Catherine Deneuve            Catherine Dorléac (1943). Toute sa famille est déjà dans le spectacle, Elle est la sœur de Françoise Dorléac décédée dans un accident de voiture à 25 ans en 1967.Elle tourne son premier film en 1956 : Les collégiennes d’André Hunebelle, suivront : Les petits chats en 1959 et : Les portes claquent en 1960, à seize ans elle quitte son foyer, prend le pseudonyme de : Deneuve (Nom de jeune fille de sa mère), et vit avec Roger Vadim qui la fera tourner dans : Le vice et la vertu en 1963. En 1964 elle tourne dans : Les parapluies de Cherbourg de Jacques Demy (Ce film aura la palme d’or à Cannes). Sa carrière s’envole à partir de là, elle tournera avec les plus grands réalisateurs, n’hésitera pas à accepter des rôles difficiles et à même à contre-emploi : Prostituée, schizophrène, femme du monde…Elle tournera à nouveau avec Jacques Demy dans : Les demoiselles de Rochefort avec sa sœur juste avant le décès de celle-ci.

Tous les réalisateurs du monde veulent la faire tourner : Aux USA, en Italie, en France, en Espagne, elle est une star internationale.

Elle a reçu deux «César » pour : Le dernier métro et pour : Indochine.

 C’est une femme d’une incroyable distinction et dont la beauté résiste au temps.

On peut la voir dans : La vie de château, Belle de jour, Mayerling, La sirène du Mississippi, Tristana, Peau d’âne, Un flic, Touche pas à la femme blanche, Le sauvage, L’argent des autres, Courage fuyons, Le dernier métro, Le choix des armes (Un excellent polar très noir avec Montand, Depardieu et Galabru), L’africain, Fort Sagane, Ma saison préférée, Place Vendôme, Dancer in the dark, Huit femmes, Palais Royal, Le concile de Pierre, Après lui. Elle prête sa voix dans le film d’animation : Persépolis, Bancs publics, Un conte de Noël, La fille du RER, Banc public, Mères et filles, Potiche, Les bien-aimés, La tête haute, Sage femme, bonne pomme.

ANECDOTE : Elle a été  modèle pour le buste  de la « Marianne » de nos mairies en 1986.