30 juin 2018

MATHIEU AMALRIC

 

Mathieu Amalric

 

(1965). Il est né à Neuilly-sur-Seine, son père est un grand journaliste qui travaille pour « Le Monde » et « Libération », sa mère, d’origine polonaise est née dans le village, en Pologne, où a vécu Roman Polanski. Il suit son père à Washington puis à Moscou. Il commence des études littéraires, mais ne persévère pas, il tente le concours de l’IDHEC, mais il échoue, il vient donc au cinéma par la petite porte et par le biais de l’écriture, de courts-métrages et de divers petits boulots. On lui confie un premier petit rôle en 1984 dans : Les favoris de la lune, il ne tournera son deuxième film qu’en 1992, entre-temps, il fera divers boulots dont assistant stagiaire à la mise en scène. La suite sera très prolifique, il a tourné plus de 115 films ! Il se lance dans la mise en scène en 1990 avec des courts-métrages, son premier long-métrage sera : Mange ta soupe en 1997 avec Jeanne Balibar, un film basé sur des éléments familiaux autobiographiques dans un climat étouffant, Le stade de Wimbledon avec Jeanne Balibar, une femme recherche un mystérieux écrivain, La chose publique avec Bernard Menez et Michèle Laroque, un réalisateur qui a reçu une commande de ARTE doit de débattre avec des problèmes de couple sur fond des élections présidentielles de 2002 , Tournée, un producteur parisien qui a tout quitté pour aller aux USA, revient avec une tournée burlesque, La chambre bleue, une enquête policière d’après Simenon avec lui-même et Léa Drucker, Barbara avec lui-même et Jeanne Balibar, la préparation d’un film sur la chanteuse et l’étrange fusion entre l’actrice qui doit tenir le rôle et la chanteuse.

Il fait aussi du doublage et de la narration, il joue aussi au théâtre.
Il a obtenu les Césars  du meilleur espoir en 1997 pour comment je me suis disputé, du meilleur acteur en 2005 pour : Rois et Reines et en 20087 pour : Le scaphandre et le papillon, il a aussi obtenu le prix de la mise en scène à Cannes en 2010 pour : Tournée, Le prix Jean Vigo et le prix Louis Delluc en 2017 pour : Barbara.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

29 juin 2018

BERNARDO BERTOLUCCI

 

 

Bernardo Bortolucci

 

(1941). Il est né dans la province de Parme en Italie. Son père est poète et lui-même sera un écrivain précoce qui sera primé. Après ses études de lettres classiques à Rome, il devient assistant réalisateur avec de grands réalisateurs comme Léone, Pasolini. Il se lance dans la réalisation en 1962 avec : Les recrues, la police recherche l’assassin d’une prostituée parmi ses nombreux clients, tous les acteurs sont des amateurs. Il réalise ensuite : Prima della revoluzione, les états d’âme d’un jeune bourgeois membre du PC, Partner avec Pierre Clémenti et Stefania Sandrelli, Un prof de théâtre rencontre son sosie, La stratégie de l’araignée avec Alida Valli, une enquête sur un crime vieux de 20 ans met à jour une conspiration politique, Le conformiste avec Jean Louis Trintignant et Stefania Sandrelli, un professeur adhère au fascisme, Le dernier tango à Paris avec Brando, Maria Schneider et Jean Pierre Léaud, une histoire purement charnelle entre deux être qui ne se connaissent pas. Ce film a été un énorme scandale à l’époque, Bertolucci a été déchu de ses droits civiques pour 5ans et les deux acteurs seront condamnés à la prison avec sursis pour pornographie, la scène la plus choquante du film a été tournée sans que l’actrice ait été mise au courant de la violence sexuelle de cette scène et elle considérera qu’elle a été victime d’un viol (et pas pour du beurre !). 1900 avec De Niro, Depardieu, Donald Sutherland et Dominique Sanda, un film politique avec deux destins d’hommes sur fond de fascisme, ce film comporte encore des scènes de pornographie qui le feront interdire au moins de 17 ans aux USA et ce sera un échec public, Le dernier empereur ; l’histoire du dernier empereur de Chine, ce film obtiendra le César du meilleur film étranger en 1988 et 9 Oscars dont :Meilleur film, meilleur réalisateur et meilleur scénario, Un thé au Sahara avec John Malkovich et Debra Winger,La traversée du Sahara par 3 riches américains en plein spleen, Little Buddha, des moines du Tibet recherchent leur nouveau guide, Beauté volée une jeune femme américaine débarque au milieu d’intellectuels expatriés, Shandurai avec Thandie Newton, une jeune africaine entre au service d’un pianiste un peu déjanté, Innocents, une histoire de trio, un garçon, sa sœur et un étudiant sur fond d’érotisme exacerbé, Moi et toi, un ado se cache dans une cave pour y vivre sa vie idéale, c’est son dernier  film en 2012. Il est scénariste de ses films.
Il a été président du jury de Cannes en 1990. Il a eu une Palme d’or d’honneur en 2011.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 juin 2018

ALAIN GUIRAUDIE

Alain Guiraudie

(1964). Il est né à Villefranche de Rouergue. Il est issu d’une modeste famille d’agriculteurs. Il est passionné par le cinéma dés son plus jeune âge. Après son bac, il entre en fac à Montpellier où il développe son militantisme, il écrit des romans qui ne sont pas publiés. Il tourne son premier court-métrage en 1990 : Les héros sont immortels dans lequel il est acteur et qui préfigure son œuvre future avec ce soucis de mettre en valeur la culture populaire. Il réalise ainsi 5 courts-métrages  jusqu’en 2001, le dernier : Ce vieux rêve qui bouge obtiendra le prix Jean Vigo en 2001. Il signe son premier long-métrage en 2003 : Pas de repos pour les braves un conte populaire se déroulant dans le sud-ouest qui est un échec Voici venu le temps, un autre conte de cette région, nouvel échec, Le roi de l’évasion, un homosexuel tombe amoureux d’une jeune fille, L’inconnu du lac, mystérieuses disparition dans un camp de nudistes homosexuels avec des scènes très « crues », ce film sera admiré par certains critiques, mais d’autres sont plus réservés, il aura le prix de la mise en scène dans la sélection : un certain regard, Rester vertical en 2016, la descente aux enfer d’un scénariste avec, encore, des scènes très « crues ». L’homosexualité est souvent présente dans ses films. Il scénarise tous ses films. Il est aussi acteur dans ses films.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 juin 2018

FEDERICO FELLINI

 

Federico Fellini

 

(1920-1993). Il est né à Rimini en Italie. Il est né dans une famille de la petite bourgeoisie italienne et dés son plus jeune âge, il veut devenir journaliste, il débute dans cette profession en 1938. Il est alors conduit à écrire des dramatiques à la radio et des scénarios  dont celui de Rome ville ouverte de Rossellini. Il écrira plus de 50 scénarios et tournera 27 films. Il est aussi décorateur, dialoguiste, adaptateur et producteur et acteur, il sera assistant réalisateur dans 5 films avant de tourner son premier film : Les feux du music-hall en 1950 et où joue déjà son épouse Giulietta Masina, ce film s’inscrit dans la vague néoréaliste italienne, il tourne ensuite : Courrier du cœur. Les films suivants sont tous connus des cinéphiles ordinaires ce qui est rare et qui montre l’importance de son travail. On lui doit, en effet : Les vitelloni, La strada, Il bidone, Les nuits de Cabiria, La dolce vita, Huit et demi (Le curieux titre de ce film vient du fait qu’il avait tourné à l’époque 7 films et 3 co-réalisations !), Juliette des esprits, Satyricon, Les clowns, Fellini Roma, Amarcord, Le Casanova de Fellini, Répétition d’orchestre, La cité des femmes, Et vogue le navire, Ginger et Fred, Intervista et la voix de la lune, son dernier film en 1990. Il a obtenu une avalanche de prix dont : L’Oscar du meilleur film étranger en 1958 pour : La strada, Palme d’or à Cannes en 1960 pour : La dolce Vita, Oscar du meilleur film étranger en 1964 pour : Huit et demi, Oscar du meilleur film étranger en 1975 pour : Amarcord, Oscar d’honneur en 1993.

Il a travaillé dés son premier film, avec Nino Rota pour la musique et cela jusqu’au décès du compositeur. Il a aussi fait tourner les plus grands acteurs de son temps, Anthony Quinn, Richard Basehart, François Perier, Mastroiani, Anita Eckberg, Claudia Cardinale, Sandra Milo, Anouk Aimé, Magalie Noêl et Donald Sutherland.

C’est un cinéaste majeur au style très personnel et inimitable « Fellinien ».

ANECDOTES : Dans le film : La dolce vita, il imagine un journaliste du nom de Paparazzo et cela donnera le terme de « paparazzi ».

 

A ses débuts, il a fait des traductions en italien des comics de Flash Gordon, il était un très grand « fan » de comics.

 

L’aéroport de Rimini porte son nom en son honneur.

 

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 juin 2018

VALERIA BRUNI TEDESCHI

Valeria Bruni Tedeschi

 

(1964). Elle est née à Turin. Sa sœur est un célèbre mannequin (et son beau-frère a été aussi comédien pendant 5 ans, mais son contrat n’a pas été renouvelé). Son père est homme d’affaires et compositeur d’opéra et sa mère est concertiste au piano. Son grand père était un très riche industriel italien. En 1973, sa famille émigre en France par peur des Brigades Rouges. Parallèlement à ses études de lettres, elle suit assidûment des cours de théâtre. Elle débute dans le métier à 19 ans et tourne un premier film amateur en 1985. En 1986, elle apparaît pour la première fois sur grand écran dans un petit rôle, en 1987, Patrice Chéreau lui offre un premier vrai rôle dans Hôtel de France. Sa filmographie est énorme, elle apparaît dans prés de 90 films. Elle devient réalisatrice en 2003 avec : Il est plus facile pour un chameau où elle est actrice et scénariste elle est avec Chiara Mastoianni et Jean Luc Anglade, l’histoire d’une pauvre petite fille très riche, ce film aura le prix Louis Delluc de la première œuvre en 2003, suivront : Actrices où elle joue avec Mathieu Amalric, l’histoire d’une pauvre fille de 40 ans que la vie n’a pas gâté, ce film aura le Prix spécial du jury dans la catégorie : un certain regard en 2008, Un château en Italie où elle joue avec Louis Garrel et Xavier Beauvois, une famille bourgeoise désargentée doit vendre son château, Les estivants, où elle joue avec Yolande Moreau, doit sortir en septembre 2018, une réalisatrice doit gérer la genèse de son prochain film dans un milieu peu propice à la concentration (avec une inspiration autobiographique). Elle scénarise tous ses films. Elle a été actrice dans des téléfilms et a tourné :Les trois sœurs pour la TV

Elle a eu le « César » du meilleur espoir féminin pour son rôle dans : Les gens normaux n’ont rien d’exceptionnel en 1994.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 juin 2018

RAINER FASSBINDER

Rainer Fassbinder

Rainer Werner Fassbinder (1945-1982). Il est né en Bavière. Son père est médecin et sa mère traductrice, ils divorcent quand il a 6 ans et sa mère se remarie. Il aura une éducation très libre et sera passionné de cinéma dés son plus jeune âge, mais il rate le concours d’entrée à l’école de cinéma et n’obtient pas son bac. Il fait alors des petits boulots tout en suivant des cours d’art dramatique. Il parvient à réaliser un premier court-métrage en 1965 puis se tourne vers le théâtre et fonde sa propre troupe, il écrit aussi des pièces pour la radio. En 1969, il réalise son premier long-métrage : L’amour et plus froid que la mort dans lequel il joue avec Hanna Schygulla, l’histoire d’un petit truand piégé par le syndicat du crime, son cinéma se veut proche de celui de la nouvelle vague française avec une forte influence théâtrale et un grand soucis de la lumière et de l’esthétique. On lui doit  en particulier: Le bouc avec Hanna Schygulla, la difficile intégration d’un réfugié grec, Les dieux de la peste avec Hanna Schygulla, la descente aux enfer d’un ex-taulard, Le soldat américain, un ex G.I. né à Munich et qui rentre du Viêt-Nam et recruté par des policiers pour éliminer des gens, Whity avec Hanna Schygulla, un métis fils d’un riche propriétaire tente d’échapper aux brimades de sa famille, Tous les autres s’appellent Ali, un immigré marocain marié à une allemande subit le racisme des autres allemands, Le mariage de Maria Braun avec Hanna Schygulla est son plus gros succès, il raconte la vie d’une allemande après la deuxième guerre mondiale avec la reconstruction de l’Allemagne, Lili Marleen avec Hanna Schygulla et Giancarlo Giannini, un juif et une allemande qui s’aiment aident, chacun à sa façon, les juifs à fuir l’Allemagne nazie, Querelle en 1982 avec Jeanne Moreau, qui traite de l’homosexualité, est son dernier film. Il a tourné prés de 50films en moins de 20 ans de carrière.  Il est aussi acteur dans un grand nombre de ses films, et il a scénarisé tous ses films. Il était homosexuel, mais s’est marié deux fois. L’homosexualité est souvent présente dans ses films. Il est mort d’une overdose de cocaïne et de somnifères, on a retrouvé à son chevet le script d’un prochain film sur Rosa Luxembourg. Il a été l’enfant terrible du cinéma allemand.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 juin 2018

JEAN ROUCH

Jean Rouch

(1917-2004). Il est né à Paris, il est décédé au Niger. Son père est officier de marine, mais aussi explorateur et météorologue, après sa carrière militaire il deviendra directeur du musée océanographique de Monaco. Jean Rouch est diplômé de l’école des Ponts et Chaussées, il est aussi docteur és-lettres et diplômé de l’Institut d’Ethnologie. Il occupe un poste d’ingénieur au Niger et sera témoin de pratiques magiques et décidera de se consacrer à l’étude ethnographique par le cinéma (son premier documentaire : Les maîtres fous  sera primé à Venise 1957). Pendant la guerre, il rejoindra la 2° DB de Leclerc. A la libération, il entreprend de descendre le fleuve Niger sur ses 4200 km. Il sera un des fondateurs du cinéma vérité, il formera dans les pays qu’il visite de nombreux jeunes cinéastes. Il sera directeur de la Cinémathèque Française de 1987 à 1990. Il décédera dans un accident de voiture et repose dans un cimetière de Niamey. Sa filmographie est abondante, il a tourné plus de 110 films : Documentaires, courts-métrages et longs-métrages. Son premier film en long-métrage est : Moi un noir en 1958 et qui obtiendra le prix Louis Delluc, on peut encore citer : Chronique d’un été, Grand Prix de la semaine de la critique à Cannes en 1961, La chasse au lion à l’arc : Lion d’or à Venise en 1965, Petit à petit, un africain venu à Paris décrit, par courrier, ce qu’il y voit à ses congénères qui le croient devenu fou, Cocorico monsieur Poulet, un conte humoristique sur les pratiques et les croyances au Niger, Madame l’eau aura le Grand Prix international de la paix à Berlin en 1993, Moi fatigué debout moi couché est son dernier long-métrage en 1997, c’est un hommage à ses 3 collaborateurs africains. Dans ses longs-métrages, il a allié réalité et fiction créant ainsi l’école d’Ethno fiction.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 juin 2018

LARS VON TRIER

Lars von Trier

Lars Trier (1956). Il est né à Copenhague. Il apprendra de la bouche de sa mère sur son lit de mort que son père biologique était son employeur, Fritz Michael Hartman et pas Ulf Trier, elle lui a expliqué qu’elle voulait pour lui un père artiste. Son père adoptif et sa mère étaient des fonctionnaires d’état communistes. Il a ajouté la particule « von » lors de son passage à l’école de cinéma dont il sort diplômé en 1983. Il tourne son premier film en 1984 : Élément of crime, un enquêteur qui recherche un tueur en série, s’identifie dangereusement à la personne recherchée.

Il filme caméra à l’épaule, en son direct et déteste faire des montages qui seront réduits au minimum. Il a un tempérament provocateur  et traversera une grave dépression au milieu des années 2000 et envisagera de ne plus tourner.

 Il a été exclu du festival de Cannes en 2011 après avoir tenu des propos immondes, avouant de la sympathie pour Hitler et son goût de l’esthétique nazie !

On lui doit un grand nombre de courts-métrages de films et séries TV, pour le cinéma, il a tourné une quinzaine de films dont : Europa avec Jean-Marc Barr , ce film aura le prix du Jury à Cannes en 1991, Breaking the waves avec Emily Watson, Grand prix du Jury à Cannes en 1996 et « César » du meilleur film étranger en 1997, Dogville avec Nicole Kidman et Lauren Bacall, Manderlay la suite de Dogville est un des pires échecs du cinéma américain (Pour un budget de 14.000.000 de dollars il n’en a rapporté qu’à peine 80.000 en Amérique du Nord et Canada),  Antichrist avec Willem Dafoë et Charlotte Gainsbourg est un film d’une noirceur absolue avec des scènes de sexe et de mutilation tourné juste après sa dépression, ce film aura un anti-prix décerné par le jury œcuménique et donnera lieu à de très violentes critiques (Xavier Leherpeur le qualifiera d’abject et dégueulasse), Mélancholia avec Kirsten Dust et Charlotte Gainsbourg est issu de sa période dépressive, Nymphomaniac avec Charlotte Gainsbourg, le parcours sexuel d’une nymphomane, The house that Jack built avec Matt Dillon et Uma Thurman, l’histoire horriblement « gore » d’un tueur maniaque avec des scènes tellement insoutenables que des dizaines de spectateurs ont quitté la salle de projection à Cannes en 2018 (où il était revenu 7 ans après le scandale de ses déclarations citées plus haut, mais hors compétition et sans conférence de presse). Il est aussi scénariste, acteur, créateur de clips vidéos et de publicités.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 juin 2018

BERTRAND BONELLO

 

Bertrand Bonello

 

(1968). Il est né à Nice. Il a une formation de musicien classique et avant de devenir réalisateur il a accompagné divers chanteurs et chanteuses comme De Palmas ou Françoise Hardy. Il commence sa carrière au cinéma en réalisant des courts-métrages, il en tourne 5 avant de réaliser son premier long-métrage en 1998 : Quelque chose d’organique avec Romane Bohringer, la vie amoureuse de deux êtres aux affinités opposées, Le pornographe avec Jean Pierre Léaud, le retour à la réalisation d’un vieux réalisateur de pornos en froid avec son fils, Tiresias la vie d’un transsexuel brésilien, De la guerre avec Mathieu Amalric et Asia Argento, la vie d’une secte en quête de plaisir, L’Apollonide, l’histoire d’une maison close et de ses pensionnaires, Saint Laurent avec Gaspard Ulliel et Jérémie Renier, une partie de la vie du couturier, ce film fera 350.000 entrées (Ce sera son meilleur score), loin derrière le précèdent biopic sur Saint Laurent de Jalil Lespert qui avait dépassé le 1.000.000 de spectateurs, Nocturama, une bande de Nihilistes sèment la mort et la terreur dans Paris, se réfugient dans un magasin en attendant l’arrivée de la police, ce sera un gros échec public avec 64.000 entrées. Il scénarise la plupart de ses films et en compose la musique. Il est aussi acteur de passage.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 juin 2018

JANE CAMPION

Jane Campion

 

 

(1954). Elle est née à Wellington en Nouvelle Zélande. Elle fait des études d’anthropologie, puis vient à Londres suivre les cours de l’École des Beaux-Arts et retourne enfin en Australie pour intégrer l’École australienne de cinéma et de TV. Elle tourne alors des courts-métrages dés 1983, « Peel » aura d’ailleurs la Palme d’or à Cannes en 1982 dans sa catégorie. Elle réalise son premier long-métrage : Sweetie en 1989, une jeune femme anticonformiste  vient habiter chez sa sœur névrosée, son scénario sera primé en Australie, suivront : Un ange à ma table, une jeune fille introvertie, victime d’une dépression est hospitalisée en psychiatrie et doit être lobotomisée, elle sera sauvée en écrivant des livres qui seront des succès, film tiré de l’autobiographie de l’écrivaine, La leçon de piano avec Holly Hunter, Harvey Keitel et Sam Neill, une jeune femme devenue muette après le décès de son premier mari trouve refuge dans la pratique du piano, elle est remariée de force en Nouvelle Zélande à un homme qu’elle n’aime pas et s’attache à l’homme qui a sauvé son piano. Ce film recevra la « Palme d’or » à Cannes en 1993, elle est la première femme à obtenir cet honneur et Holly Hunter aura le prix d’interprétation féminine ainsi que l’ »Oscar » et le « Golden Globe » en1994, Portrait d’une femme avec Nicole Kidman et John Malkovich, la vie amoureuse d’une jeune fille libérée à la fin du 19° siècle, ce film n’aura pas le succès du précèdent, Holly smoke avec Kate Winslet et Harvey Keitel, une jeune femme partie en Inde se convertit à l’enseignement d’un gourou, un exorciste mandaté par la mère de la jeune femme, tente de la sortir de la secte, ce ne sera pas un gros succès public, In the cut avec Meg Ryan et Mark Ruffalo,  une jeune femme introvertie devient un témoin crucial dans une série de meurtres, elle a une liaison avec le policier chargé de l’enquête, mais, un jour, un indice éveille ses soupçons, ce film a été moyennement apprécié par le public, Bright star en 2009, la vie d’un jeune poète anglais mort très jeune de tuberculose. Depuis elle tourne une série pour la TV. Son cinéma traite avec sensibilité de la condition des femmes à toutes les époques récentes. Elle est aussi scénariste.

 

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :