Antoine Balpétré 

            Théophile Louis Antoine Balpétré (1898-1963). Il est né à Lyon. Il fait le conservatoire et en sort avec un premier prix en 1919 et fera une très belle carrière au théâtre à l’Odéon puis à la Comédie Française. Au cinéma, sa belle tête lui vaudra de jouer des rôles de magistrat (Justice est faîte) de prêtre (Le journal d’un curé de campagne, Le paradis des pilotes perdus). A la libération, il sera incarcéré pour avoir prononcé un discours aux obsèques de Philippe Henriot, ministre de la propagande et antisémite notoire qui avait été exécuté par la Résistance en juin 1944. Il aura du mal à tourner à nouveau ensuite, mais André Cayatte saura l’employer avec justesse dans sa série de films judiciaires et sa carrière sera relancée. On le voit dans : Le duel, L’assassin habite au 21, La main du diable, Le corbeau, Le visiteur, Dieu a besoin des hommes, Nous sommes tous des assassins, Avant le déluge, Le rouge et le noir, Le dossier noir, Si Paris nous était conté, Le président (Avec Gabin), Le cave se rebiffe, Mathias Sandorf, La chambre ardente, il a tourné son dernier film en Italie en 1962.