30 septembre 2011

LE CORNIAUD

- Je m'appelle Ursula Lambderschausenberger.Corniaud 3
- Oh, oh ! C'est pas facile à retenir ça ! Vous m'épeler ?
- Mais vous aussi vous me plait beaucoup monsieur… ?

- Appelez-moi Antoine, tout court.

- Hé bien, en avant monsieur Toutcourt !

 

Posté par CINELOVER à 08:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

GRANDE SAUTERELLE

Grande sauterelle-Ce que tu peux être con ! T’es même pas con, t’es bête. Tu vas jamais au cinoche, tu lis pas, tu sais rien. Si ça se trouve, t’as même pas de cerveau ! Quand on te regarde par au-dessus, on doit voir tes dents !

Posté par CINELOVER à 07:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

LA CHANSON FRANCAISE AU CINEMA

 Porte des lilas            Si on excepte les films musicaux comme : On connaît la chanson, Si j’étais chanteur, La môme, Les parapluie de Cherbourg ou les demoiselles de Rochefort, de nombreux films ont été marqués par une ou plusieurs chansons (Ou l’inverse).

On peut citer :Le requiem pour un con de Gainsbourg dans :Le Pacha, L’eau vive de Guy Béart dans le film éponyme, Dans l’herbe tendre de Gainsbourg et Michel Simon dans :Ce sacré grand-père, L’homme et l’enfant d’Eddy Constantine et sa fille dans le film éponyme, Pour moi la vie va commencer et Ma guitare de Johnny Hallyday dans :D’où viens-tu Johnny, Framboise et Marcelle de Boby Lapointe dans :Tirez sur le pianiste (Le producteur du film a exigé que ces deux chansons soient sous-titrées car il ne comprenait rien aux paroles !), Le tourbillon de Jeanne Moreau dans Jules et Jim, Quand Paris se met en colère de Mireille Mathieu dans : Paris brûle-t-il, Le vin L’amandier et au bois de mon cœur de Georges Brassens dans : Porte des Lilas, Les copains d’abord du même dans :Les copains, Le temps ne fait rien à l’affaire toujours de Brassens dans :Le dîner de cons, Heureux qui comme Ulysse encore de Brassens dans le film du même nom, La la lére De De Funès père et fils dans : L’homme orchestre, Où est-il donc de Fréhel dans : Pépé le Moko, Quand on s’proméne au bord de l’eau de Gabin dans : La belle équipe, Comme de bien entendu de Michel Simon et Arletty dans : Circonstances atténuantes, La complainte de la butte dans : French Cancan, Les enfants qui s’aiment et Les feuilles mortes d’Yves Montand dans : Les portes de la nuit, La marche des anges de Charles Aznavour dans : Un taxi pour Tobrouk, Chabadabada de Pierre Barouh et Nicole Croisille dans : Un homme et une femme, Mon amant de Saint Jean  de Lucienne Delyle dans : Le dernier métro. Cette liste n’est pas limitative.

Posté par CINELOVER à 07:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

LA FOLIE DES GRANDEURS

Folie des grandeurs 1Blaze réveille son maître en manipulant des pièces d’or:
-         BLAZE (Yves Montand) : Il est l’or… Il est l’or, l’or de se réveiller….. Monseign’or…. Il est huit or, Gouzi, gouzi, gouzi…

-         DON SALLUSTE (De Funès) : Il en manque une !

-         BLAZE : Vous êtes sor ?

-         DON SALLUSTE : Tout a fait Sor !

-         BLAZE : Oh ! ça à l’or !

Posté par CINELOVER à 06:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

LE PACHA

Le pachaUne supposition. J’arrête le Quinquin. On juge le Quinquin. Bon. Eh bien, même avec ses dix meurtres, affichés, l’avocat va nous le présenter en victime ! Les oreillons à trois ans…. Des convulsions à cinq….privé de confiture par sa mère, traumatisé par ses professeurs. Il sortira du tribunal avec une amende pour port d’arme, et encore…à condition qu’il prouve pas qu’il fait de la préparation militaire !....

 

Posté par CINELOVER à 06:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :