Mervyn LeRoy

(1900-1987). Il est né à San Francisco. Sa famille est ruinée par le tremblement de terre suivi d’un incendie  en 1906. Son père décède quand Mervin n’a que 10 ans, il doit quitter l’école pour travailler, il vend des journaux, il devient chanteur puis acteur de « Vaudeville » dans une dizaine de films. Il vient ensuite à Hollywood pour travailler au département « Costumes », il devient ensuite gagman et  assistant directeur avant de paraître dans des films muets. Il devient réalisateur en 1927 avec : No place to go. Il a tourné, au total, 78 films. Il a révélé de nombreux « Très grands » du cinéma comme Edward G. Robinson, Robert Mitchum, Loretta Young, Lana Turner, Clark Gable. On lui doit en particulier : Le petit César, un film de mafieux avec Edward G. Robinson et Douglas Fairbanks, Je suis un évadé, un film sur les prisons des USA avec Paul Muni, il a participé au « Magicien d’Oz » sans en être crédité, madame Curie, un biopic de la célèbre physicienne française avec Greer Garson et Walter Pidgeon, Les quatre filles du Dr March, l’histoire de 4 jeunes filles pendant la guerre de sécession, avec Liz Taylor et Janet Leigh, Quo vadis, un célèbre péplum avec Robert Taylor, film qui obtiendra 6 « Oscars » en 1952 : Meilleur film, meilleur 2° rôle masculin (Léo Genn), meilleure photo, meilleurs décors, Meilleur montage, meilleure musique, La police fédérale enquête, un polar avec James Stewart et Vera Miles, En 1968, il a aidé John Wayne, sans en être crédité, dans la réalisation des « Bérets verts », un film de guerre très manichéen. Il a aussi produit une trentaine de films.