30 avril 2018

BALTASAR KORMAKUR

Baltasar Kormakur

 

Baltasar Kormakur Samper (1966). Il est né à Reykjavik. Sa mère est islandaise  et son père espagnol (Une fameuse omelette norvégienne !). Il a fait de hautes études d’arts et a aussitôt été admis au théâtre national islandais comme acteur. Il se passionne aussi pour le cinéma et devient acteur et scénariste avant de tourner son premier film en 1996. Il en a réalisé une douzaine dont : Crime city un thriller noir avec Forest Whitaker, Jeremy Renner et Julia Stiles, État de choc, un thriller sur le trafic d’organes avec Diane Kruger et Sam Shepard, Contrebande, un bon thriller avec Mark Walhberg et Ben Foster, 2 guns un thriller original par son humour avec Denzel Washington et Mark Walhberg, Everest, l’histoire d’alpinistes en péril avec Jake Gyllenhaal et Jason Clarke, A la dérive, un drame de la mer. Plusieurs de ses films sont typiquement islandais et raconte des histoires locales. Il réalise aussi des séries pour la TV Islandaise.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

29 avril 2018

GERMAINE DULAC

 

Germaine Dulac

 

Germaine Charlotte Elisabeth Saisset-Schneider (1882-1942). Elle est née à Amiens. Son père est militaire de carrière. Elle est élevée par sa grand-mère à Paris où elle est très intéressée par toutes les formes d’arts et en particulier la musique. Elle se marie avec un universitaire, qui deviendra ensuite romancier: Albert Dulac en 1905. Elle est une des premières féministes de France, de 1905 à 1913, elle écrit dans un journal de cette tendance en faisant des portraits de femmes et des critiques de théâtre. Elle à l’intuition que le cinéma est voué à un très grand avenir et elle y participe dés 1916 en fondant sa propre maison de production. Elle tourne son premier court-métrage en 1917 : Sœurs ennemies.  Son premier long-métrage sera : Le fête espagnole en 1920, suivront : La belle dame sans merci, La mort du soleil, La souriante madame Beudet qui est considéré comme le premier film féministe, Le diable dans la ville, Âme triste, La folie des vaillants, Antoinette Sabrier, La princesse Mandane. Elle a tourné un des premiers films surréalistes (un moyen-métrage en 1928 : La coquille et le clergyman en 1928 avec un scénario d’Antonin Artaud (qui se dira trahi par la réalisatrice), ce film sera très mal perçu par le public et elle ne tournera plus de longs-métrages. L’arrivée du parlant ne lui a pas permis de produire ses films indépendants et elle devient directrice adjointe des actualités Gaumont. Elle a aussi réalisé un feuilleton en 6 épisodes : Âmes de fou en 1918. C’est une pionnière de la deuxième génération du cinéma français.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 avril 2018

JAMES W. HORNE

 

James W

 

(1881-1942). Il est né à San Francisco. Il a travaillé pour plusieurs studios dés 1915, en 1928, il rejoint les studios d’Hal Roach où il réalisera plusieurs films avec Laurel et Hardy, il quitte ces studios en 1932, mais y reviendra en 1935. Il a réalisé plus de 240, films au temps du muet puis du parlant dés 1930 avec : Quand les poules rentrent au bercail avec Laurel et Hardy, il tournera son dernier film en 1942. Il a aussi été acteur, en particulier dans : Laurel et Hardy : Les deux légionnaires où, n’ayant pas trouvé le bon acteur, il interprétera le chef des arabes. On lui doit en particulier, avec Laurel et Hardy : Œil pour œil où L&H vendeurs de sapins en arrive à détruire la maison d’un acheteur récalcitrant, La bohémienne, Les carottiers et l’extraordinaire : Laurel et Hardy au Far West en 1935, le sommet du comique pour ce formidable duo. On peut encore citer : Terry et les pirates, Le fantôme du cirque, L’archer vert, Griffes d’acier, Captain Midnight, Péril of the royal mounted, son dernier film. Beaucoup de ses premiers films sont inédits en France. On lui doit de très nombreux et savoureux moments avec Laurel et Hardy.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 avril 2018

EMIR KUSTURICA

 

Emir Kusturica

 

Nemanja Kusturica (1954). Il est né à Sarajevo. Comme tous les habitants de cette région, les problèmes religieux sont fondamentaux dans sa famille : orthodoxes, musulmans ou communistes non-croyants. Dans son enfance, il baigne dans le cinéma comme spectateur ou en assistant à des tournages. Il fera de très bonnes études de cinéma et tournera des courts-métrages de très belle qualité surtout : Guernica un film sur l’antisémitisme vu à travers les yeux d’un enfant, ce film sera primé à sa sortie. Il tourne son premier film en 1981 : Te souviens-tu de Dolly Bell la vie d’un « ado » de Sarajevo, Lion d’or de la première ouvre à Venise, Papa est en voyage d’affaire une histoire de dénonciation dans la Yougoslavie après la rupture avec Moscou, Palme d’or à Cannes en 1985, Le temps des gitans, un drame dans le milieu « Rom », Prix de la mise en scène à Cannes en 1989, Arizona dream avec Johnny Depp, Jerry Lewis et Faye Dunaway, Ours d’argent à Berlin, le voyage d’un jeune homme orphelin chez son oncle, Underground, un film sur la vie de résistants de la dernière guerre jusqu’à maintenant, Palme d’or à Cannes en 1995, ce film sera l’objet d’une cabale de Finkielkraut et Bernard Henri-Lévy qui n’avaient jamais vu le film ( !!!), Chat noir et chat blanc, un curieux film en partie onirique et en partie thriller dans le milieu des gitans, Lion d’argent à Venise en 1998, La vie est un miracle, l’histoire d’une utopie contrariée par la guerre, prix de l’Éducation Nationale à Cannes en 2004 et « César » du meilleur film de l’U.E . en 2005, Promets-moi, un jeune homme est envoyé en ville pour vendre une vache et essayer de se marier, On the milky road avec Emir Kusturica et Monica Bellucci, une sombre histoire de jalousie amoureuse. Il est aussi scénariste, mais aussi un excellent acteur qui a tourné dans plus de 20 films. Il a été président du jury de Cannes en 2005 aprés avoir été membre en 1993. Il habite en France et n’est jamais retourné dans son pays depuis 1992. C'est aussi un excellent musicien.

Posté par CINELOVER à 01:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 avril 2018

JAMES GRAY

 

James Gray

 

(1969). Il est né à New York. Ses grands parents (Greyserstein devenu Gray) sont des immigrants russes, son père a un très haut niveau en génie mécanique, il fera faillite deux fois avec les sociétés qu’il a crées, cela influencera le cinéaste pour le choix de ses sujets de films. Il quitte l’école très tôt, mais il est passionné de cinéma et de littérature. Il a fait des études de cinéma et TV et en sort diplômé en 1991. C’est un grand admirateur de Claude Chabrol. Il a été l’ami d’Isabelle Huppert avant de changer radicalement de ton (Jusqu’à l’injure) après le festival de Cannes 2009 où elle était présidente et lui membre du jury. Son film de fin d’étude est convaincant et il est sollicité par les producteurs d’abord comme scénariste. Il tourne son premier film en 1994: Little Odessa, c’est le quartier où il habite et où sont regroupés de nombreux émigrants russes, c’est l’histoire d’un tueur qui revient sur les lieux de son enfance avec Tim Roth et Vanessa Redgrave, il obtient le Lion d’argent à Venise, il tourne ensuite : The yards, il excellent thriller avec Mark Walhberg, Joaquin Phoenix, Charlize Théron et James Caan, un film sur les pratiques mafieuses dans les entreprises du métro New-yorkais, ce sera un beau succès critique, mais un échec public total, il réalise ensuite : La nuit nous appartient, un polar noir sur la corruption dans la police avec Joaquin Phoenix, Marc Walhberg, Eva Mendés et Robert Duvall, ce sera un beau succès public, suivra : Two lovers avec Joaquin Phoenix, Gwyneth Paltrow, un drame inspiré de Dostoïevski, ce film a conquis la critique qui l’a encensé, après 5 ans sans tourner, il réalise : The immigrant avec Joaquin Phoenix, Marion Cotillard et Jeremy Renner, c’est l’histoire de 2 émigrantes polonaises, dont l’une malade est mise en quarantaine et l’autre fait tout ce qu’elle peut pour l’en sortir, The lost city of Z, l’histoire de l’explorateur Fawcett à la recherche d’une cité perdue. Il a écrit la plupart de ses scénarios.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 avril 2018

MICHEL GONDRY

 

Michel Gondry

 

(1963). Il est né à Versailles. Toute sa famille baigne dans la musique ou dans l’électronique. Depuis sa jeunesse, il est passionné par l’art et fera donc des études supérieures dans ce domaine. Il fait de la musique dans un groupe (Oui-Oui) et réalise des clips pour lui et pour des artistes comme Etienne Daho, Bjork, Les Pierres qui roulent ou Kylie Minogue. Il se lance ensuite dans la réalisation de courts-métrages. Hollywood est séduit par ses oeuvres et il y tourne son premier long-métrage  sera : Human nature en 2001 avec Patricia Arquette et Tim Robbins, une fable sur le mal-vivre d’une naturaliste et d’un scientifique, suivront : Eternal shunshine of the spotless mind avec Kate Winslet et Jim Carrey, une jeune femme victime d’un effacement de mémoire provoqué à sa demande rend son ami très malheureux, La science des rêves avec Charlotte Gainsbourg, un film sur la nostalgie de l’enfance, Soyez sympa-rembobinez avec Jack Black et Mos Def, un vendeur de vidéos voit tout son stock effacé de manière accidentelle, pour ne pas perdre ses clients, il décide de refaire tous les films avec les moyens du bord, The green hornet un film parodique de super héros avec Seth Rogen et Cameron Diaz, The We and the I, un bus ramène chez eux les élèves d’une école le dernier jour de l’année scolaire, L’écume des jours , d’après Boris Vian avec Audrey Tautou et Romain Duris, les critiques sont très partagés à sa sortie, Microbe et Gasoil (2015) une histoire d’amitié de deux élèves dont le rêve est de construire une voiture avec les moyens du bord et de partir en vacances avec elle.

Il a eu l' "Oscar" du meilleur scénario en 2005 pour Eternal shunshine of the spotless mind.

Il a tourné plus d’une centaine de vidéos et de courts-métrages et a aussi travaillé pour la TV.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 avril 2018

JOHN SCHLESINGER

John Sclesinger

(1926-2003). Il est né à Londres. Son père est médecin. Pendant la guerre, il participe à des spectacles pour l’armée. Pendant ses études à Oxford, il fait du théâtre. Après ses études, en 1953, il devient acteur à la TV. Il sera assistant réalisateur dans deux productions pour la TV. En 1962, il réalise son premier long-métrage : Un amour pas comme les autres avec Alan Bates, suivront : Billy le menteur avec Tom Courtenay et Julie Christie, puis Darling avec Dirk Bogard, Laurence Harvey et Julie Christie, trois film qui content la vie quotidienne de gens en difficulté dans la vie. Il tourne ensuite : Loin de la foule déchaînée avec Julie Christie et Terence Stamp raconte l’histoire d’une jolie femme riche et courtisée par 3 hommes. Puis il y aura :Macadam cow-boy avec John Voight et Dustin Hoffman, ce film classé « X » à sa sortie obtiendra 3 « Oscars » dont celui de meilleur film en 1970, c’est l’histoire trouble de deux « paumés », Il réalise ensuite : Un dimanche comme les autres, une histoire de bisexualité, Le jour du fléau avec Donald Sutherland et Géraldine Page, l’histoire de trois personnages à la dérive, Marathon man avec Lawrence Olivier, Dustin Hoffman et Roy Scheider un thriller sur fond de post-nazisme, Yank avec Richard Gere et Vanessa Redgrave, une confrontation, pendant la guerre, des deux cultures anglaise et américaine, Honky Tonk Freeway, l’histoire d’une petite ville en mal de touristes, Le jeu du faucon un film d’espionnage avec Sean Penn et Thimothy Hutton, Les envoûtés avec Martin Sheen, un film d’horreur, Madame Suzatzka avec Shirley McLaine, un immigrant doué au piano doit faire des choix décisifs, L’innocent avec Anthony Hopkins, un film d’espionnage, Au-delà des lois avec Kiefer Sutherland, un film sur l’autodéfense, Un couple presque parfait en 2000 est son dernier film avec Madonna, un amour impossible entre un homosexuel et une femme (Razzie award pour Madonna pire actrice de la décennie, pire film de l’année, pire réalisateur et pire scénario).

Il est aussi acteur dans une trentaine de films. Ouvertement homosexuel, il a traité le sujet dans trois de ses films : Macadam cow-boy, Un dimanche comme les autres et Un couple presque parfait, victime d’un grave accident cardiaque, il a été débranché avec l’approbation de son compagnon.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 avril 2018

OLIVIER MARCHAL

Olivier Marchal

(1958). Il est né à Talence. Ses parents sont pâtissiers. A l’école il s’initie au théâtre avec passion et dévore la littérature et les films policiers. Il souhaite devenir « flic » et passe, avec succès, le concours d’inspecteur et il est nommé à Versailles. Il quitte ce poste pour intégrer les R.G. puis la police judiciaire. Sa copine de l’époque (Michèle Laroque) l’incite à devenir acteur et il suit, le soir, des cours d’arts dramatiques et obtient son premier rôle dans : Ne réveillez pas un flic qui dort (Avec Delon) en 1988, il tournera encore dans : Profil bas en 1993 avant de quitter la police en 1994. Il entame alors une carrière d’acteur qui dure toujours. Il se lance dans la réalisation à la TV avec des séries et des courts-métrages  dés 1993. Son premier long-métrage date de 2002 : Gangsters avec Richard Anconina et Anne Parillaud, il tourne ensuite : 36 quai des orfèvres, un solide polar avec Depardieu et Auteuil sur une rivalité au sein des polices et le succès est au rendez-vous, puis MR 73, un polar psychologique sur la déchéance d’un bon flic qui se rend responsable du grave accident subi par sa femme et sa fille, ce polar est d’une totale noirceur et il fonctionnera moins bien que le précédent, puis : Les lyonnais, un autre très bon polar sur le gang des lyonnais avec Gérard Lanvin et Tcheky Karyo, en 2017, il réalise : Carbone avec Laura Smet et Benoît Magimel, un film d’arnaque à la TVA .

Il travaille aussi pour la TV avec succès. Il a été acteur à de très nombreuses reprises au cinéma et à la TV et il est scénariste.

Son thème favori est celui de la dérive désespérée.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 avril 2018

JOSEPH RUBEN

 

Joseph Ruben

 

(1950). Il est né dans l’État de New York. Réalisateur d’une quinzaine de films, il est aussi scénariste et producteur. Il tourne son premier film en 1974 : Sister in law , puis, il réalise : Lache-moi les paniers une comédie pour ados, Joyride l’errance de 3 ados vers l’Alaska, Our winning season, un autre film pour ados, Gorp avec Dennis Quaid, une comédie déjantée dans le milieu juif, Dreamscape avec Dennis Quaid, Kate Capshaw, Christopher Plummer et Max Von Sydow, un thriller fantastique, Le beau-pére avec Terry O’Quinn, un thriller sombre : un homme liquide sa famille, se remarie et se prépare à recommencer, Coupable ressemblance avec James Woods et Robert Downey Jr, un thriller sur fond de procès, Les nuits avec mon ennemi, un thriller noir avec Julia Roberts en femme fragile et soumise à un mari possessif et violent (Patrick Bergin), Le bon fils un film sombre où un ado plonge dans la violence gratuite devant son cousin, Money Train avec Woody Harrelson et Wesley Snipes, un thriller où 2 employés du métro tente de braquer le « métrodollar », Loin du paradis avecAnne Heche et Joaquin Phoenix, un homme est condamné à mort en Malaisie pour détention de drogue qui en fait appartenait à 2 copains retournés aux USA, Mémoire effacée avec Julianne Moore et Gary Sinise, un film fantastique qui concerne des expériences sur la mémoire, Penthouse north, avec Michelle Monaghan et Michael Keaton, un cambrioleur s’introduit dans la demeure d’un photographe aveugle, Le lieutenant ottoman (2017) avec Ben Kingsley, une histoire sentimentale dans le cadre de la première guerre mondiale.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 avril 2018

JEAN GREMILLON

Jean Gremillon

(1901-1959). Il est né à Bayeux. Son père travaille aux chemins de fer de l’Ouest. Il est un excellent musicien et se perfectionne en venant étudier le violon à Paris. Pour se faire un peu d’argent, il accompagne au violon les films muets, il rencontre alors le projectionniste et ensemble, il vont tourner un documentaire sur Chartres, suivront une vingtaine d’autres entre 1923 et 1932, il y reviendra, ensuite, entre 1949 et 1958. Son premier long-métrage est : Maldonne en 1928, avec Charles Dullin et Annabella, un fils de famille amoureux d’une gitane, suivront une quinzaine de films dont : Gardiens de phare avec Gabrielle Fontan, un père et son fils gravement malade bloqués dans un phare de Bretagne, le suivant sera un film parlant: La petite Lise, un drame familial. Il tournera aussi en Espagne (La dolorosa) et en Allemagne (Valse royale avec Renée StCyr, Les pattes de mouche avec Pierre Brasseur et Renée StCyr). Il tourne ensuite : Gueule d’amour avec Gabin (Superbe) et Mireille Balin, L’étrange Mr Victor un polar  avec Raimu et Madeleine Renaud, Remorques avec Gabin, Michèle Morgan et Madeleine Renaud, la vie amoureuse d’un capitaine de remorqueur affecté aux sauvetages en mer, avant la fin du film, Gabin et Morgan avaient rejoint les USA. Lumière d’amour un drame avec Madeleine Robinson, Pierre Brasseur et Madeleine Renaud, Le ciel est à nous avec Charles Vanel et Madeleine Renaud, un duo amoureux dans le milieu de l’aviation, Pattes blanches avec Fernand Ledoux , Suzy Delair et Michel Bouquet, une rivalité amoureuse, L’étrange madame X avec Michèle Morgan et Henri Vidal, un drame à base de mensonges, L’amour d’une femme en 1953 est son dernier film avec Micheline Presle et Gaby Morlay, une histoire d’amour impossible.
Il a été membre du jury à Cannes en 1947. Son cinéma traite les femmes avec une infinie délicatesse, il est un féministe d’avant-garde. La mer est omniprésente dans ses films. Il est élu président de la cinémathèque française en 1947. A la fin, il avait beaucoup de mal à faire financer ses projets et a tourné des courts-métrages.

Il est aussi scénariste et compositeur.

Il est considéré comme un cinéaste Majeur.

Il est considéré comme un cinéaste Majeur.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :