René Clair

 

René-Lucien Chomette (1898-1981). Il est né à Paris. Son père est savonnier dans le quartier des Halles. Il fait ses études dans 2 grands lycées parisiens avant d’être volontaire pendant la première guerre comme ambulancier et sera démobilisé après quelques mois. Il devient alors journaliste et écrit des textes de chansons. Il sera acteur dans 4 films dés 1920 et sera assistant réalisateur sur 4 films. Il commence la réalisation au temps du muet en 1924 par un court-métrage : Entracte, d’inspiration dadaïste qui fera scandale, il sera suivi d’un second court-métrage : Paris qui dort. Le fantôme du Moulin Rouge sera son premier film en 1925, suivront : Le chapeau de paille d’Italie, Les 2 timides. Il passe ensuite au parlant avec : Sous les toits de Paris, Le million, A nous la liberté (La Tobis, société de production allemande fera un procès pour plagiat à Chaplin pour son film : Les temps modernes, Clair s’y opposera sans succès), Quatorze juillet, Le dernier milliardaire sera un échec et il va tourner à Londres : Fantôme à vendre et Fausse nouvelles, après ce film qui sera mal reçu, il revient en France, mais la guerre se prépare et, il part aux USA avec sa famille via l’Espagne et le Portugal, il y tournera :  La belle ensorceleuse, Ma femme est une sorcière, C’est arrivé demain, Dix petits indiens. Il rentre alors en France en 1946 et tourne : Le silence et d’or, puis La beauté du diable, Les belles de nuit, Les grandes manœuvres (Son premier film en couleurs), Porte des lilas avec un acteur rare : Georges Brassens, Tout l’or du monde, Les fêtes galantes en 1965 est son dernier film. Il a aussi écrit plus d’une trentaine de scénarios, et a réalisé de la mise en scène de théâtre.

Il a été président du jury de Cannes en 1974.

Il est entré, comme réalisateur, à l’Académie Française (Après Pagnol qui, en plus, était écrivain), en 1960.