Marcel Camus

(1912-1982). Il est né dans les Ardennes. Son père est enseignant. Roland Dorgelès est son oncle. Il fait ses études aux Beaux-Arts et enseigne le dessin. Prisonnier de guerre en Allemagne, il s’initie au théâtre sous tous ses aspects, à son retour, son oncle le fait connaître à de grands cinéastes et il devient l’assistant dans une quinzaine de films dont ceux de Becker, Bunuel, Astruc. Il réalise un court-métrage en 1950 : Renaissance du Havre mais il ne réalisera son premier film qu’en 1957 : Mort en fraude avec Daniel Gélin, ce film traite de la guerre d’Indochine sans ménagement avec des dialogues d’Audiard. Ce film sera censuré dans les DOM-TOM. Puis il tourne son chef d’œuvre : Orfeu Négro en 1959 avec Breno Melo, un film d’un lyrisme absolu (Transposition du mythe d’Orphée et Eurydice dans les favelas de Rio de Janeiro) qui obtiendra la palme d’or à Cannes en 1959 et l’ "Oscar " du meilleur film étranger en 1960. Il tourne ensuite : Os bandeirantes la même année toujours au Brésil avec Elga Andersen , L’oiseau de Paradis tourné au Cambodge en 1962, Le chant du monde en 1965 avec Catherine Deneuve, Charles Vanel et Hardy Krüger. Ses productions suivantes seront plus commerciales et moins inspirées : Vivre la nuit en1967 avec Jacques Perrin et Georges Geret, Un été sauvage en 1970 avec Nino Ferrer, Le mur de l’Atlantique en 1970 avec Bourvil et Sophie Desmarets (Thème proche de la grande vadrouille, mais beaucoup moins bien réussi), Otalia de Bahia en 1976. Il a ensuite travaillé uniquement pour la TV pour des séries. Il a écrit une dizaine de scénarios et a été acteur dans : Orfeu Negro.

L’humanisme caractérise tous ses films.