31 mai 2018

AGNÈS JAOUI

 

Agnés Jaoui

 

(1964). Elle est née à Antony. Son père est conseil en marketing, sa mère est psychothérapeute. Elle entre au cours Florent en 1979 et poursuit en même temps des études littéraires. Elle part ensuite se perfectionner aux USA. A son retour, elle débute au théâtre  grâce à Patrick Chéreau, puis Jean Michel Ribes la fait jouer dans une pièce de Pinter et elle rencontre alors son futur compagnon : Jean Pierre Bacri. Elle débute au cinéma comme actrice en 1983 et ne cessera pas d’être actrice depuis. Avec Bacri elle scénarise une dizaine de films (Smoking/No smoking, Cuisine et dépendances, On connaît la chanson, Le goût des autres, Place publique….). En 2000, elle devient réalisatrice avec : Le goût des autres avec Bacri/Jaoui et Alain Chabat, ce film obtiendra quatre « Césars » en 2001 dont celui de meilleur film, sa première réalisation fera plus de 3.800.000 entrées. Elle récidive avec : Comme une image avec Marilou Berry et Jaoui/Bacri, Parlez moi de la pluie avec Bacri/Jaoui, Au bout du conte avec Jaoui/Bacri, Place publique avec Jaoui/Bacri et Léa Drucker. Ses films ont fait, au moins, un million d’entrées chacun. Malgré leur séparation en 2012, Jaoui/Bacri continuent leur collaboration artistique.

Elle a eu le prix du meilleur scénario en 1994 pour Smoking/No smoking, en 1997 pour : Un air de famille, en 1998, pour : On connaît la chanson, en 2001 pour le goût des autres.

Elle a eu aussi le prix du meilleur scénario à Cannes en 2004 pour : Comme une image.

Elle a été membre du jury de Cannes en 2017.

Elle est aussi chanteuse.

Elle est politiquement très engagée à gauche.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 mai 2018

ANDRE DE TOTH

Andre de Toth

Sasvrai Farkasfawi Tothfalusi (titre de noblesse) Toth Endre Antai Mihaly (1912-2002). Il est né en Hongrie. Son père est officier dans les hussards. Il fait des études de droit, mais préfère l’art dramatique, il écrit une pièce qui n’a pas de succès, il se tourne alors vers le cinéma comme monteur, scénariste, acteur, puis assistant réalisateur et enfin réalisateur et il tourne quelques films (5) en Hongrie qui ne seront jamais diffusés à l’extérieur de son pays. A la déclaration de la guerre, il s’en va en Angleterre, où il travaille avec Alexander Korda comme monteur et décorateur, il travaillera ensuite avec d’autres réalisateurs comme assistant avant de partir aux USA en 1942, il obtiendra la nationalité américaine, Il réalisera son premier film américain en 1943 : Passport to Suez. Il se mariera 7 fois (dont une fois avec Veronica Lake) et aura 19 enfants ! En 1960, il revient en Europe où il tournera jusqu’en 1967. Sa filmographie , cinéma + TV, est importante, on peut retenir : None shall escape où il raconte les exactions de nazis sur les gens de son village, Femme de feu avec Veronica Lake et Joël Mc Réa, une femme refuse un mariage arrangé et engage un tueur, Le cavalier de la mort, les conquérants de Carson City, Les massacreurs du Kansas, La trahison du capitaine Porter, le cavalier traqué, Terreur à l’Ouest,  des westerns avec Randolph Scott, La mission du comandant Lex ave Gary Cooper, l’histoire d’un infiltré nordiste chez les sudistes, L’homme au masque de cire avec Vincent Price, ce film est tourné en 3D !!! Par un réalisateur borgne !!! Ce sera un gros succès public et critique, d’aucun pensent que c’est le plus grand film jamais tourné en 3D à ce jour ! Chasse au gang un polar avec Sterling Hayden, La rivière de nos amours, un western avec Kirk Douglas, La chevauchée des bannis un western avec Robert Ryan, Contre espionnage avec Ernest Borgnine, l’histoire d’un agent double, c’est son dernier film aux USA en 1960, il tournera ensuite : Capitaine Morgan un film de pirates avec Steve Reeves, Les mongols une saga historique avec Jack Palance, L’or des Césars, un péplum avec Jeffrey Hunter, Enfants de salauds, l’histoire d’un groupe de mercenaires lors de la dernière guerre c’est son dernier film en 1968. Il est aussi scénariste pour lui et des collègues et a aussi été un puissant allié de jeunes réalisateurs. Bertrand Tavernier est un défenseur inconditionnel de son œuvre, ainsi que Martin Scorsese. Il  était aussi peintre et sculpteur et a fait une exposition en 1987 à Los Angeles.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 mai 2018

CHRIS MARKER

 

Chris Marker

Christian Hippolyte François Georges Bouche-Villeneuve (1921-2012). Son père est cadre supérieur au Crédit Lyonnais. Il fait des études de philosophie perturbées par la guerre, il rejoint son père à Vichy et crée, sous le pseudonyme de Marc Dornier, une revue pétainiste éphémère car il est déçu par le régime, il part alors en Suisse puis rejoint la résistance et intègre l’armée américaine à la Libération. Après guerre, il mène une carrière littéraire, romans, poèmes, articles dans la revue « Esprit », à cette époque il est très proche du PCF. Il se lance ensuite dans la réalisation de documentaires qu’il tournera au gré de ses voyages et de ses visions de la société française, mais aussi mondiale. Dans les années 80, il change de style et explore les nouveaux moyens audio-visuels. Son œuvre est inclassable et multiforme. Ses réalisations les plus marquantes sont : La jetée, un court-métrage de science fiction fait d’images fixes (Un film sera tiré de ce court-métrage : L’armée des douze singes avec Bruce Willis), Le joli mai un documentaire sur le Paris de 1962 avec le commentaire lu par Montand, Le fond de l’air est rouge, un documentaire sur l’évolution mondiale de la gauche, en deux parties : Les mains fragiles puis : Les mains coupées, Sans soleil un documentaire qui confronte des cultures très différentes.

Il a aussi collaboré avec de nombreux autres réalisateurs comme Costa-Gavras, Alain Resnais , Kurosawa, par exemple et il a aidé, à leurs débuts, de jeunes réalisateurs.

Ce que l’on sait de lui est assez fragile car il s’est ingénié à diffuser de fausses informations le concernant.

On a dit de lui : « Chris Marker, c’est un peu le plus célèbre des cinéastes inconnus » !

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 mai 2018

MICHAEL MOORE

Michael Moore

(1954). Il est né dans le Michigan. Il est né dans une famille très modeste, sa mère est secrétaire et son père ouvrier, son oncle est à l’origine du syndicat des travailleurs de l’automobile. Il abandonne ses études universitaires de journalisme pour fonder et diriger un journal indépendant : Mother Jones et cela pendant 10 ans. Passionné de cinéma il réalise des jeux de Bingo dans son voisinage et vend une partie de ses biens pour tourner un documentaire en 1989 : Roger et moi qui raconte comment le directeur de G.M. décide de fermer l’usine de sa ville en faisant 30.000 chômeurs dont son père qui t avait travaillé pendant 33 ans, ce documentaire sera un des plus gros succès du genre. Il tourne ensuite : Canadian bacon avec Alan Alda et Kevin Pollack, le président des USA en chute de popularité décide de déclarer la guerre au Canada pour relancer l’économie , sous la parodie, il dénonce, l’usage des armes aux USA et la manipulation du peuple grâce aux médias, The big one, un documentaire où il dénonce le cynisme des multinationales qui licencient malgré de gros profits et font travailler des enfant comme Nike, Bowling for Columbine, un documentaire où il montre l’extrême violence de la société américaine à propos des armes, ce film obtiendra le prix du 55° anniversaire du festival de Cannes, l’ »Oscar » du meilleur documentaire et le « César » du meilleur film étranger en 2002, Fahrenheit 9/11, un documentaire qui montre la connivence des familles Bush et Ben Laden et explique que l’invasion de l’Irak avait pour seul but de mettre la main sur le pétrole irakien, Il obtient avec ce film la Palme d’or à Cannes en 2004 (seul exemple avec Le monde du silence de Cousteau, Disney, impliqué dans le financement, tenta vainement de bloquer la distribution du film aux USA, ce film a eu une très grande audience en salles, Sicko, un documentaire sur l’état du service de santé des USA, comparé aux autres pays développés, avec, en particulier, les problèmes de santé des pompiers du 11 septembre laissés à l’abandon, Capitalism : A love story, un documentaire où il dénonce la haute finance des USA avec la mentalité de « Casino » de Wall Street, il réalise actuellement un documentaire : Fahrenheit 11/9 sur Donald Trump. C’est un cinéaste TOTALEMENT engagé. Il a travaillé pour la TV et publié plusieurs ouvrages.

 

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 mai 2018

DECES DE PIERRE BELLEMARE

 

Pierre Bellemare

 

Pierre Henri Lucien Bellemare (1929-2018). Il est né à Boulogne-Billancourt. Son père ruiné par de mauvais placement devient libraire en livres anciens et sa mère est couturière, quand elle décède, il rate son bac et se marie et doit trouver du travail, c’est son beau-frère, Pierre Hiegel, qui le fera entrer à Radio Luxembourg en 1947. Depuis cette date il est pris d’amour pour la radio et multipliera les émissions à succès sur différentes radios, il aura le même coup de foudre pour la TV. Plus tard il se lancera dans le théâtre et même dans la chanson avec succès et son œuvre littéraire est énorme. Il a aussi été acteur de cinéma dés 1959 dans : Match contre la mort dont il a écrit le scénario, Cherchez l’idole, Alexandre le bienheureux, Le battement d’aile du papillon, OSS117-Rio ne répond plus, Les Tuches en 2011 est son dernier film.

Côté vie privée, il a raconté dans ses livres avoir eu un double foyer avec une femme de 15 ans de moins que lui dés 1960 et avec laquelle il part vivre en 1971.

Son grand père, vigneron en Algérie avait épousé une demoiselle d’Hostel issue de la noblesse normande, le fils de Pierre Bellemare est connu sous le nom de Pierre Dhostel.

Laurent Gerra en fait une imitation parfaite

Posté par CINELOVER à 13:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

FILMS MAUDITS (9)

 

THE DARK KNIGHT-La trilogie

Un cascadeur est tué par un camion au cours du tournage, Morgan Freeman est gravement blessé dans un accident de voiture, après le tournage,Heath Ledger, meurt d’une overdose. Lors de la projection de :The dark knight rises, un homme armé d’un fusil a tué 12 personnes dans un cinéma aux USA.

 

Résultat de recherche d'images pour "dark knight"

 

LA CONJURATION DES IMBECILES

Depuis 1980, ce film est en chantier et 10 acteurs se sont succédés pour le rôle principal sans que le tournage puisse avancer !

Résultat de recherche d'images pour "la conjuration des imbéciles film"

 

 

 

Posté par CINELOVER à 01:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

ALAIN CHABAT

Alain Chabat

 

Alain Chaâba (1958). Il est né à Oran. Il vient en France en 1962 dans la région parisienne. Sa mère est institutrice. Sa scolarité est chaotique, il fera 12 écoles en 7 ans ! Son premier désir est de faire de la BD, puis il veut devenir chanteur de rock, en fait il débute à la radio, puis passe à la TV comme présentateur météo puis comme animateur de jeux. Plus tard il crée le fameux quatuor comique des « Nuls ». Il devient acteur en 1979 avec un bref passage dans Série noire de Corneau en 1979, il a tourné plus de 60 films ou séries pour le cinéma et la TV. Il devient réalisateur en 1997 avec : Didier avec Jean Pierre Bacri, Alain Chabat et Caroline Cellier, il aura le « César » du meilleur premier film. Il a ensuite tourné : Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre avec Clavier, Depardieu et Monica Bellucci, une excellente version de la BD, il fera plus de 14.000.000 entrées en France et plus de 21.000.000 dans l’Union Européenne, RRRrr, un polar préhistorique qui fera 10 fois moins d’entrées que le précédent, Sur la piste du Marsupilami, une adaptation de la BD avec Fred Testot et Alain Chabat il fera plus de 5.000.000 d’entrées, Santa & Cie une fable de Noël avec Alain Chabat et Pio Marmaï, ce film fera environ 1.500.000 entrées. Il est aussi scénariste et doubleur (Shrek).

 

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 mai 2018

FILMS MAUDITS (8)

L’ÎLE DU DOCTEUR MOREAU de Frankenheimer en 1996

Brando affecté par la mort de sa fille refuse d’apprendre ses dialogues et doit être équipé d’une oreillette, le 2° jour un des acteurs quitte le tournage puis c’est le réalisateur qui est viré et remplacé par Frankenheimer.

 Résultat de recherche d'images pour "ile du docteur moreau film"

POLICE de Pialat en 1985

Pialat a très mauvais caractère et traumatise ses acteurs, ce sera le cas de Sophie Marceau qui recevra de vraies claques de Depardieu. Anconina sera tellement déstabilisé qu’il quittera le plateau.

Résultat de recherche d'images pour "Police film"

Posté par CINELOVER à 01:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

SIDNEY LUMET

Sidney Lumet

(1924-2011). Il est né à Philadelphie. Son père est un acteur de théâtre et sa mère est danseuse dans un théâtre yiddish. Il débute sur les planches à quatre ans. En 1941 il s’engage volontairement et fait la guerre en Extrême-Orient comme opérateur radar. Témoin de la crise de 1929 et de ses conséquences, il en sera marqué et cela se retrouvera dans certains de ses films. On lui doit plus de 70 réalisations dont une quarantaine pour le cinéma. Après des études de théâtre, il crée une troupe qui comporte Yul Brynner et Eli Wallach car il n’est pas satisfait de la méthode Strasberg de l’Actor Studio, puis il débute à la TV en tournant des séries dés 1952 et jusqu’en 1956 Au total il fera plus de 250 réalisations pour la TV), avant de tourner son premier film en 1957, ce sera un chef d’œuvre absolu et immortel : 12 hommes en colère avec un Henry Fonda fabuleux et 11 autres acteurs de très grand talent (Lee J. Cob, Martin Balsam, Jack Warden…), au cours des délibération d’un jury, un seul homme s’oppose à la condamnation du prévenu et il tente de rallier à son opinion les autres jurés, ce film aura l’Ours d’or à Berlin en 1957. Ensuite il tournera encore beaucoup pour la TV, ce n’est qu’à partir de 1962 qu’il ne travaillera plus que pour le cinéma à 2 exceptions prés. Sa filmographie comporte un grand nombre de TRÈS grands films et cela permettra à de  nombreux acteurs d’être récompensés pour leur prestation : Ingrid Bergman, Peter Finch, Faye Duneway, Beatrice Straight. De son abondante filmographie on peut retenir : L’homme à la peau de serpent avec Marlon Brando, la vie d’un guitariste itinérant, Point limite avec Henry Fonda, un terrible thriller sur fond d’attaque nucléaire USA/URSS, La colline des hommes perdus avec Sean Connery encore un chef-d’œuvre qui se passe dans un camp disciplinaire militaire, Serpico avec Al Paccino sur la corruption dans la police, Un après-midi de chien avec Al Paccino encore un excellent film sur un hold-up raté et médiatisé, Network, une critique impitoyable de la TV avec Faye Duneway et William Holden, Le verdict avec Paul Newman, un film de procès avec un avocat alcoolique en recherche de rédemption, Family Business avec Sean Connery et Dustin Hoffman, une famille de braqueur organise un hold-up dans une résidence huppée, Dans l’ombre de Manhattan un excellent polar avec Andy Garcia, Jugez-moi coupable, un très bon film de procès (le plus long, jamais vu aux USA) avec un Vin Diesel, pour une fois, pas dans un rôle de « gros bras », une partie des dialogues est issue du vrai procès, 7h58 ce samedi là est son dernier film en 2007 avec Philip Seymour Hoffman, l’histoire d’un cambriolage familial.

Il avait la réputation de ne jamais dépasser ses budgets et de terminer ses films avant la date prévue.

Il a été membre du jury à Cannes en 1982.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 mai 2018

FILMS MAUDITS (7)

 

 

Conquérant

LE CONQUÉRANT  de Dick Powell en 1956

Le tournage s’est bien passé, mais quelques années plus tard 91 membres de l’équipe de tournage est morte (sur 200), dont John Wayne, car le tournage avait eu lieu sur le site d’essais nucléaire de la première bombe atomique américaine et que le lieu était très radioactif (200 fois supérieur à la valeur maximale tolérable!) ! Le comble est que Howard Hugues a fait venir 60 tonnes de ce sable irradié pour tourner les scènes en plateau ! Ce film a, en plus, été un échec cuisant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

FITZCARRALDO de Werner Herzog en 1982Fitzcarraldo

Le réalisateur a exigé qu’on hisse un bateau au fond de la forêt d’Amazonie sans avoir recours aux effets spéciaux. A cela se sont ajoutés des morsures de serpent, la dysenterie et un très haut niveau d’agressivité au sein du groupe.

 

 

Posté par CINELOVER à 06:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :