Marcel Dalio

 

Israël Moshé Blauschild (1900 – 1983)-Devenu Marcel Benoît Blauschild. Il  fait un petit passage au Conservatoire avant de s’engager à 16 ans, en 1916. A la fin de la guerre, il  se met au music-hall et dans les revues de Cabaret, puis il fait du théâtre avec un certain succès. Il ne viendra au cinéma qu’en 1931 dans : Une nuit à l’hôtel, il sera remarqué dans : Pépé le Moko en 1935 où il est molesté par Gabin. Il est souvent confiné à des rôles de métèque, d’apatride ou de petites frappes, mais il est capable d’être très grand comme dans : La règle du jeu de Renoir (Où il est un éblouissant : La Chesnay) ou : La grande illusion. Comme il est juif, il doit fuir la France en 1939 et se réfugier aux USA, il tournera là-bas quelques  films dont : Le port de l’angoisse où il est un « Frenchy » sympathique.

 De retour en France il ne retrouvera aucun membre de sa famille, ils ont été massacrés dans les camps d’extermination hitlériens.

 Il retournera aux USA dans les années 60 où on le verra dans des petits films. Il tournera jusqu’en 1980 : Vaudou en caraïbes. Il a une filmographie très longue.

            On le voit dans : La maison du maltais, Le port de l’angoisse, Dédée d’Anvers, Les pirates du rail, Entrée des artistes, Casablanca, Sabrina, L’œil du monocle, Le monocle rit jaune, Classe tous risques, Cartouche, Comment voler un million de dollars, Tendre voyou La vingt cinquième heure, Le plus vieux métier du monde, L’amour c’est gai, l’amour c’est triste, Les aventures de Rabbi Jacob, L’aile ou la cuisse, La communion solennelle.

            C’est un excellent acteur au jeu sobre et naturel.