René Vautier

(1928-2015). Il est né en Bretagne à Camaret. Son père est ouvrier et sa mère institutrice. A 15 ans il fait partie de la Résistance en Bretagne et sera décoré de la Croix de Guerre et cité à l’Ordre de la Nation par le Général de Gaulle. Il fera l’IDHEC dont il sort major dans la spécialité réalisation. Il adhère au PCF et part, en 1949, réaliser des documentaires anticolonialistes en Afrique, ce qui lui vaudra des ennuis avec le gouvernement français de l’époque pour son documentaire rescapé des confiscations: Afrique 50 il sera condamné à un an de prison. Pendant la guerre d’Algérie, il se range du côté du FLN, à la suite d’une embrouille, il sera condamné et incarcéré par le FLN pour 2 ans, après une évasion, il est trahi, capturé et torturé puis relâché sans aucune explication, pas rancunier, il s’installera à Alger après la fin de la guerre  et deviendra responsable du centre audiovisuel. De retour en France, il fera une grève de la faim d’un mois en 1971 contre la censure. Son premier long-métrage sera : Avoir 20 ans dans les Aurès en1972, un film sur la guerre d’Algérie avec Philippe Léotard et Alexandre Arcady, il tourne ensuite : La folle de Toujane avec Gilles Servat. Son œuvre est totalement polémique, ses sujets de réflexions seront : Le capitalisme, Le colonialisme, Le racisme, L’apartheid, La pollution, L’extrême droite et le féminisme. Au total, il a réalisé 22 films : Documentaires, Courts et Longs-métrages. Il a écrit quelques scénarios et a été acteur de passage.