Marin Karmitz

(1938). Il est né à Bucarest. Ses parents émigrent en France à Nice en 1947. Après son bac, il entre à l’IDHEC en 1957, devient chef opérateur puis assistant et tourne son  premier court-métrage en 1963 : Les idoles. Il crée sa propre maison de production en 1967 : mk2, en 1974, il devient distributeur pour pouvoir diffuser ses films très politiques (Il est membre de la gauche prolétarienne, un mouvement maoïste) et par la même occasion, il devient diffuseur et ouvre une salle de cinéma à la Bastille, en 1998, il unifie toutes ses affaires sous le sigle MK2. En 2012, à la suite du fiasco de plusieurs films, il annonce cesser de produire des films. Il est, actuellement une des 400 principales fortunes françaises. Comme réalisateur, on lui doit en 1968 : Sept jours ailleurs avec Jacques Higelin, un musicien en crise existentielle fait le bilan de sa vie lors d’une tournée, Camarades en 1970 avec Juliette Berto, la révolte d’un prolétaire de province qui devient ouvrier à Paris et milite à l’extrême gauche, Coup pour coup en 1972 est son dernier film avec lui-même, une grève dure dans une usine conduit à la séquestration du patron. Il a produit plus de 80 films.

Le festival de Cannes lui rendra hommage cette année.