30 juillet 2012

YUL BRYNNER

Yul Brynner

 

            Yul  Taidje Khan (1915-1985). Il est d’origine Russe, son père est suisse et sa mère russe, il est né dans les îles Sakhaline, toute sa vie, il a entretenu le mystère ses origines. Il passe sa jeunesse en Mandchourie et vient en France au début des années 30. Il a été chanteur dans des cabarets puis trapéziste au cirque d’hiver, mais un accident le réduit au rôle de machiniste chez Sacha  Pitoëff. Il passe aux USA en 1941 et travaille au ministère de la guerre en 1942. Il travaille d’abord pour la TV.  Son premier film date de 1949 : La brigade des stupéfiants, son dernier sera : Les rescapés du futur en 1976. Immédiatement reconnaissable avec son crâne rasé et son visage rond, il sera adulé du public à son époque.

            On peut le voir dans : Les dix commandement (Qui a été un triomphe mondial et qui n’a pas vieilli), Les sept mercenaires (Où il est Chris, le chef de la bande. C’est un remake du film japonais : Les sept samouraïs qui est aussi un chef d’œuvre absolu. Tous les acteurs du film les sept mercenaires ont connu la célébrité par la suite), Le mercenaire de minuit (Où il est un pistolero désabusé et cynique), Anastasia,  Salomon et la reine de Saba, Le testament d’Orphée de Jean Cocteau, Aimez-vous Brahms, Les fuyards de Zahrain, Taras Boulba, L’ombre d’un géant, La griffe, Pancho Villa, Le serpent. Il se consacrera au théâtre à la fin de sa vie.

            Un immense acteur atypique.

Posté par CINELOVER à 06:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 juillet 2012

STEVE MAC QUEEN

Steve McQueen

 

            Terence Steven McQueen (1930-1980). Il est né dans l’Indiana. Il a fait de nombreux petits boulots avant de devenir acteur. Il est la vedette de la série TV : Au nom de la loi, où il interprète Joss Randall un chasseur de prime, cette série a eu un très grand succès mondial. Il tourne son premier film en 1953 : Girl on the run, puis : Marqué par la haine en 1956 et son dernier en 1980 : Le chasseur. Il est l’un des sept mercenaires dans le formidable western de John Sturges aux côtés de Yul Brynner, Charles Bronson, James Coburn (L’homme au couteau), Brad Dexter, Horst Buchholtz (Le jeune), Robert Vaughn (Tous sont célèbres).

            On peut le voir dans : La grande évasion( et la célèbre fuite à moto), Le kid de Cincinnati( en joueur de poker), Nevada Smith, La canonnière du Yang Tsé, L’affaire Thomas Crown( tout en finesse), Bullitt (Un des meilleurs polar de tous les temps avec la célèbre poursuite dans les rues de San Francisco, il y retrouve Robert Vaughn), Guet-apens (Avec Ali Mac Graw qui était la femme de son producteur et qu’il séduira pour lui enlever), Papillon(Aux côtés de Dustin Hoffman), La tour infernale (Où il est le chef des pompiers).

            Amateur de sport automobile, il était un excellent conducteur. Malgré sa courte vie, il a laissé une trace indélébile dans la mémoire des cinéphiles, un immense acteur.

Posté par CINELOVER à 07:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 juillet 2012

SPENCER TRACY

Spencer Tracy

 

            Spencer Bonaventure Tracy (1900 – 1967). Il est né dans le Wisconsin. Son père est vendeur de camions. Il fait des études très moyennes chez les Jésuites et ne voulant pas devenir prêtre, il s’engage à 17 ans dans la Navy pendant la première guerre mondiale. Une fois démobilisé, il est tenté par le théâtre et suit des cours d’art dramatiques à New York tout en faisant des petits boulots pour subsister. Il débute à Broadway en 1922 avant de venir au cinéma en 1930 dans : Up the river de John Ford (Aux côtés d’un autre débutant : Humphrey Bogart), il tournera ensuite 16 films en trois ans. Il représente, avant John Wayne, l’américain type : patriote, courageux, droit et honnête. C’est un acteur dénué de toute sophistication, il est toujours naturel et économe de ses effets avec une très grande intelligence et de subtilité dans son jeu d’acteur.

 Il décroche son premier « Oscar » en 1937 pour : Capitaines courageux et le second en 1938 pour : Des hommes sont nés, il aura aussi le prix du meilleur acteur en 1955 à Cannes pour : Un homme est passé.

Il a formé avec Katherine Hepburn un couple mythique du cinéma, ils ont tourné neuf films ensemble. Il décède deux semaines après la fin du tournage de : Devine qui vient dîner en 1967.

            On le voit en particulier dans : Goldie, 20 000 ans sous les verrous, L’enfer, Furie, Le grand passage, La vie de Thomas Edison, Docteur Jekyll and mister Hyde, La septième croix, Eternel tourment, Le maître de la prairie, L’enjeu, Madame porte la culotte, La femme de l’année, Gloire et fortune, La lance brisée, Un homme est passé, Le vieil homme et la mer, La dernière fanfare, Jugement à Nuremberg, La conquête de l’Ouest, Un monde fou fou fou.

            Il est considéré comme un acteur génial.

Posté par CINELOVER à 07:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 juillet 2012

SEAN CONNERY

Sean Connery

 

            Thomas Sean Connery (1930). Il est écossais et très fier de l’être. Sa jeunesse est difficile car ses parents ne sont pas riches et il doit faire des petits boulots pour aider ses parents, puis il s’engage dans la marine pour 3 ans et au retour, ce sera de nouveau une multitude de petits boulots. Adepte du culturisme, c’est là qu’il entrera en contact avec le milieu du spectacle  et débutera par le théâtre puis par la TV. Il tourne son premier film en 195 :Voyage en Birmanie, mais c’est avec James Bond contre docteur No qu’il deviendra célèbre, il va donner à ce personnage une grande élégance, un humour et un charme inégalé. Il tournera un denier « Bond » : Jamais plus jamais en 1983. Après James Bond il tournera des films de très grande valeur, ce qui ne sera pas toujours le cas de ses successeurs. Il a été anobli par la reine en 2000.

            On peut le voir dans : Train d’enfer, La plus grande aventure de Tarzan,  Le jour le plus long, Pas de printemps pour Marnie, La colline des hommes perdus (Un film d’une profonde noirceur sur la cruauté de certains petits chefs de l’armée), Shalako, Zardoz, Le gang Anderson (Bon mais la fin est triste), Un pont trop loin, Meteor, L’homme qui voulut être roi(La formidable saga de deux aventuriers qui deviendront des dieux dans une province reculée proche de l’Inde), Outland (La transposition dans l’espace interplanétaire du train sifflera trois fois), La rose et la flèche( Un film bourré d’émotion sur la fin de Robin des Bois),  Highlander, Le nom de la rose (Extraordinaire adaptation du roman), Présidio (Avec Tom Cruise et Meg Ryan, un très bon thriller), Family Business,  Les incorruptibles ( Magnifique polar), Rock  avec Nicolas Cage (Où il a un look incroyable), A la poursuite d’octobre rouge (Un suspens sous-marin à couper le souffle), Juste cause, Soleil levant (Un thriller dans les milieux japonais),  La maison Russie (Film d’espionnage avec un scénario très intelligent), Haute voltige (Cambriolages élégants), A la rencontre de Forester, La ligue des gentlemen extraordinaires, Sir Billi.

 Je ne connais pas de mauvais films avec cet acteur. Il a eu un « Oscar » du meilleur second rôle pour « Les incorruptibles » en 1988.

Posté par CINELOVER à 08:22 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
11 juillet 2012

SATURNIN FABRE

Saturnin Fabre

 

            Charles Saturnin Joseph Fabre (1884 – 1961). Il est né à Sens dans l’Yonne. Il est passionné par le théâtre et il entre au conservatoire pour en ressortir avec un premier prix. Il monte sur les planches pour interpréter tout ce qui est jouable : Drames, comédies, opérettes sous des pseudonymes délirants comme Jean Némar, Sam Court. Grand avec une voix grave et un phrasé tonitruant il ne passe pas inaperçu. Il jouait aussi de la clarinette et écrivait des saynètes. Il apparaît dans des films muets dés 1911 : Les deux collègues, L’envie d’embrasser, La marquise de Trevenec, Si jamais je te pince, La rafale, Mademoiselle de la Seiglière, son premier rôle parlant sera dans : La route est belle en 1929, suivront ensuite environ 80 films dont beaucoup de « navets » qui valent le coup d’être vus grâce à sa simple présence. Sur les tournages, il est totalement imprévisible : Il incarnait la démesure, exubérant, tonitruant, colérique mais toujours génial, il volait souvent la vedette aux autres acteurs.

 Il venait tourner avec une petite valise dans laquelle il y avait un réveil, dés que la sonnerie retentissait, il se levait, saluait les gens du plateau et rentrait chez lui en disant que la journée de tournage était terminée.

            Il a eu droit à un hommage posthume en 1962 au festival de Cannes.

 Il a écrit une autobiographie délirante en 1948 : Douche écossaise sous le pseudonyme de Ninrutas Erbaf.

            On peut le retrouver dans : L’hôtel du libre-échange, Le roman d’un jeune homme pauvre, Train de plaisir, Clochemerle, Docteur Laennec, La fête à Henriette, Le gagnant, Le voleur de femme, Les otages, Pépé le Moko, Désiré, La nuit fantastique, Messieurs les ronds de cuir, Désiré, Ils étaient neuf célibataires, Mademoiselle Swing, Marie-Martine, Les portes de la nuit, Miquette et sa mère, La dame de chez Maxim’s, Carnaval, L’ennemi public N° 1, Escalier de service(Son dernier film en 1954)

Posté par CINELOVER à 07:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 juillet 2012

RUDOLPH VALENTINO

Rudolph Valentino

 

            Rodolfo Pietro Filiberto Rafaello Gugliemi (1895 – 1926). Il est né en Italie, sa mère est française. Son père était vétérinaire. Il est né l’année de l’invention du cinéma. Son père décède quand il a 11 ans dés lors, il se désintéresse des études, et tente d’entrer dans l’armée à 15 ans, mais il est refusé pour insuffisance physique, il part aux USA à 18 ans et il exerce alors des petits boulots : Garçon de café, danseur mondain, il devient très célèbre comme danseur de tango. Il se dirige alors vers le cinéma où il tient de petits rôles secondaires, jusqu’au jour où il tourne en 1921 : Les quatre cavaliers de l’Apocalypse et c’est la gloire immédiate confirmée par le film suivant : Le cheikh, il devient la coqueluche de toutes les femmes de cette époque, il part en voyage en Europe et reviens aux USA avec la barbe : Tollé de ses admiratrices et il est obligé de se raser !

 En 1926, il set victime d’un ulcère gastrique aigu et d’une appendicite qui exige une opération immédiate, après l’intervention il est victime d’une septicémie qui l’emporte à 31 ans, son enterrement donna lieu à des scènes d’hystéries incroyables avec des suicides d’admiratrices et des scènes d’émeutes de fans voulant approcher le cercueil, il y avait 100 000 personnes à ses obsèques. (Comme c’est le cas pour ces vedettes adulées, de nombreuses rumeurs non vérifiées ont circulé à son propos et au sujet des causes de sa mort)

            On le voit dans : My official wife son premier film en 1914, Le droit d’aimer, Arènes sanglantes, The young Rajah, Monsieur Beaucaire, L’Hacienda rouge, L’aigle noir, Cobra, Le fils du Sheikh (Son dernier film en 1926). Il n’a pas connu le cinéma parlant.

            ANECDOTE : Son premier mariage a duré SIX heures, sa femme l’ayant mis à la porte de sa chambre d’hôtel juste après le mariage (Ils se retrouveront un peu plus tard et resteront de bons amis !).

Posté par CINELOVER à 07:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 juillet 2012

ROBERT MITCHUM

Robert Mitchum

 

            Robert Charles Durman Mitchum (1917-1997). Il est né dans le Connecticut. Sa famille est très pauvre et ses parents se séparent quand il est encore très jeune. Il quitte son foyer à 14 ans et mène une vie de misère avec des petits boulots et des séjours en prison. Mais il a, fondamentalement, un âme d’artiste et se débrouille pour participer à des pièces de théâtre, il écrit des poèmes et écrit des livres pour enfants. Après son mariage, il travaille en usine et fait le représentant, mais le soir il joue au théâtre. Il finira par être remarqué par des agents et commencera à tourner au cinéma. Grand et costaud, sa voix rauque est caractéristique, il se donne une apparence de nonchalance, mais il a un caractère très fort et ses frasques sont célèbres, ce qui lui a donné une mauvaise réputation dans la bonne société américaine. En revanche le public l’adore et il est un des acteurs le plus populaires de son époque. Dans ses 131 films il a tout joué : comédies, drames, western, guerre. Son jeu est très sobre, mais redoutablement efficace. Il n’a jamais eu la « Grosse tête », il prétendait même que ce métier était simple : il suffit d’apprendre son texte et de faire tout ce que le réalisateur demande. Son nez cassé vient de la période où il était boxeur. Il a été aussi chanteur.

 Son premier film : Et la vie continue en 1943, son dernier : Pakten en 1995.

            On peut le voir dans : ça commence à Vera Cruz, Torpilles sous l’Atlantique, L’aventurier du Rio Grande, Celui par qui le scandale arrive, Un si doux visage, L’aventurier du Rio Grande, Pancho Villa, Les nerfs à vif, Le jour le plus long (Où il est un chef de bataillon exemplaire), El Dorado (Avec John Wayne,où il est un shérif alcoolique par dépit amoureux), La rivière sans retour (Avec Marilyn Monroe), La bataille de Midway.

            Son meilleur rôle reste celui de : La nuit du chasseur. Il n’a jamais été « Oscarisé ».

            C’est un des plus grands acteurs du cinéma mondial.

 

Posté par CINELOVER à 06:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 juillet 2012

RICHARD BURTON

Richard Burton

 

            Richard Walter Jenkins  (1925 -1984). Il est d’origine galloise, il y avait quatorze enfants dans la famille. Il prendra le pseudo de « Burton » en hommage à son tuteur qui l’a pris en charge après la mort de sa mère. Il est très tôt attiré par le théâtre et joue son premier rôle à 12 ans. Il doit interrompre sa carrière  pendant la guerre pendant laquelle il sera dans la RAF. Peu après la fin de cette guerre, il triomphe à Broadway et ne pratique le cinéma qu’en complément. Il a longtemps été le mari d’Elizabeth Taylor. Il n’a jamais eu d’Oscar mais plusieurs « Golden Globes ». Son premier film sera : The last day of Dolwyn en 1949 et le dernier : 1984 en 1984.

Il a aussi été metteur en scène pour Docteur Faustus.

            On peut le voir dans : La tunique, Alexandre le grand, Le jour le plus long, Cléopâtre, La nuit de l’iguane, L’espion qui venait du froid, Qui a peur de Virginia Wolf, Quand les aigles attaquent (Un très bon film de guerre avec Clint Eastwood), La mégère apprivoisée, L’assassinat de Trotsky, Les oies sauvages (Un très bon film sur les mercenaires), Obsession.

            Un très grand acteur qui a tourné dans des chefs d’œuvres inoubliables et qui a marqué le cinéma mondial.

Posté par CINELOVER à 07:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 juin 2012

RAIMU

Raimu

 

            Jules Auguste César Muraire (1883 – 1946). Il débute à 17 ans comme comique troupier mais n’a aucun succès, il doit alors faire de multiples petits boulots pendant prés de 10 ans, Il remonte alors sur scène et le succès est au rendez-vous. Félix Mayol le remarque et l’aide à monter à Paris où il triomphe aux concerts Mayol puis dans diverses revues. Mobilisé en 1914, il est réformé en 1915. Au cinéma il commence sa carrière au temps du muet (Il tournera 7 films au temps du muet), en parallèle, il joue avec un immense succès au théâtre la pièce de Pagnol : Marius. Il franchira le passage du muet au parlant sans problème et sera l’interprète de  Marius sous la direction d’Alexandre Korda, puis Fanny sous la direction de Marc Allégret. Puis il y aura : César sous la direction de Marcel Pagnol.

 Il aura ensuite le plus grand rôle de sa carrière grâce à Pagnol dans : La femme du boulanger, il tournera encore dans la fille du puisatier. Il deviendra pensionnaire de la Comédie Française.

Il décède en 1946 à cause d’une erreur médicale pendant une intervention chirurgicale bénigne.

            Orson Welles dira de lui qu’il est le plus grand acteur du cinéma de tous les temps ! (Venu en France pour le rencontrer, il arrivera juste après son décès)

            On le voit dans : Les gaîtés de l’escadron, Faisons un rêve, Tartarin de Tarascon, Gribouille, Les perles de la couronne, Le duel, L’Arlésienne, Les inconnus dans la maison, Le colonel Chabert, Les gueux au Paradis, L’homme au chapeau rond

Posté par CINELOVER à 07:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 juin 2012

PAUL NEWMAN

Paul Newman

 

            Paul Léonard Newman (1925-2008). Il est né dans l’Ohio. Il commence dans le spectacle très tôt (Vers l’âge de douze ans), il suit ensuite les cours de l’actors’studio. Il sera « Marine » pendant la dernière guerre. Son premier film date de 1954 : Le calice d’argent, il  a annoncé en 2007 la fin de sa carrière dans le cinéma, son dernier film est donc :Les sentiers de la perdition  en 2002. Grand et bel homme il jouera les séducteurs à l’écran, mais aussi les hors la loi, un métisse indien, les espions toujours avec le même brio. Son jeu est sobre mais très efficace, le meilleur exemple est son rôle dans : Hombre de Martin Ritt, un superbe western, où il parle très peu, mais il crève l’écran. Il est un fan de course automobile qu’il pratique encore à 80 ans. Il a créé une ligne de produits alimentaires dont les profits vont à des œuvres de charité. Il est aussi réalisateur.

            On peut le voir dans :Marqué par la haine, Le gaucher, La chatte sur un toit brûlant, Exodus (Le film qui relate l’épopée des premiers juifs à rejoindre Israël), L’arnaqueur, Le plus sauvage d’entre tous, Détective privé, Le rideau déchiré d’Alfred Hitchcock (Où il joue un rôle d’espion), Luke la main froide, Hombre (Un des plus beau western de tous les temps), Butch Cassidy et le Kid (Un très beau film avec Robert Redford), Détective privé, L’arnaque (Un film avec un superbe scénario et des acteurs magnifiques), La tour infernale (Un film catastrophe fort bien mené avec Steve Mac Queen en chef pompier), Buffalo Bill et les indiens, Absence de malice, La couleur de l’argent, Les sentiers de Perdition( Un superbe film d’une profonde noirceur avec Tom Hanks), L’heure magique.

             Il a réalisé : Rachel Rachel, Le clan des irréductibles, De l’influence des rayons gamma sur les marguerites, L’affrontement, La ménagerie de verre.

Il a eu le grand prix à Cannes en 1957 pour : Les feux de l’été. Il a été Oscarisé en 1986 pour : La couleur de l’argent et a obtenu une avalanche de prix tout au long de sa carrière.

            Un acteur d’une incroyable finesse, avec un sourire irrésistible et un talent immense.

Posté par CINELOVER à 07:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :