Danielle Darrieux

 

   Danielle Yvonne Marie Antoinette Darrieux  (1917-2017). Elle commence par des études musicales, mais à 14 ans, elle gagne le concours de recrutement pour tourner dans le film : Le bal (1931). Elle tournera ensuite sans discontinuer, jusqu’en fin des années 1990 à partir de cette date, elle se fera plus rare. Elle sera très critiquée pour avoir continuer de tourner sous le régime de Vichy, cela ne l’empêchera pas de tourner un film sur la résistance : Marie-Octobre. Elle est d’abord une gamine espiègle avant d’être l’ingénue type, à la beauté piquante, avant de devenir le type même de la parisienne élégante et pleine d’esprit. Elle chantera dans beaucoup de ses films et dans les comédies musicales de jacques Demy : Les demoiselles de Rochefort et : Une chambre en ville. Elle joue enfin les grand-mères dans les années 70 et se tourne surtout vers la télévision.  Elle est capable de jouer dans tous les registres, mais elle excelle dans les rôles dramatiques comme : La vérité sur bébé Donge.

Elle a tenté une carrière aux USA en 1935 où elle est très bien accueillie, mais elle s’ennuie de la France et y revient avant la fin de son contrat (Elle y retournera un peu dans les années 50). Elle tournera avec les plus grands réalisateurs : Decoin, Duvivier, Cayatte, Ophuls, Autant-Lara, Allégret, Verneuil, Chabrol et avec les plus grands acteurs : Gabin, Marais, Bourvil, Fernandel, Delon, Brialy, Gérard Philipe.

            De sa très longue filmographie (Prés de 130 films), on peut citer : Le bal, son premier film en1931,Mayerling, Jean de la lune, Occupe-toi d’Amélie, Le Bon Dieu sans confession, Le rouge et le noir, Si Paris m’était conté, Typhon sur Nagasaki, Les lions sont lâchés, Le crime ne paie pas, L’affaire Cicéron, Landru, Les oiseaux vont mourir au Pérou, L’année sainte, 8 femmes, Nouvelle chance, L’heure zéro, Pièce montée.

            Une immense comédienne qui a traversé toutes les époques du cinéma parlant avec le même bonheur.