James Gray

 

(1969). Il est né à New York. Ses grands parents (Greyserstein devenu Gray) sont des immigrants russes, son père a un très haut niveau en génie mécanique, il fera faillite deux fois avec les sociétés qu’il a crées, cela influencera le cinéaste pour le choix de ses sujets de films. Il quitte l’école très tôt, mais il est passionné de cinéma et de littérature. Il a fait des études de cinéma et TV et en sort diplômé en 1991. C’est un grand admirateur de Claude Chabrol. Il a été l’ami d’Isabelle Huppert avant de changer radicalement de ton (Jusqu’à l’injure) après le festival de Cannes 2009 où elle était présidente et lui membre du jury. Son film de fin d’étude est convaincant et il est sollicité par les producteurs d’abord comme scénariste. Il tourne son premier film en 1994: Little Odessa, c’est le quartier où il habite et où sont regroupés de nombreux émigrants russes, c’est l’histoire d’un tueur qui revient sur les lieux de son enfance avec Tim Roth et Vanessa Redgrave, il obtient le Lion d’argent à Venise, il tourne ensuite : The yards, il excellent thriller avec Mark Walhberg, Joaquin Phoenix, Charlize Théron et James Caan, un film sur les pratiques mafieuses dans les entreprises du métro New-yorkais, ce sera un beau succès critique, mais un échec public total, il réalise ensuite : La nuit nous appartient, un polar noir sur la corruption dans la police avec Joaquin Phoenix, Marc Walhberg, Eva Mendés et Robert Duvall, ce sera un beau succès public, suivra : Two lovers avec Joaquin Phoenix, Gwyneth Paltrow, un drame inspiré de Dostoïevski, ce film a conquis la critique qui l’a encensé, après 5 ans sans tourner, il réalise : The immigrant avec Joaquin Phoenix, Marion Cotillard et Jeremy Renner, c’est l’histoire de 2 émigrantes polonaises, dont l’une malade est mise en quarantaine et l’autre fait tout ce qu’elle peut pour l’en sortir, The lost city of Z, l’histoire de l’explorateur Fawcett à la recherche d’une cité perdue. Il a écrit la plupart de ses scénarios.