Alain Jessua

(1932-2017). Il est né à Paris. Il entre dans le métier comme assistant en 1952, il l’est sur : Casque d’or de Jacques Becker, il le sera ainsi sur une dizaine de films dont : Mam’zelle Nitouche, Lola Montés, Terrain vague. Il débute par un coup de maître, son court-métrage : Léon la lune aura le prix Jean Vigo en 1957, ce sera son seul « court », il ne tournera son premier long métrage que 8 ans plus tard en 1964 : La vie à l’envers avec Charles Denner qui aura le prix de la meilleure œuvre à la Mostra de Venise en 1964. On ne lui doit seulement qu’une petite dizaine de films, mais tous sont des films de qualité : Jeu de massacre avec JP Cassel et Claudine Auger qui aura le prix du scénario à Cannes en 1967, Traitement de Choc avec Alain Delon et Annie Giradot (Un film d’horreur difficile à revoir et à oublier), Armaguedon avec Jean Yanne, Alain Delon et Renato Salvatori, Les chiens avec Depardieu et Nicole Calfan, un film d’une profonde noirceur, Paradis pour tous avec Dewaere, Dutronc et Fanny Cotençon (C’est le dernier film de Patrick Dewaere qui s’est suicidé pendant le montage du film), Frankenstein 90 avec Jean Rochefort et Eddy Mitchell, En toute innocence avec Michel Serrault et Nathalie Baye, Les couleurs du diable avec Ruggero Raimondi en 1997 est son dernier film.

Il a aussi été scénariste, dialoguiste et adaptateur de tous ses films et a aussi été écrivain.

Il est l’auteur de la musique de : Traitement de choc.