31 août 2017

ROBERT LAMOUREUX

 

Robert Lamoureux

 

(1920-2011). Il est né à Paris . Il a eu une formidable carrière d’humoriste, écrivain, metteur en scène de théâtre, comédien de théâtre, acteur de cinéma (Voir sa fiche) et réalisateur. Il a débuté comme acteur en 1951 dans : Le roi des camelots. Sa première mise en scène date de 1960 : La brune que voilà (Avec Françoise Fabian et Michèle Mercier), puis il tourne : Ravissante, la même année (Avec Philippe Noiret et Sylva Koscina), il reste ensuite 13 ans sans tourner et il réalise alors le premier volume de sa célèbre trilogie : Mais où est donc passée la 7° compagnie qui sera un gros succès (et qui repasse sans cesse à la TV), En 1974, il tourne : Impossible…Pas français en 1974 (Avec sa « bande » de la 7°), Viendra ensuite : Opération Lady Marlène en 1975  (Avec Michel Serrault ). Il revient alors à la 7° avec : On a retrouvé la compagnie en 1975, puis : La 7° compagnie au clair de lune en 1977. Ces trois opus sont hilarants et largement plébiscités par le public, c’est du cinéma « bon enfant » avec des acteurs de talent.

Sur ses tournages, il exigeait le respect intégral de ses textes et n’admettait pas l’improvisation.

Il a souffert, une grande partie de sa vie d’acouphènes.

Posté par CINELOVER à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 août 2017

STEVEN SODERBERGH

 

Steven Soderbergh

 

 

(1963). Il est né en Géorgie (USA). Son grand-père paternel était un immigré suédois et  sa grand-mère une immigrée irlandaise, du côté de sa mère, ses grands-parents étaient des immigrés italiens. Son père, professeur d’université, sera muté à Bâton Rouge en Louisiane, c’est là qu’il fera ses études et commencera à faire des films en 16mm au sein de l’Université et cela avec un matériel d’occasion. Ses études supérieures terminées, il va à Hollywood tenter sa chance en indépendant, mais revient vite chez lui pour faire des courts-métrages et écrire des scénarios. Il est sollicité par le groupe « YES » pour filmer un de leur concert ce sera : « YES 9012 live ». Il tourne son premier film en 1989 et ce sera : « Sexe, mensonges et vidéo » qui obtiendra la palme d’or à Cannes en 1989, suivront, en particulier : Kafka, A fleur de peau, Hors d’atteinte, L’anglais qui a été un semi échec public et pourtant c’est un excellent thriller avec Terence Stamp, le montage de ce film est parfois un peu déroutant, Erin Brockovich, un film magnifique avec une extraordinaire prestation de Julia Roberts (Qui lui vaudra un « Oscar », Traffic qui lui vaudra l’ « Oscar »du meilleur réalisateur (Et Benicio del Toro aura un « Oscar » du meilleur second rôle pour ce film), Ocean’s eleven (Un remake de : L’Inconnu de Las Vegas), un film extrêmement plaisant avec une pléiades d’acteurs qui semblent bien s’amuser ensemble, les deux autres sont moins jouissifs, surtout le deuxième, Solaris, The good german, Che 1&2 (Le deuxième épisode est moins attachant, Benicio del Toro aura le prix d’interprétation pour ce film), The informant, Contagion, Piégée (Un film intéressant avec, en vedette Gina Carano, une superbe actrice venant du free fight !), Magic Mike (Un film sur les milieux du Striptease masculin avec Channing Tatum), Effets secondaires en 2013. Il rencontre alors des difficultés pour mettre en œuvre son film sur Liberace et il se tourne alors vers la TV qui lui permet de le faire, ce téléfilm sera cependant présenté à Cannes ! Sa bouderie terminée, il revient au cinéma en 2017 avec : Logan Lucky.

Il a souvent fait tourner Georges Clooney (6 fois), Matt Damon (7 fois), Julia Roberts (4 fois), Channing Tatum (4 fois), Don Cheadle (5 fois), Brad Pitt (4 fois), Elliott Gould (4 fois).

Il est aussi : Scénariste, Producteur, Directeur de la photo, Monteur !

Posté par CINELOVER à 07:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 août 2017

PIERRE GRANIER-DEFERRE

Pierre Grannier-Deferre

(1927-2007). Il est né à Paris. Il fait ses études à l’IDHEC. C’est un réalisateur classique et aussi un scénariste-dialoguiste aussi bien pour le cinéma que pour la TV (En particulier les « Maigret »). Il a commencé par être assistant, de 1951 et jusqu’en 1961, sur prés de 25 films dont : Papa-maman-la bonne et moi, Crime et châtiments, Le cas du docteur Laurent, Rue des prairies, Un taxi pour Tobrouk. Il tourne son premier film en 1962 : Le petit garçon de l’ascenseur, on lui doit ensuite : Les aventures de Salavin, La métamorphose des cloportes, Paris au mois d’août, Le grand dadais, La horse (Avec Gabin), Le chat, un film superbe, mais d’une noirceur absolue avec deux fabuleux interprètes : Gabin et Signoret, La veuve Couderc, un autre excellent film noir avec cette fois Delon et Signoret, Le fils (avec Yves Montand), Le train (Avec Romy Schneider), La race des seigneurs (Avec Alain Delon), La cage (Avec Lino Ventura), ce film a été un échec, le public n’a pas adhéré à l’idée de voir Lino Ventura enfermé dans une cage, Adieu poulet un très bon polar avec le duo : Ventura/Dewaere,  Une femme à sa fenêtre (avec Romy Schneider), Le toubib (Avec Alain Delon), Une étrange affaire (Avec Michel Piccoli), qui lui vaudra le prix Louis Deluc, L’étoile du nord (Avec Simone Signoret), récompensé par le « César » du meilleur scénario , L’ami de Vincent (Avec Noiret et Rochefort), L’homme aux yeux d’argent (Avec Alain Souchon), Cours privé, Noyade interdite, La couleur du vent, L’autrichienne, La voix, Archipel, Le petit garçon en 1995 est son dernier film.

Il a été marié 4 fois dont une fois avec Annie Fratellini.

Posté par CINELOVER à 06:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 août 2017

DECES DE MIREILLE DARC

 

Mireille Darc

Mireille Christiane Gabrielle Aimée Aigroz (1938-2017). Elle est née à Toulon. Elle a suivi des cours d’art dramatique à Toulon, elle devient alors mannequin avant de participer à des petits films, mais c’est par la télévision qu’elle sera connue grâce à : « La grande bretèche », et c’est à Georges Lautner qu’elle deviendra une star, elle tournera treize films avec lui. Elle a été la compagne pendant quinze ans d’Alain Delon rencontré sur le tournage de : Jeff de Jean Herman en 1969, ils se retrouveront  plus tard en particulier dans la série TV : Frank Riva en 2003. Son premier film est : La bride sur le cou en 1960. Elle a eu de graves problèmes de santé à cause d’un accident de voiture à la suite de ces problèmes, elle a surtout fait de la télévision comme reporter,réalisatrice ou actrice, et actuellement elle se consacre surtout au théâtre et à la photographie

            On peut la voir aussi dans : Les distractions, Des pissenlits par la racine, Pouic-Pouic, Les barbouzes, Monsieur, Du rififi à Paname, Galia, La grande sauterelle, Ne nous fâchons pas (Mme Michalon !), La grande sauterelle, Fleur d’oseille, Borsalino, Fantasia chez les ploucs, Laisse aller c’est une valse, Il était une fois un flic (Avec Michel Constantin excellent), Le grand blond et le retour, La valise, L’homme pressé, Mort d’un pourri, Pour la peau d’un flic,Les seins de glace, Le téléphone rose, L’homme pressé, Mort d’un pourri, Pour la peau d’un flic, La vie dissolue de Gérard Floque est son dernier film en 1986. Elle a beaucoup tourné pour la TV.

            Elle réalise : La barbare en 1989. En 2007, elle a joué « Sur la route de Madison » avec Alain Delon au théâtre.

            Elle sera l’actrice fétiche de Georges Lautner, mais aussi de tous les cinéphiles dans les années 70/80, elle est mutine, pleine de charme ,d’humour, de culot, de tendresse, de sensibilité et de naturel.

Une immense perte pour le cinéma, mais aussi humaine.

 

Posté par CINELOVER à 09:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 août 2017

MARCEL CARNE

 

Marcel Carné

 

(1906-1996). Il est né à Paris. Son père est ébéniste et il perd sa mère quand il a 5 ans, c’est sa grand-mère qui va l’élever. Ne voulant pas reprendre la succession de son père, il suit des cours de photographie aux Arts et métiers. Il est depuis toujours passionné par le cinéma et assiste à de très nombreuses projections, ce qui l’oblige à faire des petits boulots pour payer ses places : banque, épicerie, assurances. Par l’intermédiaire de Françoise Rosay, il devient l’assistant de Jacques Feyder sur un film, puis part faire son service militaire en Allemagne. A son retour il est engagé, par concours, comme critique, il officiera dans plusieurs revues dont : Cinémagazine et Cinémonde. Ilcommence à tourner des courts-métrages et des publicités mais continue d’être assistant. Ce n’est qu’en 1936 qu’il tourne son premier film grâce à Feyder : Jenny. Il rencontre alors Prévert avec qui il tourner ses plus beaux films dont Prévert écrira les dialogues, il sera aussi merveilleusement servi, dans ses films par le décorateur : Alexandre Trauner. On lui doit une vingtaine de films : Drôle de drame, Hôtel du Nord, Le jour se lève, Les visiteurs du soir, Les enfants du Paradis, Les portes de la nuit, La fleur de l’âge, La Marie du port, Juliette ou la clef des songes, Thérèse Raquin, L’air de Paris, Le pays d’où je viens, Les tricheurs, Terrain vague, Du mourron pour les petits oiseaux, Trois chambres à Manhattan, Les jeunes loups, Les assassins de l’ordre, La merveilleuse visite en 1974 sera son dernier film. Mouche en 1992 restera inachevé.

Comme beaucoup d’autres réalisateurs, il a été inquiété à la Libération et cela a eu une influence sur ses œuvres d’après-guerre qui ont été moins flamboyantes, il faut aussi dire qu’il s’était séparé de Prévert.

Il a fait tourner les plus grands acteurs de son temps : Gabin, Arletty, Jouvet, Michèle Morgan, Jean Louis Barrault, Michel Simon…

Il a été honoré par le British Film Institute pour la qualité de ses films.

Il a eu le Lion d’argent à Venise en 1953 pour Thérèse Raquin.

Il a eu le Lion d’or à Venise pour l’ensemble de sa carrière en 1971.

Il a aussi eu un « César » d’honneur pour toute son œuvre en 1979.

 

 

Posté par CINELOVER à 07:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

26 août 2017

JOHN STURGES

John Sturges

 

 

John Elliott Sturges (1910-1992). Il est né dans l’Illinois. Il est issu d’une famille de juges et d’architectes. Il a fait la 2° guerre mondiale en Afrique, Corse, Italie et a participé à de nombreux films dans ce cadre. Il a commencé sa carrière dans la post-production avant de devenir assistant-réalisateur. Il retrouve ce métier après la guerre avant de réaliser son premier film en 1946 : The man who dared, il aura son premier succès en 1948 avec : Les aventuriers du désert. Il a tourné 43 films parmi lesquels on peut citer : Fort bravo, Un homme est passé (qui vaudra le prix d’interprétation à Cannes pour Spencer Tracy), Coup de fouet en retour, Règlement de compte à OK Corral (Un chef d’œuvre du western), Le vieil homme et la mer, Le dernier train de Gunhill (Un excellent western avec Kirk douglas et Anthony Quinn), La proie des vautours, Les 7 mercenaires le western culte tiré du film de Kurosawa : Les 7 samouraïs (Kurosawa a déclaré beaucoup aimer ce remake), Les 3 sergents, La grande évasion, un autre chef d’œuvre, Sur la piste de la grande caravane, Sept secondes en enfer, Destination Zebra station polaire, Les naufragés de l’espace, Joe Kidd (Avec Clint Eastwood), Chino (Avec Charles Bronson), Un silencieux au bout du canon (Avec John Wayne), L’aigle s’est envolé (Avec Michael Caine), un très bon film de guerre sur une tentative de capture de Churchill, ce sera son dernier film en 1976 ? Il a été un très grand réalisateur de westerns classiques

Posté par CINELOVER à 08:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 août 2017

JEAN PAUL LE CHANOIS

 

Jean paul Le Chanois

 

Jean Paul Dreyfus (1909-1985). Il est né à Paris. Il fait des études de droit et de philo, se lance dans des études de médecine, mais ne poursuit pas et exerce des petits boulots avant de devenir acteur de figuration surtout et aussi assistant-réalisateur sur 5 films. Il tourne son premier documentaire en 1936 : La vie est à nous (sur le Front Populaire), et son premier film en 1938 : Le temps des cerises (sous son vrai nom),  idem pour le suivant en 1940 : Une idée à l’eau. Il aura une conduite exemplaire pendant la 2° guerre mondiale comme résistant, il sera membre du parti communiste et réalisera le seul film « live », en 1944,  sur la résistance dans le maquis du Vercors (Au cœur de l’orage).Il reprend ses tournages en 1946 avec : Messieurs Ludovic, suivront : L’école buissonnière, La belle que voilà, Sans laisser d’adresse, Agence matrimoniale, Papa-maman-la bonne et moi, une charmante comédie avec des acteurs superbes(Lamoureux, Fernand Ledoux, Gaby Morlaix et Nicole Courcel et aussi De Funès) et qui aura une suite : Papa-maman-ma femme et moi, Village magique, Les évadés, Le cas du docteur Laurent avec Gabin, Les misérables avec Gabin, Bourvil et Bernard Blier Un segment de : La française et l’amour, Par-dessus le mur, Mandrin, Monsieur avec Gabin,Le jardinier d’Argenteuil, avec Gabin en 1966 sera son dernier film. Il a été une des cibles privilégiées de la « Nouvelle vague ». Il a aussi été un scénariste prolifique (plus de 35 scénarios), il a aussi écrit des chansons pour Piaf et Montand. Et il s’est essayé à la mise en scène de théâtre. Il a eu l’ours d’or à Berlin pour : sans laisser d’adresse et le grand prix du cinéma français en 1955 pour : Les évadés.

 

 

Posté par CINELOVER à 08:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 août 2017

DECES D'ALAIN BERBERIAN

 

Alain Berberian

 

(1953-2017). Il est né à Beyrouth. Son père est arménien et sa mère est grecque. Il a été élevé au Liban avant de venir en France. Il commence comme monteur à la TV où il va rencontrer et suivre les nuls. Il commence par des courts-métrages et des téléfilms. Sa première réalisation est : La cité de la peur (Avec les Nuls) en 1994, puis il tourne : Paparazzi (Avec Vincent Lindon), Six-pack (Avec Richard Anconina, ce film aura peu de succès), Le boulet (Une comédie déjantée avec Benoît Poelvoorde, Gérard Lanvin  et José Garcia qui sera un vrai succès populaire), L’enquête corse (Avec Christian Clavier et Jean Reno et tiré d’une BD de Pétillon), L’île au trésors en 2007 (Avec Gérard Jugnot) sera son dernier film qui sera un échec et il cessera de tourner. Son frère Charles est auteur de Bandes Dessinées associé à Philippe Dupuy

Posté par CINELOVER à 08:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

HENRY HATAWAY

Henry Hataway

Henry Léopold de Fiennes (1898-1985). Il est né à Sacramento, sa famille issue de la noblesse belge (Marquisat). Sa mère et son père sont acteurs. Il débute comme acteur à l’âge de 8 ans dans des westerns. Sa carrière est mise entre parenthèses par la première guerre mondiale à laquelle il participe. Quand il revient, il se lance brièvement dans la finance, mais revient au cinéma comme assistant, puis réalisateur de la seconde équipe et cela sur 27 films de 1924 à 1932, Il est crédité comme réalisateur en 1932 dans : Heritage of the desert. Il tournera, au total, plus de 60 films ! On lui doit, en particulier : Les trois lanciers du Bengale, Appelez Nord 777, La rose noire, La marine est dans le lac, L’attaque de la malle-poste, Le renard du désert, Niagara, La sorcière blanche, Prince Vaillant, Le jardin du diable, La cité disparue, Le grand Sam, Un segment de : La conquête de l’Ouest, Le plus grand cirque du monde, Les quatre fils de Kathy Elder, Nevada Smith, Le dernier safari, 5 cartes à abattre, 100 dollars pour un shérif, Le cinquième commando, Quand siffle la dernière balle, Hangup en 1974 est son dernier film. Il a tourné 6 films avec John Wayne. Il avait la réputation d’être TRES exigeant avec ses acteurs. Les critiques lui ont reproché de ne jamais dire non quand un studio lui proposait un tournage, mais ses biographes ne manquent pas de faire remarquer que ses films sont tous de qualité !

Posté par CINELOVER à 08:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 août 2017

FRANCOIS TRUFFAUT

François Truffaut

François Truffaut

 

 

(1934-1984). Il est né à Paris. Son père est inconnu et cela va profondément marquer sa vie professionnelle, sa mère a peu d’intérêt pour cet enfant et il est souvent confié à ses grands parents (Son grand père sera à l’origine de sa passion de la lecture) ou reste seul quand sa mère et son père adoptif sont de sortie. Enfant solitaire, il se réfugie dans la lecture et il se prend de passion pour le cinéma avec un copain de galère : Robert Lacheney et cela même pendant les heures de classe (Les 400 coups sont le reflet romancé de cette enfance). A 14 ans l’école n’est plus obligatoire, il la quitte donc pour faire des petits boulots : Magasinier, Garçon de course et même soudeur !!!! A 13 ans, en 1947, il crée un petit ciné-club : Le cercle cinémane  qui ne durera qu’une séance, la deuxième, donnera lieu à un épisode judiciaire qui lui vaudra d’être envoyé au centre d’observation des délinquants mineurs de Villejuif, mais il aura eu la chance de rencontrer Hervé Bazin qui sera son père spirituel. Il devance alors l’appel en espérant intégrer le service cinématographique des armées, mais il part en Allemagne et doit partir en Indochine, cela le déprime, il déserte 2 fois, fait de la prison militaire et sera réformé. Il travaille au service cinématographique du ministère de l’agriculture et se fait rapidement remercier. Il entame alors une carrière de chroniqueur en 1953, il publie son premier papier dans les Cahiers du cinéma, il collabore également à 2 autres revues. Toujours passionné de cinéma il tourne, avec des moyens de fortune, son premier court-métrage en 1954 : Une visite, son deuxième restera très célèbre : Les mistons. Il tournera son premier film : Les 400 coups en 1958 qui sera prix de la mise en scène à Cannes en1959 et pour lequel il est scénariste, dialoguiste et producteur, ce film, du début de la « Nouvelle vague », inaugure une série de films à caractère autobiographique avec un interprète fétiche : Jean Pierre Léaud  dans le rôle d’Antoine Doisnel : Antoine et Colette, Baisers volés, Domicile conjugal et L’amour en fuite. On lui doit aussi : Tirez sur le pianiste avec Charles Aznavour (Dans ce film Boby Lapointe y joue un chanteur de bar , Truffaut a tellement peur que les spectateurs ne comprennent pas ses jeux de mots qu’il fera SOUS-TITRER ses chansons !!!), L’amour a 20 ans (segment : Antoine et Colette)), Jules et Jim, film mythique primé à Mar del Plata, Tire au flanc, La peau douce, Fahrenheit 451 (Température à laquelle le papier brûle spontanément), La mariée était en noir, Baisers volés : Prix Louis Deluc 1968, La sirène du Mississippi, L’enfant sauvage, Domicile conjugal, Les deux anglaises et le continent, La nuit américaine (Un film magnifique drôle et émouvant sur le tournage d’un film), qui a obtenu l’ «Oscar » du meilleur film étranger en 1974, Une belle fille comme moi, L’argent de poche, L’histoire d’Adèle H. , L’homme qui aimait les femmes, La chambre verte, L’amour en fuite, Le dernier métro qui obtiendra trois « César » pour le film, la réalisation et le scénario (Depardieu aura celui du meilleur acteur dans ce film et Catherine Deneuve celui de le meilleure actrice), La femme d’à côté, Vivement dimanche qui sera son dernier film en 1983. Il a aussi été acteur dans 8 de ses films, dans rencontre du 3° type de Spielberg et dans Le coup du berger de Rivette. Il est aussi scénariste, dialoguiste, producteur et écrivain. Il a aussi fondé sa propre société de production : Les films du Carrosse (En hommage à Renoir) en 1957 après avoir épousé la fille d’un gros distributeur de films.

En 1958, il sera interdit de festival de Cannes à cause de ses critiques, mais il en sera membre en 1962 !

Après son divorce, il demande en mariage : Claude Jade mais il n’est pas allé à la cérémonie !

Il avait une grande passion pour Alfred Hitchcock.

A la fin des années 60, il engage un détective qui retrouvera son « vrai » père biologique : Roland Lévy, un dentiste qui a exercé à Belfort.

Posté par CINELOVER à 11:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :