Stan Laurel 

            Arthur Stanley Jefferson (1890-1965). Il est né dans le Lancashire en Angleterre, ses parents sont des comédiens de théâtre. Il n’aime pas les études et piaffe pour monter sur les planches, ce que son père l’autorise à faire en 1905, il débute dans la pantomime avec un certain : Charlie Chaplin dont il devient la doublure, ils partent en tournée aux USA, mais le spectacle s’arrête car Chaplin perd son travail et Laurel décide de monter ses propres spectacles avec sa femme, et il se lance en même temps dans le cinéma et tournera  environ 80 courts-métrages en 8 ans. Il devient alors un gagman réputé et un merveilleux comédien à l’égal de Charlie Chaplin Buster Keaton ou Harold Lyod. Il rencontrera alors son futur partenaire : Hardy et, en duo, ils seront, et restent de nos jours, les plus extraordinaires comiques du cinéma mondial, leurs films, longs ou courts, n’ont pas pris une ride et leur diffusion provoquent toujours des cascades de rires chez les spectateurs de tous âges (Qui peut rester indifférent à la séquence de chatouille des pieds dans : Au Far-West !!!). Stan Laurel est le gagman du duo, son personnage est tendre et craintif (Alors qu’en solo il était volontaire et séducteur), mais il fait parfois preuve d’un culot monstre, il ne peut jamais mentir à sa femme qui lui pardonne ses frasques et le protége. L’erreur fatale a été de signer un contrat avec des « Majors companies » qui imposent à ces rois de l’improvisation des scénarios à suivre à la lettre, ce qui les prive de toute initiative !

En 1955, Stan est frappé d’hémiplégie et il décédera le 23 février 1965. Il aura un « Oscar » d’honneur pour l’ensemble de sa carrière en 1961. On peut le voir dans : Nuts in may, son premier film en 1917, Sous les verrous, Les sans-soucis, Les compagnons de la nouba, C’est donc ton frère, L&H au Far-West, Les montagnards sont là, Têtes de pioche, L&H conscrits, Les as d’Oxford, En croisière, Quel pétard, Atoll K est son dernier film en 1951.