Claude Berri

 

            Claude Beri Langmann (1934-2009). Il est né à Paris d’un père fourreur et d’une mère ouvrière. Il exerce un temps le métier de son père, mais suit en même temps des cours de théâtre. Il commencera sa carrière artistique par le théâtre avant de devenir acteur de cinéma. Son premier film est : Rue de l’Estrapade en 1952 suivi de Le blé en herbe et Le Bon Dieu sans confession de Claude Autant-Lara en 1953, on le revoit dans : French Cancan, Asphalte, Jeux dangereux, Les bonnes femmes, J’irai cracher sur vos tombes, La vérité, La bride sur le cou, Les sept péchés capitaux, Compartiment tueurs, il sera un bon second rôle, sans plus, il tournera ensuite  de temps en temps y compris dans ses propres films. Au milieu des années 60, il devient réalisateur, son premier succès sera : Le vieil homme et l’enfant en 1966 avec le merveilleux Michel Simon et le formidable petit enfant juif : Alain Cohen, il tournera aussi : Mazel Tov, Le pistonné, Le cinéma de papa, Tchao Pantin (Avec Coluche dans un superbe rôle dramatique), Jean de Florette , Manon des sources, Uranus, Germinal, Lucie Aubrac, L’un reste l’autre part, comme réalisateur il a connu de très beaux succès et quelques échecs au milieu de sa carrière. Comme producteur, il aura une énorme réussite, la dernière en date étant : Bienvenue chez les ch’tis, mais il y a eu aussi : L’ours, L’amant, La reine Margot, Gazon maudit, Les deux premiers Astérix, Amen, La graine et le mulet. Il a été directeur de la cinémathèque française de 2004 à 2007. Il est décédé au cours du tournage de son dernier film : Trésor avec Alain Chabat et Mathilde Seigner. Il avait eu à subir de très graves événements dans sa vie privée qui l’ont profondément marqué. Il est considéré comme un des hommes les plus importants du cinéma français, il a eu un « César » en 2008. Il était aussi collectionneur d’art contemporain.