Jean Jacques Annaud

 

(1943). Il est né à Juvisy-sur-Orge. Son origine est modeste : son père est cheminot et sa mère secrétaire de direction.Après des études de Lettres, il suit les cours de l’Ecole Louis Lumière et entre à l’IDEHC. Il fait ses premières armes dans le film publicitaire, il sera d’ailleurs Palme d’or du film publicitaire pour une pub pour les « Crakers Belin ». Son premier film sera : La victoire en chantant en 1976, ce sera un échec, il le remaniera et le ressortira l’année suivante et obtiendra l’ »Oscar du meilleur film étranger"( !) sous le titre : Noirs et Blancs en couleur. Il tourne ensuite : Coup de tête avec Patrick Dewaere (Un bon thriller dans les milieux du foot de province), puis : La guerre du feu, qui aura 2 « César » : meilleur film et meilleur réalisateur, vient ensuite l’extraordinaire adaptation du roman (inadaptable ?) : Le nom de la rose avec un Sean Connery au sommet de son art et des acteurs formidables : Le jeune Christian Slatter, Michael Lonsdale, Elya Baskin, Feodor Chaliapine et Ron Perlman en bossu analphabète, ce film est un chef d’œuvre absolu qui obtiendra le « César » du meilleur film « étranger », vient ensuite : L’ours encore une très belle réussite qui lui vaudra le « César » du meilleur réalisateur, suivront : L’amant, Les ailes du courage, Sept ans au Tibet, Stalingrad, Deux frères (Dans la lignée de :L’ours), Sa majesté minor (Echec critique et public), Or noir (Idem), Le dernier loup en 2015 est, pour le moment son dernier film. Il tourne, en ce moment, pour une série TV.

Il est aussi scénariste et producteur.
Il est célèbre pour son extrême rigueur, il contrôle tout ce qui concerne ses réalisations jusqu’à leur parution en DVD.

Il a été envoyé au Cameroun  en tant que directeur du film de l'armée par le service national. Pendant cette période, il a formé les locaux pour faire leurs propres films en travaillant sur une série de films éducatifs.

Il est membre du jury de Cannes en 1982, Président du festival du film de Marrakech en 2005, Président du festival du film de Shanghai en 2012, Président du festival de Moscou en 2015. Il a failli être interdit d’entrée en Chine après son film : 7 ans au Tibet mais il a co-produit :Le dernier loup avec la Chine.

Libération a pour lui une haine indéfectible ??????

Il a un petit « air » de Lionel Jospin !!!

 

Lionel Jospin