Michael WInner

Michael Robert Winner (1935-2013). Il est né à Londres. Il fait des études de droit et d’économie avant de se lancer dans le cinéma. Il débute à La BBC où il tourne des courts-métrages et des films de série « B ». Il est aussi critique gastronomique et fait des pubs TV pour des assurances ou du café. Il est adepte du jardinage qu’il pratique même la nuit en éclairant son jardin !  On lui doit une quarantaine de réalisations : la première : Shoot to kill en 1960 raconte l’histoire d’un journaliste people qui s’immisce dans la politique, on peut citer encore : L’extraordinaire évasion avec Oliver Reed, ressemble à »La vache et le prisonnier », mais avec un éléphant !!! Lee défi avec Ryan O’Neal et Charles Aznavour concerne des marathoniens des J.O. Commence alors sa période américaine avec : L’homme de la loi avec Burt Lancaster, un western très dur, Les collines de la terreur avec Charles Bronson, un western âpre, Le flingueur, un polar avec Bronson, Scorpio avec Burt Lancaster et Delon, un excellent film d’espionnage, Le cercle noir, un polar avec Bronson. Puis viendra la série des « Justicier » avec Charles Bronson en 1973, 1982, 1985, ces films sur l’autodéfense feront couler beaucoup d’encre, Won Ton Ton, la dernière histoire qui a pour vedette le chien Rintintin, Le grand sommeil, un polar avec Robert Mitchum, L’arme au poing, un polar avec Sophia Loren et James Coburn, Double arnaque, une comédie policière avec Michael Caine et Roger Moore, Parting Shots en 1998 avec Chris Rea est son dernier film, un photographe annoncé mort par erreur, achète une arme et se venge de ceux qui ont nuit à sa carrière.

Il a aussi fait des petites apparitions dans des films. Il a aussi été scénariste. Il avait la réputation de toujours respecter les délais prévus ainsi que les budgets.

En 2006, il a été victime d’un virus féroce qui a nécessité 3 mois d’hôpital et 19 opérations pour sauver une de ses jambes.

En 2011, il a été victime d’une grave intoxication alimentaire après avoir mangé un hamburger.

Il est accusé par 3 femmes, après sa mort, d’avoir exigé d’elles de lui dévoiler leur poitrine.
Atteint d’un cancer du foie, il a voulu avoir une fin de vie assistée en Suisse, mais y a renoncé à cause de l’excès de bureaucratie.