Don Siegel

Donald Siegel (1912-1991). Il est né à Chicago. Son père est un excellent joueur de mandoline. Il a fait ses études en Angleterre à Cambridge. Il s’est marié pour la première fois à Paris dans le 16° arrondissement. Il débute dans la profession comme réalisateur en second dans le milieu des années 30 à Hollywood. Il commencera sa carrière par 2 courts-métrages : Hitler lives et Star in the night en 1945, ces deux œuvres furent d’ailleurs récompensées par un Academy Award. Il tourne son premier film en 1946 : Le verdict, il fera ensuite tourner Ronald Reagan en 1949 dans Night unto night. Il fera ensuite d’excellentes séries « B » comme : Les révoltés de la cellule 11, l’invasion des profanateurs de sépulture et gagna ses galons de réalisateur reconnu avec Elvis Presley dans : les rôdeurs de la pleine. On lui doit ensuite de formidables films comme : A bout portant avec Lee Marvin, Police sur la ville avec Richard Widmark. Il rencontre ensuite Clint Eastwood et le fera tourner à de nombreuses reprises : Un shérif à new York, Sierra torride, Les proies, L’inspecteur Harry, L’évadé d’Alcatraz. Son plus grand film est, à mon avis, Tuez Charley Varrick avec Walther Matthau dont le scénario et la mise en scène sont fabuleusement bien faits. Il a aussi fait tourner John Wayne dans : Le dernier des géants. Il a aussi été le mentor de Sam Peckinpah. Il était renommé pour ses montages secs et nerveux, ce qui lui a valu des problèmes avec les grands studios car il   revendiquait sa totale indépendance. Quand il commençait un film, il avait l’intégralité des plans dans la tête. Sa direction d’acteur était très souple et attentive. C’est un très grand réalisateur on lui doit 34 longs-métrages, il a aussi travaillé pour la TV dans des séries et des téléfilms.