Preston Sturges

(1898-1959). Il est né à Chicago dans une famille aisée, sa mère est l’amie de la célèbre actrice Isadora            Duncan (qui mourra étranglée par sa longue écharpe qui s’était enroulée autour de l’essieu de sa voiture). Pendant la première guerre mondiale il sert dans l’US Army, à son retour il n’est pas tenté par la reprise de l’affaire familiale et devient inventeur avec de très beaux projets dans divers domaines. A 30 ans, victime d’une appendicectomie, il commence à écrire des pièces de théâtre pour la scène de Broadway. Il écrit aussi des scénarios pour Hollywood, mais il est déçu du sort qu’on leur réserve.  Désirant devenir réalisateur, il offre, à son producteur un scénario avec, en échange, la permission de le tourner, il est ainsi le premier scénariste au monde à devenir réalisateur en 1930 avec : Gouverneur malgré lui en 1940 avec Brian Donlevy et Akim Tamiroff, un petit truand devenu maire vise le poste de gouverneur. Il réalise ensuite : Le gros lot, une comédie avec Dick Powell, Un cœur pris au piége, une comédie avec Henry Fonda et Barbara Stanwyck, Les voyages de Sullivan avec Joël McCrea et Veronica Lake : Un réalisateur se plonge dans la vie de monsieur Toulemonde pour écrire un film « vrai », Madame et ses flirts avec Claudette Colbert et Joel McCrea, une femme veut épouser un milliardaire pour aider son inventeur de mari en difficulté financière, Miracle au village avec Betty Hutton après une nuit très arrosée, une femme se retrouve mariée et enceinte sans savoir qui est son mari, Héros d’occasion, un groupe de farceurs font passer un des leurs pour un héros, The great moment avec Harry Carey, l’histoire vraie de l’inventeur de l’anesthésie, Oh ! Quel mercredi, une comédie avec Harold Lloyd, un chômeur gagne une fortune et tente de la dépenser, Infidèlement votre avec Rex Harrison et Linda Darnell, un chef d’orchestre prépare le meurtre de sa femme infidèle en dirigeant son concert, Mam ‘zelle mitraillette avec Betty Grable et Cesar Romero, une chanteuse tire par accident sur un shérif et doit fuir, Les carnets du major Thompson en1955 avec Martine Carole et Noël-Noël, est son dernier film, c’est une adaptation du roman de Pierre Daninos.

Son cinéma est essentiellement fait de comédies souvent grinçantes où les femmes sont redoutablement rusées et les hommes un peu balourds. Il a été le premier à traiter de la sexualité dans ses comédies, il y est aussi souvent question de pauvreté, de corruption et de meurtres. C’est un très grand cinéaste un peu oublié de nos jours, il est mort seul et malade dans une chambre d’hôtel. Il a été marié 4 fois. Il était propriétaire d’une discothèque. Il a été le scénariste le mieux payé d’Hollywood. Son addiction aux femmes, lui vient de sa mère qui a cumulé les aventures masculines et féminines quand il était jeune.