05 novembre 2017

ABEL GANCE

Abel Gance

(1889-1981). Il est né à Paris, son père (Le physicien Abel Flament) ne le reconnaîtra pas et sa mère le reconnaîtra officiellement en 1895, il prendra le nom de Gance quand sa mère se mariera, en 1897, avec Adolphe Gance, entre-temps il vit avec ses grands parents dans l’Allier, il souffrira de tuberculose dans les années 1910 et cela lui épargnera de participer à la première guerre mondiale, il sera brancardier. Il fait des études de droit qu’il abandonne pour se lancer dans le théâtre en devenant comédien et en partant en tournées. En parallèle, il écrit des poèmes et fait un peu de figuration au cinéma dés 1909 (pour gagner un peu d’argent, car il vit dans une extrême pauvreté), avant de décrocher des rôles importants (Molière), il apparaîtra 7 fois à l’écran (Dont  dans le rôle de StJust dans son « Napoléon »). Il écrit aussi des scénarios. En 1911, il fonde une société cinématographique : Films français et réalise son premier film : La digue, qui sera un échec, il retourne alors au théâtre et publie des articles, dans les journaux, sur le cinéma. Il tournera une quarantaine de films et écrira plus de 70 scénarios. On lui doit en particulier : Le négre blanc, Mater Dolorosa, J’accuse (Muet en 1919 et parlant en 1938), Napoléon (muet en 1927 (il devra interrompre ce film, faute de moyens financiers et s’arrêtera à la campagne d’Italie) et parlant en 1935), La fin du monde, Lucrèce Borgia, Un grand amour de Beethoven, Le capitaine Fracasse, La Tour de Nesle, Austerlitz, Cyrano et d’Artagnan en 1964 est son dernier film, il travaillera ensuite pour la TV. Il écrira de nombreux scénarios dont peu seront effectivement mis en images.

Il est allé aux USA, mais sera déçu par le mode de travail des américains et il reviendra en France et tournera La roue à son retour en 1922.

Pendant le tournage, sa femme et lui tombent gravement malades et elle en mourra.

Le passage au parlant a été très difficile pour lui et retrouvera rarement son efficacité du muet.

Pendant la deuxième guerre mondiale, il a été inscrit sur la liste des « Juifs » et a du mener un long combat pour retrouver le droit de continuer à tourner, il partira, d’ailleurs, en Espagne en 1943.

Il a été membre du jury de Cannes en 1953 et a eu un « César » d’honneur pour sa carrière en 1980.

Il a été le premier, en France, à faire des superproductions comme Griffith aux USA.

Il est un des cinéastes majeurs du cinéma mondial

Posté par CINELOVER à 07:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :