Leo Joannon

1904-1969). Il est né à Aix-en Provence. Il commence des études de Droit qu’il abandonne pour écrire des nouvelles et des critiques cinématographiques qui lui ouvriront les portes de la Gaumont où il devient un excellent cadreur qui assistera des grands cinéastes comme Carmine Gallone, ce qui lui mettra le pied à l’étrier pour devenir réalisateur dés 1931 avec : Adieu les copains. On lui doit une petite quarantaine de films dont : Le chanteur de minuit, un film musical, Vous n’avez rien à déclarer qui est une pièce de théâtre filmée avec Raimu, Alerte en Méditerranée lui vaudra le Grand Prix du cinéma français, tourné au moment des accords de Munich, ce film vante l’honneur de la marine allemande ! Pendant la guerre, il aura une attitude favorable à Vichy en collaborant avec la compagnie allemande  « Continental », il tournera plusieurs films pendant l’occupation dont : Le carrefour des enfants perdus, un film humaniste qui traite de la dureté des maison de correction avec Reggiani, René Dary et Raymond Bussiéres. A la libération, il sera interdit de tournage pendant 5 ans à cause de ses sympathies vichystes, il ne tournera à nouveau qu’en 1950, surtout des films d’inspiration catholique ou colonialistes. Plus surprenant, il tournera avec Laurel et Hardy : Atoll K . On lui doit encore : Le défroqué, L’assassin est dans l’annuaire, Fort du fou avec Jean Rochefort, Les Arnauds avec Adamo sera son dernier film en 1967. Il a été le scénariste de 24 films et a aussi été acteur dans ses films.