28 février 2018

JEAN HERMAN

Jean Herman

Jean Georges Hubert Herman (1933-2015). Il est né en Meurthe-et-Moselle. Il est très connu dans le monde littéraire sous le nom de Jean Vautrin (pseudo qu’il a tiré de La comédie humaine de Balzac). Il fait des études littéraires avant d’entrer à l’IDHEC puis de partir faire son service militaire dans le service cinématographique des armées. Il devient ensuite assistant réalisateur avec des « pointures » comme Rossellini, Rivette ou Minelli. Il réalise alors une série de courts-métrages et de documentaires. Il tourne son premier long métrage : Le dimanche de la vie avec Danielle Darrieux en 1967, il réalise ensuite : Adieu l’ami, un polar avec Alain Delon et Charles Bronson qui sera un gros succès, Jeff un polar avec Alain Delon et Mireille Darc, Une belle garce et un truand avec Claudia Cardinale, L’œuf avec Marie Dubois, Bernadette Lafont et Guy Bedos en 1972 sera son dernier film, il tournera ensuite quelques épisodes de séries pour la TV jusqu’en 1975, il cesse alors de tourner, mais continue d’écrire des scénarios et à faire des adaptations (comme : Garde à vue) jusqu’en 2011. Il a fait trois caméos au cinéma, Le reste du temps, il le consacre à son œuvre littéraire (Il aura le Goncourt en 1989 pour : Un grand pas vers le Bon Dieu). Il était marié avec la comédienne Anne Doat (Chien perdu sans collier, Arrêtez les tambours, Le 7° juré, carambolages, Faîtes sauter la banque, le dimanche de la vie. Au théâtre elle recevra le prix Gérard Philipe), leur 3° enfant étant autiste, Anne Doat a cessé de tourner pour s’occuper de lui et Jean Herman s’est alors entièrement consacré à l’écriture, ils ont créé une association pour aider les autistes.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 février 2018

PATRICK TIMSIT: PROPOS SCANDALEUX ET REPETITIFS

Cliquez sur l'article pour agrandirTimsit

Source: Le Figaro

http://www.lefigaro.fr/culture/2014/11/25/03004-20141125ARTFIG00224-les-pires-vannes-de-patrick-timsit.php

 

 

 

 

 

Posté par CINELOVER à 22:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

DENIS VILLENEUVE

Denis Villeneuve

(1967). Il est né au Canada. Il parle français. Il est de formation scientifique, mais il fait des études de cinéma à Montréal. Il commence par tourner des documentaires et réalise son premier long-métrage en 1998 : Un 32 août sur terre, suivront : Maelstöm, puis Polytechnique un film qui raconte une tuerie dans l’école Polytechnique de Montréal, Incendies un film qui traite du conflit entre chrétiens et musulmans, Prisoners, un thriller de très bonne facture avec Hugh Jackman et Jake Gyllenhaal, Enemy avec Jake Gyllenhaal et Mélanie Laurent, Sicario, un très bon, mais très dur, thriller sur les cartels de la drogue avec Benicio del Toro, Emily Blunt et Josh Brolin. Ces trois films constituent une sorte de trilogie de thrillers très sombres. Premier contact un film de S.F. avec Amy Adams, Jeremy Renner et Forest Whitaker, Blade runner 2049 avec Harrison Ford, Ryan Gosling et Robin Wright (David Bowie devait faire partie de la distribution, mais il est décédé avant et a été remplacé par Jared Leto). Ses films sont en général bien accueillis par la critique. Il a écrit les scénarios d’une partie de ses films

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 février 2018

ARNAUD DESPLECHIN

Arnaud Desplechin

(1960). Il est né à Roubaix. Son père est représentant de commerce et sa mère formatrice pour adultes. Il a, très jeune, l’envie de faire du cinéma, il suit des cours dans ce sens à l’université avant d’intégrer l’IDHEC. Il commence sa carrière comme directeur de la photo et scénariste. Il tournera deux courts-métrages avant de tourner un moyen-métrage : La vie des morts en 1991 qui sera très apprécié des critiques, puis, il tourne son premier long-métrage en 1992 : La sentinelle, l’histoire d’un soldat allemand traumatisé après guerre par l’attitude de son pays et qui sera un beau succès critique. Suivront :Comment je me suis disputé l’histoire de jeunes gens en recherche d’aventures amoureuses avec Mathieu Amalric et Emmanuelle Devos, Esther Kahn film tourné en anglais, Léo, Rois et reine avec Emmanuelle Devos (Qui lui vaudra un procès perdu par une ancienne compagne), Un conte de Noël avec Catherine Deneuve et Mathieu Amalric, Jimmy P avec Benicio del Toro et Mathieu Amalric, Trois souvenirs de ma jeunesse avec Mathieu Amalric, ce film lui vaudra le « César » du meilleur réalisateur en 2016, Les fantômes d’Ismaël avec Mathieu Amalric, Marion Cotillard et Charlotte Gainsbourg. Il a scénarisé tous ses films. Il a été membre du jury de Cannes en 2016.

En 2013, il a pris parti contre le renvoi de « Léonarda » dans son pays d’origine, épisode navrant où on a vu un Président de la République venir se justifier à la TV pour une affaire insignifiante.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 février 2018

28° PRIX DU MASQUE ET LA PLUME (2018)

 

 

120 battements

 

FILMS FRANÇAIS

 

  • 1)   « 120 battements par minute », Robin Campillo 
  • 2)   « Au revoir là haut », Albert Dupontel 
  • 3)   « Visages villages », Agnès Varda et JR 
  • 4)   « Barbara », Mathieu Amalric 
  • 5)   « Petit paysan », Hubert Charuel 
  • 6)   « La Villa », Robert Guediguian 
  • 7)   « Carré 35 », Eric Caravaca 
  • 8)   « Grave », Julia Ducournau 
  • 9)   « Patients », Grand Corps Malade
  • 10) « Le Semeur », Marine Francen 

 

FILMS  ÈTRANGERS

  • 1)   « Le Caire confidentiel », Tarik Saleh 
  • 2)   « Faute d'amour », Andrey Zvyagintsev Le Caire
  • 3)   « La La Land », Damien Chazelle 
  • 4)   « Moonlight »,  Barry Jenkins 
  • 5)   « Citoyen d'honneur »,  Mariano Cohn et Gaston Duprat 
  • 6)   « The Square », Ruben Ostlund
  • 7)   « Un homme intègre », Mohammad Rasoulof 
  • 8)   « Get out », Jordan Peele 
  • 9)   « Detroit », Kathryn Bigelow
  • 10) « The Lost City of Z »,  James Gray

SOURCE : France Inter

Posté par CINELOVER à 21:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

STANLEY KUBRICK

Stanley Kubrick

 

(1928-1999). Il est né à New York. Son père est cardiologue, sa mère est chanteuse et danseuse. Très jeune il veut devenir jazzman mais son père lui offre un appareil photo et il devient passionné par cet art au point de réussir à vendre sa première photo au magazine « Look » à l’âge de 16 ans. Il n’aime pas les études et travaille comme photographe pendant quatre ans. Il a aussi beaucoup d’intérêt pour le cinéma et visionne de nombreux films, surtout ceux de cinéastes européens. Sans jamais avoir suivi de cours, il se lance dans le cinéma en occupant tous les postes : Réalisateur, cadreur, monteur, scénariste, chef opérateur, il a 22 ans. Il débute par des documentaires avant de réaliser son premier long métrage : Fear and desire, un film de guerre en 1953. Suivront : Le baiser du tueur, un film sur l’histoire d’un boxeur de seconde zone, L’ultime razzia avec Sterling Hayden, un excellent polar, Les sentiers de la gloire un sur l’absurdité de la guerre avec Kirk Douglas, Spartacus un très bon péplum avec Kirk Douglas, ce film, commencé par Anthony Mann est terminé par Kubrick à la demande de Kirk Douglas, Lolita avec James Mason, Sue Lyon et Shelley Winter, une histoire d’amour sulfureuse entre un professeur et une de ses élèves d’après Nabokov, Docteur Folamour une fable  déjantée avec un Peter Sellers au sommet (Un autre film, dramatique sur le même sujet : Point limite avec Henry Fonda, devait sortir en même temps, Kubrick a porté plainte pour plagiat et le film verra sa sortie retardée), 2001 l’odyssée de l’espace une fable futuriste avec un ordinateur vedette, « Oscar » des meilleurs effets visuels, Orange mécanique une autre fable futuriste sur la délinquance avec Malcom McDowell, Barry Lyndon Un film en costume avec un pseudo-héros qui devient de moins en moins sympathique au cours du film avec Ryan O’Neil (Ce film obtiendra 4 « Oscars »), Shinning un film d’horreur avec Jack Nicholson, Full métal jacket un film de guerre désabusé, Eyes wide shut avec Tom Cruise et Nicole Kidman est son dernier film en 1999. Il était célèbre pour ses nombreuses prises (parfois plus de 100 !!). Son cinéma est souvent pessimiste et même noir.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 février 2018

MATHIEU KASSOVITZ

Mathieu Kassovitz

(1967). Il est né à Paris. Son père, Peter Kassovitz, d’origine hongroise et qui a fui son pays au moment des événements de 1956, est réalisateur, sa mère Chantal Rémy est monteuse. Il baigne donc, dés son enfance dans le milieu du cinéma et il aura d’ailleurs un petit rôle dans le film de son père : Au bout du bout du banc en 1979. Il fait des stages en maison de production pendant ses vacances  et devient ensuite assistant réalisateur. Il est en même temps acteur, il a plus d’une cinquantaine de films à son actif à ce titre, il a obtenu le prix Jean Gabin en 1997 pour : Un héros très discret, Le « César » du meilleur espoir masculin en 1994 pour : regarde les hommes tomber. Il devient réalisateur de courts-métrages en 1990, puis, tourne son premier long-métrage en 1993 : Métisse avec Julie Mauduech et lui-même. Suivra : La haine avec Vincent Cassel et Saïd Taghmaoui qui parle des jeunes de banlieue en 1995 et, pour lequel il aura le prix de la mise en scène à Cannes en 1995 et les « César » du meilleur montage, du meilleur film et du meilleur producteur en 1995. Il tourne ensuite : Assassin(s) avec Michel Serrault et lui-même, ce film qui parle de l’initiation au crime d’un jeune voleur par un vieux tueur est très mal perçu à Cannes et sera copieusement sifflé, Les rivières pourpres un thriller avec jean Reno et Vincent Cassel, ce film qui est un grand succès public et critique le fait connaître aux USA, Gothika est une commande, c’est un film d’horreur tourné aux USA avec Halle Berry et Pénélope Cruz, Babylon A.D avec Vin Diesel et Michèle Yeoh qui sera un échec critique et public le dégoûtera du cinéma hollywoodien, L’ordre et la morale, avec lui-même et Malik Zidi et qui relate les événements de Nouvelle-Calédonie sera un relatif échec qui lui fera dire : « J’encule le cinéma français. Allez vous faire baiser avec vos films de merde » (voir wikipédia). Il est un habitué des formules à l’emporte-pièce, cela lui vaudra de nombreux ennuis judiciaires et d’importantes polémiques, en particulier à propos du 11 septembre où il perdra son procès contre les journalistes qui avaient dénoncé ses propos, il perd à nouveau son procès contre deux journalistes qui l’avaient qualifié de révisionniste en 2011, en 2017 il a traité de « bâtards » les policiers intervenus dans un hôpital.

Il a été membre du jury à Cannes en 2001. Il est aussi producteur et scénariste de ses films.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 février 2018

ANDREÏ TARKOVSKI

Andreï Tarkovski

 

(1932-1986). Il est né en ex-URSS. Son père est poète et sa mère correctrice. Ses parents se séparent quand il a 3 ans, il vit alors en partie chez son grand-père. Il fait des études de peinture, de musique et de géologie et il étudie l’arabe. Il fréquente ensuite une école de cinéma à Moscou où il réalise des courts-métrages. Il passe ensuite à la réalisation de longs-métrages, le premier : L’enfance d’Ivan, ce film de guerre sur le courage et le patriotisme est un coup de maître pour les critiques, il obtiendra, pour ce film, le « Lion d’or » à Venise en 1962 et une multitude d’autres récompenses. Ce film qui constitue un véritable renouveau du cinéma soviétique aura du mal à trouver son public en URSS, son film suivant : Andreï Roublev en 1969 sera en partie censuré par les autorités soviétiques et remanié, ses projets seront alors bloqués jusqu’en 1972. Il tourne ensuite : Solaris est un film de science-fiction qui subira aussi de multiples coupures avant de pouvoir être présenté à Cannes où il obtient, cependant, Le grand prix spécial du jury en 1972. Son film suivant : Le miroir est, en partie, autobiographique et cela lui vaudra encore les foudres de la censure. Il réalise ensuite son dernier film soviétique : Stalker, un film de science-fiction sur un monde sans foi et sans espérance, avant de partir à l’étranger pour pouvoir trouver l’argent nécessaire à ses tournages, il tourne Nostalghia en Italie, prix de la mise en scène et prix œcuménique à Cannes en 1983 et enfin: Le sacrifice, tourné en Suède est son dernier film et pour lequel il aura le grand prix du jury et le prix œcuménique au festival de Cannes en 1986. Il est aussi scénariste.Il est considéré comme un des plus grands réalisateurs soviétiques et du monde Ses films ont pu être diffusés et appréciés en Russie après la perestroïka. Il est retourné en Russie en 1981 pour y retrouver sa femme, mais il quitte ce pays définitivement en 1982.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 février 2018

NICOLE GARCIA

 

Nicole Garcia

 

(1946). Elle est née en Algérie à Oran. Elle revient en France en 1962. Elle entame des études supérieures et suit en parallèle des cours d’art dramatique, elle sort du Conservatoire en 1967 avec un premier prix de comédie. Elle est alors attirée par le cinéma et tourne son premier film en 1967 : Des garçons et des filles, elle avait, auparavant tourné dans  2 téléfilms en 1966 et en 1967. Elle aura son premier rôle remarqué dans : Que la fête commence de Tavernier en 1975. Elle tournera plus de 50 films comme actrice ainsi que de nombreux téléfilms et courts-métrages. Elle passe à la réalisation avec un court-métrage : 15 août en 1986. Son premier long-métrage sera : Un week-end sur deux avec Nathalie Baye en 1990, suivront : Le fils préféré avec Gérard Lanvin et Bernard Giraudeau, Place Vendôme  avec Catherine Deneuve, Roland Bacri et Emmanuelle Seigner, L’adversaire avec Daniel Auteuil et François Cluzet, Selon Charlie avec Bacri, Lindon et Magimel, Un balcon sur la mer avec Jean Dujardin, Un beau dimanche avec Louise Bourgoin et Dominique Sanda et Pierre Rochefort, Mal de pierres avec Marion Cotillard et Louis Garrel. Elle scénarise tous ses films. Elle aime filmer des personnages au bord du gouffre, son cinéma a la faveur du public.
Elle a été membre du jury à Cannes en 2000, en 2014 elle est présidente du jury de la caméra d’or à Cannes. Elle mène aussi une très brillante carrière au théâtre et elle a aussi beaucoup travaillé pour la TV.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 février 2018

TERRENCE MALICK

Terrence Malick

 

(1943). Il est né dans l’Illinois. Ses parents sont d’origine assyrienne chrétienne. Il fait des études à Harvard, puis enseigne la philosophie. Il a été journaliste dans le New Yorker, Life et Newsweek (Il a interviewé Régis Debray et Papa Doc) et en même temps, il suit des cours de cinéma à l’American Film Institute. Il tourne un unique court-métrage en 1969 et participe à l’élaboration de scénarios avant de tourner son premier film en 1973 : La ballade sauvage avec Martin Sheen, Sissy Spacek et Warrren Oates, un thriller noir. Suivront : Les moissons du ciel avec Richard Gere, Brooke Adams et Sam Shepard un autre thriller noir, en 1978, La ligne rouge avec Jim Caviezel, Nick Nolte et Sean Penn un film de guerre violent et qui aura les faveurs du public et de la critique (Ours d’or à Berlin), en 1998, Le nouveau monde avec Colin Farrell et Christopher Plummer, un film sur la conquête de la Virginie en 2002, The tree of life avec Brad Pitt, Jessica Chastain et Sean Penn en 2011, ce film à caractère mystique aura la « Palme d’or » à Cannes en 2011 (après une présentation prévue en 2010 et repoussée pour cause de montage non terminé), A la merveille avec Ben Affleck, Olga Kurylenko et Javier Bardem en 2012, ce film, avec le Mont Saint Michel en décors, est relativement mal aimé par la critique, Knight of cups avec Christian Bale, Cate Blanchett et Natalie Portman en 2015, un film sur la vie difficile d’un scénariste d’Hollywood, avec des dialogues minimalistes et qui divise à nouveau la critique, Song to song avec Ryan Gosling et Rooney Mara, un film qui se déroule dans les milieux musicaux, en 2017. Il scénarise ses films et les produit, il a aussi fait quelques caméos. C’est un réalisateur qui tourne peu, on sait peu de choses de lui, sa dernière interview date de 1979, il a vécu à Paris de 1979 à 1994 et parle un français parfait, il y a un « trou » de 20 ans dans sa filmographie. Le mysticisme est souvent présent dans ses œuvres. Il consacre beaucoup de temps à ses préparations et à ses montages.

Posté par CINELOVER à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :