Jacques Deray

Jacques Desrayaud (1929-2003). Il est né à Lyon. Il suit les cours d’art dramatique de René Simon. Il débute comme acteur au théâtre, il sera acteur dans : Le trou normand avec Bourvil avant de devenir assistant réalisateur pour Grangier, Dassin, Bunüel. Il tourne son premier film en 1960 : Le gigolo avec Jean Claude Brialy. Suivront : Rififi à Tokyo, Symphonie pour un massacre, Par un beau matin d’été, L’homme de Marrakech, Avec la peau des autres, un bon polar avec Lino Ventura, La piscine un thriller glaçant avec Delon, Ronet et Romy Schneider qui lui donnera ses galons de grands réalisateur, Borsalino un chef d’œuvre avec un couple explosif : Delon/Belmondo, Doucement les basses, Un peu de soleil dans l’eau froide, Un homme est mort, Borsalino and Co beaucoup moins passionnant que le premier (Le personnage de Belmondo étant mort à la fin du 1° opus), Flic story, Le gang, deux polars avec Delon, Un papillon sur l’épaule avec Lino Ventura, Trois hommes à abattre de nouveau avec Delon, Le marginal un très bon Belmondo, On ne meurt que 2 fois, Le solitaire, un autre très bon Belmondo, Les bois noirs, Netchaiev est de retour un polar atypique avec Yves Montand, Un crime avec Delon, L’ours en peluche toujours avec Delon sera son dernier film en 1993, déçu par l’accueil réservé à son film il a ensuite travaillé uniquement pour la TV.

Il a écrit les scénarios de 23 de ses films.

Il a eu la chance de pouvoir faire tourner les plus grands acteurs français des années 70/80 (Il a tourné 9 films avec Delon) et a laissé une trace indélébile en ce qui concerne le film policier entre- autres, il y a d’ailleurs un prix « Jacques Deray » attribué au meilleur polar de l’année.

Il a été président du jury à Cannes en 1981.