour retrouver l’usage d’un côté de son visage, il en conservera un « tic » nerveux bien connu. Après son exclusion, en 1972,  il trouve un emploi de réparateur d’ascenseur dans une boîte de nuit, il prend alors la place des comédiens qui s’absentent pour maladie. Il crée ensuite un duo comique : The two Beats, mais leur humour qui a pour cible les personnes défavorisées est mal perçu par les autorités et il seront interdit de TV et le duo sera dissout. Au cinéma, il commence par être acteur dés 1969 et tournera dans plus de 60 films (Particulièrement dans : Furyo et y compris dans ses propres films). Il devient réalisateur en 1989 avec : Violent cop. Il a réalisé, pour l’instant 20 films parmi lesquels : A scene at the sea, Sonatine, Hana-Bi, Aniki mon frère, son premier film tourné en anglais qui sera assez mal accueilli aux USA, Zatoichi, Glory to the filmaker, Achille et la tortue, Outrage, Outrage beyond, Outrage coda. Dans ses films alternent souvent des scènes de grande violence et des scènes d’un calme absolu. Son cinéaste préféré est Jean Pierre Melville.

Il a obtenu le prix de la critique à Cognac en 1995 pour Sonatine, le Lion d’or à Venise en 1997 pour Hana-bi, Le lion d’argent pour Zatoichi en 2003. Il est officier de la Légion d’honneur,  et commandeur des Arts et Lettres.

Un réalisateur totalement atypique et génial.

En France ses films ont généralement fait très peu d’entrées sauf Furyo (1.500.000), tous les autres n’atteignent pas 500.000 et une dizaine sont en-desous de 100.000, le pire étant : 2.400 pour Glory to the filmaker, mais le bilan mondial est globalement positif.

Posté par CINELOVER à 07:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :