Philip Kaufman

(1936). Il est né à Chicago. Après un passage à l’université, il fait du droit à Harvard. Il débute dans la réalisation en 1964 avec Goldstein,une version moderne de la vie du prophète Élie qui lui vaudra le Prix de la Nouvelle Critique à Cannes en 1965, il continue avec Feareless Frank, une comédie satirique à base de super héro avec Jon Voight, La légende de Jessie James un western avec Robert Duvall , The white down une histoire se déroulant au pôle Nord et racontant un choc culturel tourné avec de vrais inuits qui parlent leur propre langue, L’invasion des profanateurs de sépultures, un film d’horreur, Les seigneurs : l’histoire de bandes de jeunes des années 1960, L’étoffe des héros avec Sam Shepard, Scott Glenn et Ed Harris, les débuts de la conquête de l’espace aux USA, ce film aura 4 « Oscars » : Montage, prise de son, musique et effets spéciaux sonores, L’insoutenable légèreté de l’être, un trio amoureux pendant le révolution de Prague en 1968 avec Juliette Binoche et Daniel Day-Lewis, Henry et June, un ménage à trois avec Fred Ward, Uma Thurman et Maria de Mederos, Soleil levant, un crime dans le sein d’une entreprise japonaise aux USA avec Sean Connery et Wesley Snippes, Quills-La plume et le sang, la fin de vie du Marquis de Sade avec Kate Winslet, Instincts meurtriers, une inspectrice de police dont la mère a été tuée par son père qui s’est ensuite suicidé et qui est devenue alcoolique et légère se trouve mêlée à une série de crimes avec Ashley Judd et Samuel L. Jackson, c’est son dernier film en 2004. Il a été à la base de la création d’Indiana Jones et de ses avatars vidéo. Il a écrit le scénario de Josey Welles hors-la-loi et devait le tourner, mais c’est Clint Eastwood qui le réalisera. Il a travaillé 8 mois sur le projet Star Trek avant qu’un ponte de son studio décide qu’il n’y avait pas d’avenir dans la SF et cela juste avant la sortie de Star Wars !