Alain Robbe-Grillet

(1922-2008). Il est né à Brest. Son père est ingénieur. Il fait des études d’agronomie et obtient son diplôme d’ingénieur après un passage au STO pendant la dernière guerre. Il effectue des missions outremer de 1949 à 1951. Il se consacre alors à la littérature et devient le leader du « Nouveau roman ». Il tâte aussi du cinéma en écrivant des scénarios, dont celui de : L’année dernière à Marienbad. Adepte du sado-masochisme, ses écrits seront de plus en plus teintés de cette tendance. Élu à l’Académie Française, il refuse de prononcer son discours d’entrée et de porter l’habit vert, ce qui déclenche une crise avec l’Institution, crise qui sera résolue par son décès en 2008, il n’aura jamais siégé ! Au cinéma, il débute comme réalisateur avec : L’immortelle en 1983 avec Françoise Brion et Jacques Doniol-Valcroze un film à fond érotique, suivront : Trans Europ Express avec Jean Louis Trintignant et Marie France Pisier, un huis clos dans un train, L’homme qui ment avec Trintignant le discours d’un libertin, L’Eden et après, une fantasmagorie érotique,  N a pris les dés, un remake de l’Eden et après avec Catherine Jourdan, Glissements progressifs du plaisir avec Trintignant et Olga Georges-Picot, un pseudo procès teinté d’érotisme, Le jeu avec le feu, avec Trintignant et Noiret une histoire d’enlèvement, La belle captive avec Daniel Mesguisch un mélange de psychiatrie et d’onirisme  surréaliste, Un bruit qui rend fou avec Arielle Dombasle un thriller mâtiné d’épouvante, Gravida en 2007 est son dernier film avec Arielle Dombasle. Son cinéma, comme ses romans sont totalement tournés vers un érotisme intellectuel et le sado-masochisme, il n’a obtenu que des succès d’estime et surtout chez les universitaires et hors de France.

Il a été  membre du jury à Cannes en 1965