Bernard Blier 

             (1916-1989). Il est né à Buenos Aires. Son père était un biologiste connu. Il est peu passionné par les études et a toujours voulu être comédien, pour cela il prend des cours de théâtre dans les cours de Raymond Rouleau, mais il échoue trois fois à l’entrée du Conservatoire, il arrive enfin à y entrer et il a eu Louis Jouvet pour professeur, mais il sort sans prix ( !). Pendant la guerre, simple bidasse, il est fait prisonnier et s’évade pour revenir à Paris et reprendre sa carrière au cinéma et au théâtre.

Son physique rondouillard le condamne trop souvent à des rôles de comiques un peu grotesques, premier film : Trois six neuf  en 1936, dernier film : Paganini en 1988.

            Sa carrière a connu des hauts et des bas. Boudé par les réalisateurs français dans les années 80, il a beaucoup tourné en Italie. Son fils Bertrand Blier est un réalisateur  de talent (Les valseuses, Buffet froid, tenue de soirée, Les acteurs…)

            On peut le voir dans : Hôtel du Nord, Le jour se lève, Entré des artistes, Dédé d’Anvers,  Les misérables (Où il est un Javert impitoyable), Les grandes familles,  Le président (Avec Gabin et Audiard), Le cave se rebiffe (Avec Gabin et Maurice Biraud et Audiard), Le monocle noir, Germinal, 100 000 $ au soleil,  Les tontons flingueurs (Il arrive, en pleine paix, il chante une chanson et pan, bourre-pif), Quand passent les faisans, Les barbouzes (Il joue le faux curé), Un idiot à Paris (Avec Jean Lefevre, Danny Carrel  et Audiard), Caroline chérie, Faut pas prendre….., Elle boit pas, elle fume pas…., Le distrait (Gazou-gazou), Le cri du cormoran… ,Jo, Elle cause plus…, Le grand blond, Les chinois à Paris,Le corps de mon ennemi, Série noire. Sa filmographie dépasse les 100 films.

            Il a aussi énormément joué au théâtre avec succès.

            Il aura un « César d’honneur en 1989.

            Il a tourné : Si j’étais un espion,  Buffet froid avec son fils Bertrand

            Comme Gabin il savait dire le « Audiard » à merveille.