Lino Ventura

            Angiolino Giuseppe Pasquale Ventura (1919-1987). Il a pris le nom de Borini pour sa carrière de lutteur (Borini est le nom de sa mère). Il est né à Parme en Italie. Immigré en France, il exercera de multiples petits boulots avant de se lancer dans la lutte où il sera champion d’Europe en 1950, il fera aussi du catch. Il viendra au cinéma à reculons, persuadé qu’il n’a pas le talent nécessaire pour ce métier, mais, dés son premier film (Touchez pas au grisby ) en 1953, il s’affirme immédiatement comme un très grand acteur, il est immédiatement adoubé par Jean Gabin et il enchaînera avec Razzia sur la chnouf en 1955,  puis il tournera pratiquement sans arrêt, on se souvient de : Le rouge est mis, Ascenseur pour l’échafaud, Maigret tend un piége, Le gorille vous salue bien, Le fauve est lâché, Classe tous risques (Où il donne toute la mesure de son talent à la fois intraitable et tendre, il a pour partenaire JP Belmondo), Un taxi pour Tobrouk(Fabuleux), Les Tontons flingueurs (Culte), Cent mille dollars en soleil, Les barbouzes, Les grandes gueules, Ne nous fâchons pas, Le 2° souffle (Sûrement le plus grand polar français), Les aventuriers (Une merveille avec Delon et Shimkus), Le Rapace, L’armée des ombres, Le clan des siciliens,, Dernier domicile connu, L’aventure c’est l’aventure, Cosa nostra, Le silencieux, La bonne année, L’emmerdeur, La gifle, Espion lève-toi, Les misérables, Cent jours à Palerme,son dernier film sera : La septième cible en 1984. (Il apparaît brièvement dans : La rumba en 1987).

             Une légende veut que Lino n’embrasse jamais ses partenaires (féminines !) dans ses films, c’est loin d’être vrai, j’en ai vu au moins une demi-douzaine où il le fait : Le gorille vous salue bien, Cosa Nostra, Le deuxième souffle, Les grandes gueules, Le fauve est lâché…

            Il a souvent dit les dialogues de Michel Audiard avec un réel bonheur, il était capable de jouer la comédie, le drame, avec le même talent. Il n’y a pratiquement aucun « Nanards » dans sa filmographie.

             C’était un homme très attaché à l’amitié. Il adorait faire la cuisine pour ses « Potes », surtout les pâtes et il avait un appétit gargantuesque !

            Homme très sensible, il avait créé la fondation « Perce neige » pour les enfants handicapés, étant lui-même père d’une enfant handicapée.

C’est, sans doute,  le seul acteur qui n’a jamais eu de détracteurs (Du moins en public)

         

 

            ANECDOTE : Catcheur, il a du arrêter après avoir eu une jambe cassée en luttant avec Henri Cogan, il le retrouvera plus tard comme cascadeur sur de nombreux films et, dans l’un d’eux il lui lance  un vrai coup de poing dans la mâchoire et comme l’autre se plaint, il lui dira, ça c’est pour ma jambe !