Marco Bellochio

(1939). Il est né en Italie. Il veut devenir acteur, mais ce métier ne lui convient pas et décide de devenir réalisateur, avec pour débuter des courts-métrages. Il est politiquement très engagé à l’extrême gauche et fera, dans un premier temps, un cinéma social, par la suite il deviendra plus sulfureux avant de revenir à une œuvre plus sociale. Il dénoncera souvent, dans ses films, la religion catholique, dominante en Italie. Ses rapports avec la censure sont nombreux et orageux. Son premier film : Les poings dans les poches sur le malaise des jeunes est un film très engagé. Il en a tourné une cinquantaine et a écrit autant de scénarios. Il a été membre du jury à Cannes en 2007. On lui doit entre autres : Le saut dans le vide, Le diable au corps, Le sourire de ma mère, La belle endormie, Le traître (2019)         .