Ralph Nelson (1)

(1916-1987). Il est né à Long Island dans l’état de New York. Pendant la grande dépression, face au désespoir de ses parents, il a eu un comportement qui aurait pu en faire un grand criminel, mais un enseignant a su canaliser sa hargne vers l’art dramatique, il persévérera et  finira par jouer à Broadway avant de participer à la 2° guerre mondiale. Il débute comme réalisateur à la TV en 1950 et ne tournera pour le cinéma qu’en 1962 : Requiem pour un champion avec Anthony Quinn et Mickey Rooney, la dérive d’un boxeur déchu, suivront : Le lys des champs avec Sydney Poitier, l’histoire d’un chemineau qui trouve du travail chez des nonnes. Son cinéma traite souvent du racisme envers les noirs où les indiens. On lui doit : La dernière bagarre avec Steve McQueen et Tuesday Weld, une histoire d’amitié entre 2 soldats, Le crash mystérieux avec Glenn Ford et Rod Taylor, une histoire de crash d’avion, Grand méchant loup appelle avec Cary Grant et Leslie Caron, une histoire d’amour dans les îles pendant la guerre, Les tueurs de San Francisco avec Alain Delon et Ann Magret, un polar sur fond de vengeance d’un flic envers un ancien truand, La symphonie des héros avec Charlton Heston, un grand orchestre est fait prisonnier par les allemands qui veulent les exécuter, mais un général s’y oppose, Charly, un film de S.F., Tick-Tick-Tick et la violence explosa avec Jim Brown et George Kennedy, une histoire de flic noir dans le sud des USA, Soldat bleu avec Candice Bergen et Donald Pleasance, l’histoire du massacre d’un village indien par des soldats, Le vent de la violence avec Sidney Poitier et Michael Caine, une histoire d’apartheid en Afrique du Sud, Embryo, un films de S.F. mâtiné d’horreur, ce sera son dernier film en 1976, il travaillera ensuite uniquement pour la TV jusqu’en 1979. Il est aussi acteur et producteur.